Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 17:26

Une nouvelle fois, les Amis des Musées de Nice ont organisé une visite guidée en Provence. C’était au mois de mars avec un important déploiement logistique, puisque trois cars avaient été affrétés successivement pour organiser la découverte de plusieurs lieux. Madame Martine Pélissier était de la partie comme souvent, préparant nos découvertes avec ses commentaires avisés, pendant notre parcours en car. Afin de renforcer ses explications, une tablette parcourait le car, explicitant son exposé. Au programme : la visite de la Basilique Saint Maximin et celle de l’exposition Prince du Liechtenstein au musée Caumont d’Aix en Provence.

 

La Basilique Saint Maximin

 

Cette basilique se voit de loin à partir de l’autoroute A8 qui la longe en surplomb. Elle est placée en centre ville, à côté de l’hôtel de ville, de Saint Maximin.

En dépit d’une façade inachevée, la basilique nous accueille avec un bel accompagnement d’orgues, dévoilant progressivement ses richesses intérieures. L'abside est à sept pans dont cinq sont percés d'un double rang d'ouvertures séparées par un meneau horizontal. Le fond de l'abside est décoré d'une riche architecture corinthienne en marbre couronnée par une balustrade portant des statues allégoriques et encadrant trois grands tableaux d'André Boisson, peintre d'Aix-en-Provence, représentant des épisodes de la vie de Marie-Madeleine. Selon la tradition, Marie Madeleine est venue en Provence pour fuir les persécutions d’Hérode. Après un arrêt aux Saintes Marie de la Mer, elle est venue évangéliser la Provence pendant une trentaine d’année, trouvant refuge à la Sainte Baume.

Le tableau central de forme octogonale représente Marie-Madeleine à la Sainte-Baume. Les deux autres tableaux de forme ovoïde représentent également la sainte qui à gauche se penche au-dessus du tombeau vide de Jésus et à droite se dépouille de ses bijoux.

Le chemin conduisant au chœur est interrompu par une clôture réalisée en 1692. Les grilles des portes sont l'œuvre de François Peironi, serrurier à Aix-en-Provence. De part et d'autre du chœur se développent quatre-vingt-quatorze stalles en noyer où sont sculptés vingt-deux médaillons, dix de chaque coté placés immédiatement au-dessus des stalles. Les sculptures ont été réalisées par et sous la direction du dominicain Vincent Funel. Elles représentent les divers miracles accomplis ou les martyrs subis par des religieux ou religieuses de l'ordre des Dominicains.

De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein

Nous devons donc survoler cet espace pour parvenir au chœur.  Le maître-autel en marbre du pays est décoré de deux médaillons en bronze doré réalisés par Joseph Lieutaud représentant à gauche l'apparition de Jésus aux deux pèlerins d'Emmaüs et à droite la mort de Joseph. Au-dessus est placée une urne en porphyre rouge exécuté par le sculpteur romain Silvio Calce à la base de laquelle sont placées deux petites sculptures également en bronze doré réalisées par Alessandro Algardi et représentant deux chiens, symbole des Dominicains, tenant dans leur gueule une torche. Une statuette de Marie-Madeleine, également de l'Algarde, surmonte le tout. Cet ensemble de style baroque, avec ses nombreuses statues, est pleinement mis en valeur par la vidéo qui en suit le décor.

 

Autres richesses de la Basilique

 

La chaire

 

Cette chaire en noyer sculptée par le dominicain Louis Gudet qui l'a terminée en 1756 est classée Monument Historique et sera souvent visitée par des générations de Compagnons du Devoir. Ces artisans du bois sont subjugués par la beauté de ce travail. Sur le parement de la rampe et sur les parois de la cuve, sept panneaux sculptés retracent l'histoire de Marie-Madeleine représentée en costume du temps de Louis XV. On trouve successivement en partant du bas de la rampe les panneaux suivants : Marie-Madeleine écoutant la prédication du Christ, chez Simon le pharisien elle répand un parfum sur les pieds du Christ, elle assiste à la résurrection de Lazare, elle accueille le Christ à Béthanie, elle est prostrée au pied de la croix, près du tombeau du Christ, elle voit et entend un ange qui lui annonce la Résurrection, et enfin dans le jardin, près du tombeau, elle voit le Christ qui lui dit : « Ne me touche pas ». Au-dessus de l'abat-voix Marie-Madeleine est emportée par des anges ; sous l'abat-voix est sculptée une colombe en bois doré représentant le saint esprit.

 

Le retable de Ronzen

 

Au fond du collatéral gauche, se trouve la principale œuvre d'art conservée dans l'église : le retable du crucifix classé Monument Historique. Il est l'œuvre d'Antoine Ronzen, peintre primitif niçois et ébéniste originaire de Venise, fixé à Aix-en-Provence en 1508 après avoir séjourné à Puget-Théniers où il s'est marié. Il fut aidé dans cette tâche considérable qui dura trente mois par un peintre de la dynastie des Brea, Antoine, dont la collaboration essentielle apparaît dans le tableau figurant la mise au tombeau placé au bas de l'autel.

Madame Pélissier nous décrit la signification des panneaux peints centrée sur les scènes de la vie et la mort de Jésus. Le devant de l'autel de ce retable est décoré par un tableau  figurant la mise au tombeau réalisé en grande partie avec la collaboration de Brea. Le dominicain représenté en bas à droite du tableau n'est pas le prieur Jean Damiani comme on l'a cru pendant longtemps, mais le donateur de ce retable à savoir Jacques de Beaune, seigneur de Semblaçay. Celui-ci est revêtu de l'habit blanc des dominicains et porte à sa ceinture l'aumônière attribut de sa charge de surintendant des finances. François Ier, sur les instances de sa mère, le fait pendre malgré sa probable innocence. Il aurait dit au moment de son exécution « Je reconnais trop tard qu'il vaut mieux servir le maître des cieux que ceux de la terre » ! Cette malédiction suit souvent la vie des grands argentiers des rois de France  (Jacques Cœur, Fouquet) ! Pour rompre ce cycle infernal, la révolution exécute le roi, sans toutefois rompre avec une dette toujours plus accentuée…

De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein

Le Grand Orgue

La construction du grand orgue par le facteur d'orgue Jean-Esprit Isnard aidé de son neveu, Joseph, dura de 1772 à 1774. En 1793 l'organiste Fourcade sauva l'orgue de la destruction en y  jouant la Marseillaise en présence des conventionnels Barras et Fréron. Il se compose d'un double buffet, de 4 claviers, 43 jeux et 2960 tuyaux, tous d'origine. Il est surtout apprécié pour l'enregistrement des compositeurs de l'école française d’orgue, mais les sonorités complexes de ses trompettes et de ses jeux d'anches lui permettent d'aborder un ample répertoire. Notre vidéo vous offre la possibilité d’entendre la puissance de cet orgue.

 

Le couvent Royal

Le couvent dominicain de la Sainte-Baume a longtemps reçu des postulants pour des longs séjours et des étudiants en théologie. Après le départ des Frères Dominicains en 1959, le couvent devient un centre culturel. Il est devenu un ensemble hôtelier accueillant une clientèle individuelle et d’affaires. Nous l’avons parcouru à l’occasion du déjeuner organisé dans un chapitre magnifié par sa dimension  fastueuse et « royale ».

De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein

 

Exposition Prince de Liechtenstein à Caumont

 

Le nouvel Hôtel de Caumont poursuit ses expositions au sein d’un Centre d’Art inauguré l’an dernier et dont nous avons retracé la reconstruction en style 18ème dans une vidéo.

Cette fois-ci, ce sont les collections de la famille princière du Liechtenstein, avec  une quarantaine de toiles, qui offrent un résumé de l’évolution des peintres du 16ème siècle au 20ème siècle. L’histoire de l’art montre Cranach, Raphael, Rubens, Van Dick, Rembrandt, Vigée-Lebrun, dans une mise en scène superbe. Rubens est particulièrement mis en valeur sur un seul mur.

Mais bien d’autres tableaux ont aussi attiré notre attention : les baigneuses d’Horace Vernet toujours sublime dans ses marines et lever ou coucher de soleil. Un Pannini souvent attaché à des ruines, y était présent avec une architecture animée de premier ordre.

Horace Vernet-Pannini-Rubens
Horace Vernet-Pannini-Rubens
Horace Vernet-Pannini-Rubens
Horace Vernet-Pannini-Rubens
Horace Vernet-Pannini-Rubens
Horace Vernet-Pannini-Rubens

Horace Vernet-Pannini-Rubens

La Vénus de Cranach : des doutes sur l’authenticité

Pour entretenir le buzz, le Cranach a été retiré de l’exposition pour en étudier l’authenticité, ce qui démontre que les Princes eux-mêmes peuvent être abusés. L’ennui, c’est que l’œuvre de Cranach était l’emblème de l’affiche de promotion de l’exposition !

Cette «Vénus» de Lucas Cranach (1472-1553) appartenant au prince Hans Adam II de Liechtenstein vient d'être saisie par la Justice à Aix-en-Provence, où elle se voyait exposée à l'Hôtel de Caumont. Il s'agirait d'un faux. Une plainte, anonyme, en serait la cause (d'après Sabine Gignoux de «La Croix»). La juge parisienne Aude Buseri fera procéder à des expertises. 

C'est en 2013 que le prince a acquis (chez Colnaghi pour 7 millions d'euros, selon le journal en ligne «La Tribune de l'art») ce panneau daté de 1531 et récemment découvert. Le tableau ne possède pas d'historique clair. Avoir «fait partie de plusieurs collections privées» ne signifie rien. Plusieurs experts l'ont approuvé. Aujourd'hui en veilleuse, vu la morne plaine qu'est devenu le marché du tableau ancien, Colnaghi prend généralement ses précautions. Ceux qui ont contemplé ce panneau le disent d'une beauté stupéfiante.

Où les choses gênent davantage, c'est quand on apprend que l'affaire Cranach ne serait pas isolée. Certes, il circule un chiffre, fixé de manière arbitraire, de 30 pour-cent de faux sur le marché de l'art. Il passe par là de folles sommes d'argent. Mais, contrairement au XIXe siècle, ces sommes vont surtout au moderne et au contemporain. La demande en toiles anciennes de prestige a diminué. La qualité des expertises scientifiques (analyse des pigments, notamment) a augmenté de manière exponentielle. Un faux exige désormais non seulement du talent, mais des dons de chimiste. 

 

Du 4 mai au 18 septembre 2016

Exposition Turner

Caumont Centre d’Art

De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein  De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein  De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein  De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Promenades
commenter cet article

commentaires

gilnet 25/04/2016 17:45

Très belle exposition et commentaires intéressants; enfin les explications sur cette affaire de "La Vénus de Cranach".

GIVENCHY 24/04/2016 18:37

MAGNIFIQUE

Nice au soleil

Rechercher

Table des matières

Le Musée Masséna

L'exposition Slobodan  à la Providence

Le musée Chéret : l'album diaporama

Merveilles du Bouddhisme au musée des Arts Asiatiques

Musée des Arts Asiatiques : les bois de l'immortalité

Inauguration du musée Bonnard au Cannet

Le Musée national Chagall de Nice

Musée Chagall : l'album

Expostion sur les peintres Russes à la Malmaison de Cannes

Musée national Fernad Léger de Biot

Musée Fernad Léger : l'album

Actualité des musées en France et dans le monde : artproject

Musée Masséna : le mobilier Napoléon 1er

Musée Masséna : l'album

Musée International d'art naÎf de Nice

Musée international d'art naÎf de Nice : l'album

Musée des Beaux Arts : Chéret dans ses murs

Exils : expostion temporaire des musées nationaux du 06

Musée Masséna : présence Russe à Nice

Angkor au musée des Arts Asiatiques

Le musée d'Art Classique de Mougins

Marseille capitale européenne de la culture en 2013

Marseille 2013 suite et fin

Au MAMAC : la postérité d'Henri Matisse

Matisse un été à Nice : musée Matisse et musée Chéret

Musée National Chagall : les autoportaits

La Promenade du Paillon de Nice

La Fondation Hartung-Bergman à Antibes

Antibes et ses musées

Trois siècles de tourisme  aux Archives Départementales des Alpes Maritimes

Exposition temporaire « Reconstruire le Réel » à Fernand Léger

Exposition The Animals aux Galeries Lafayette de Nice

Musée des Arts Naïfs de Nice Anatole Jakowsky

Georges Clemenceau : une passion pour l'Asie

La Principauté de Seborga

Expositions au MAMAC : Juliao Sarmento-Donation Karen

Musée Masséna : la marqueterie

Musée Chéret : exposition Lengrand

Le Palais Lascaris de Nice

Le Palais de Marbre (Archives municipales)

La donation Ferrero : école de Nice

 
Marseille : Volubilis au Mucem, Réfection de la Major
Le château de Vaux le Vicomte
Le château de Fontainebleau
Venise  Ca Rezzonico
 
Saorge et Tende
Promenade à Bussana Vecchia
La découverte du vieux-Nice et ses confréries de Pénitents
Promenade à Saint Tropez- Musée de l'Annonciade : les peintres de l'école de Marseille
Les Chapelles Notre Dame de Vie à Mougins et Bellini à Cannes
La fête des Cougourdons à Nice
Imperia et ses vallées d'oliviers-Valloria
La Principauté de Seborga
 
La Croatie
Promenade à Bussana Vecchia
La Jordanie
La Sicile  
La Sicile  : diaporama
Musée d'Arles Antique
Musée d'Arles Antique : diaporama
 
Inde : le Rajasthan 
Inde : le Rajasthan diaporama
Inde du Sud 1) Mahabalipuram-Pondichéry
Inde du Sud  2) Chidambaram-Darasuram-Tajore
Inde du Sud 3) Tiruchirapali-Tanjore
Inde du Sud 4) Madurai
Inde du sud 5)  Periyar-Backwaters
Inde du Sud 6) Cochin-Mysore
Inde du Sud 7) Mysore-Hassan
Inde du Sud 8) Hampi
Inde du Sud 9) Pattandakal-Goya
Les pêcheurs +7 diaporamas sur l'Inde du Sud
Belgique : Bruges - Gand
Belgique : diaporama
Chine : le Yunnan 
Chine : le Yunnan : diaporama
Russie : Saint Pétersbourg 
Russie : Saint Pétersbourg : diaporama
Italie :les Lenghe et le Barolo
Promenades à Paris
Promenades à Paris
La Pologne ; carnet de voyage
La Pologne : carnet de voyage 2
La Pologne : carnet de voyage 3
La Pologne : diaporama
Prague 
Prague ; diaporama
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre : diaporama
Myanmar 1) Yangoun-Bago
Myanmar 2) Pagan
Myanmar 3) Popa-Mandalay
Myanmar 4)Mandalay-Anciennes capitales
Myanmar 5) Mandalay-Mingun
Myanmar 6) Heho-Pindaya-Lac Inlé
Myanmar 7) Yangon
Myanmar : diapositives : Bago
Myanmar : diapositives : Pindaya-Lac Inlé
Myanmar diapositives : Bagan
Myanmar daiapositives : Yangon
Actualité des musées : Google artproject
Musées d'exception de Paris : Orsay et Pinacothèque
Promenade en IDF : Ecouen musée de la Renaissance
Promenade en IDF : Vincennes, Royaumont
Chartres : superbe vidéo
Le Mans : sa vieille ville
Nantes : monuments et mémorial de l'esclavage
Bourges 
Promenade en pays niçois : Contes, l'Escarène, Tende
Italie : Bussana Vecchia
 
Italie : Venise
Venise : diaporama
Italie : Lucques
Italie : Capri-Amalfi et sa côte
Italie : Pompéi et Herculanum
Italie : Naples et le Palsi royal de Caserte
Pompéi-Herculanum : diaporama
Italie : Turin ville royale
Italie : Florence suite de trois articles sur les quartiers
Florence : diaporama 1
Florence : diaporama 2
Sienne
Sienne - Route du Chianti
Barcelone: les pyramides humaines
Venise 1
Venise 2
Venise 3 ca Rezzonico
Parme
 
Singapour
Indonésie : Prambanan et Borobudur
Indonésie 2 : Surabaya-Mont Bromo-Kalibaru
Indonésie 3 : Bali
Indonésie 4 : Bali suite
Indonésie 5 – Sulawesi : le pays Toraja
Indonésie 6 - Sulawesi-Bali-France
Vidéo : mariage musulman en Indonésie
Vidéo : funérailles en pays Toraja
Coblence et le Rhin romantique
Trèves-Bernkastel
Le Luxembourg
Metz : ville et musée d’art moderne Pompidou
Nancy (suite)
Nancy et l’Art Nouveau
Musées : de superbes écrins
Marseille 2013 suite et fin
Marseille capitale européenne de la culture en 2013
Expositions ZIEM et Boudin été 2013 à Paris
Exposition virtuelle de Jane Austin en 1813 : reconstitution
Afrique du Sud Le Cap, Bonne Espérance, faune
Franschhhoek
De Graaf-Reinet à Durban
De Swelendam à Graaf-Reinet Camdeboo National Park
D'Hluhluwe au Parc Kruger via le Swaziland
Pilgrim’s Rest, Blyde River Canyon, Three Rondavels
Ohrigstad-Prétoria
Zimbabwe : les chutes Victoria par hélicoptère
Islande : Reykjavik fin de la Saga
Islande les fjords de l'Ouest Latrajberg - Péninsule de Snaefellsnes
Islande : fjords de l'Ouest - Isafjordur - Breitdavik
Islande : la route du Nord - Dettifoss - Myvatn - Godafoss - Akureyri - Glumboer
Les Fjords de l’Est : Le glacier-Le musée des pêcheurs français
Le parc national de Skaffaffel-Le Lagon Glaciaire de Jokulsarlon
ISLANDE : Carnet de voyage
Promenade en train à crémaillère au-dessus d'Interlaken
Lucerne et le col du Simplon
Phnom Penh 
Temples d'Angkor : Ta Prohm et Banteay Srei 
Angkor : les portes, le Bayon, le palais royal 
Cambodge : Angkor Vat 
Vientiane la capitale du LAOS 
Vang Vieng 
Luang Prabang 
LAOS - Jour 05 - PAKBENG - LUANG PRABANG 
LAOS - Au fil du Mékong 
CHIANG RAI 
 
https://www.youtube.com/channel/UCioFqEgrHD2GMbDQiri_p7w/videos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation-Boussole