Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 18:39

Nantes

C’est sous le thème du « Voyage à Nantes » que notre séjour s’est déroulé. Le voyage est délimité par un marquage du sol de couleur rose qui permet de découvrir la ville sur 10 kilomètres. Ce parcours emprunte les quartiers classiques, mais aussi d’anciens chantiers reconvertis. Tout au long de ce parcours des sculptures animent la ville. Une brochure permet de suivre le « Voyage » en précisant les curiosités à voir. La fermeture du musée des Beaux Arts et du musée Dobrée pour rénovation a entraîné quelques disséminations d’œuvres dans la ville.

 CIMG1247

CIMG1256

CIMG1250

Le premier monument à visiter est le château des ducs de Bretagne. Entouré d’une enceinte fortifiée, il résume l’histoire de la ville, dans ses nombreuses salles d’exposition. Au fil des pièces visitées la ville de Nantes découvre ses temps forts : construction navale et transport de marchandises, traite des noirs, présentation de ses grands hommes (Jules Verne). Front populaire, occupation, libération, conflits sociaux sont décrits par des documents et des films d’actualités. Le film suivant réalisé en juillet 2012 est un parfait résumé du Voyage à Nantes :

Nous suivons ensuite les quais et les beaux quartiers : passage de la Pommeraye, les principales places Royale, Graslin, du Commerce, Maréchal Foch.

CIMG0091

CIMG0113

Les places et jardins sont souvent couverts de production horticoles, avec des conseils de cuisine… Nous pouvons voir des décors Art Nouveau : immeubles d’assurances, La Cigale. En marchant beaucoup nous observons des sculptures étranges ou amusantes.

CIMG0039 

CIMG0042

CIMG0040

La Cigale, oeuvre de l'architecte-céramiste Emile Libaudière. Classée monument historique en 1964.

CIMG0094

CIMG0063

CIMG0068

Le Mémorial de l'abolition de l'esclavage

C’est en mars 2012 que le mémorial sur la traite des noirs a été inauguré. Il devient un élément de réflexion sur le rôle de la ville et son enrichissement pendant cette période.  

En surface, entre le pont Anne-de-Bretagne et la passerelle Victor-Schœlcher, s’étend une promenade de 7000 m2. Tout au long de cette esplanade sont réparties 2000 plaques de verre. 1710 rappellent le nom des navires et les dates de départ des expéditions négrières nantaises. Ces plaques qui brillent sous la lumière du ciel rappellent  l’importance de la traite par la seule citation du nom des navires qui y ont participé. Les 290 autres plaques indiquent les comptoirs négriers, les ports d’escale et les ports de vente en Afrique, aux Antilles, aux Amériques et en Océan Indien. Ainsi, peu à peu, au rythme de ses pas, le visiteur prend conscience de l’ampleur de cette tragédie. 

Sous le quai des stalles commémorent l’évolution de la traite vers son extinction. Si la France l’a supprimée en 1793, Napoléon 1er l’a rétablie. Certains pays n’ont aboli la traite que récemment : la Mauritanie en 1981 et le Pakistan en 1992. Selon l’ONU, la traite dans le monde concerne encore 200 à 250 millions de personnes : surtout des enfants et des femmes. Une visite virtuelle vous offre l’entrée du mémorial : link  

 CIMG0164

Nantes témoigne de nombre de sinistres industriels. Souvent ils ont été l’occasion de réutiliser de façon surprenante ces friches industrielles. Il en est ainsi des chantiers navals transformés en ateliers de machines bizarres. L’ancienne usine Lu est devenue un ensemble de lieux d’expositions, de salles de spectacle et de restaurants.

 CIMG0015

CIMG1242

CIMG1257

CIMG0006

  Le lieu utile, la Cathédrale, passage Pommeraye

Plusieurs visites extérieures nous permettent de visiter un jardin japonais à l’île de Versailles et de faire un tour le long de la côte sauvage, jusqu’à Guérande.

 

Guy Muller

Repost 0
Published by Muller - dans Voyages
commenter cet article
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 19:08

Le Mans

 CIMG1116

CIMG1167

Le palais du Grabatoire

Notre voyage se poursuit à un rythme adapté aux découvertes qui s’imposent à nos yeux. La ville du Mans avec sa vieille ville se prête à de multiples balades dans une ambiance sereine en l’absence de toute circulation automobile.

CIMG1202

CIMG1108

CIMG1107

Cet arrêt offre la possibilité flaner, de lire sur les places à l’abri du site des Plantagenêts. Comme à chacune de nos pauses, c’est l’occasion de prendre le pouls, de lieux magiques. Mes chroniques ne cherchent pas à souligner ce que les guides désignent au vacancier. Il existe d’ailleurs une grande différence entre ce qui nous est imposé comme à voir et la réalité d’observations conduites sur plusieurs jours.

CIMG1213

Le Palais Royal

CIMG1212

Souvent, je suis étonné par la différence entre la construction théorique d’un voyage et ce qu’une ville donne à observer, dans ses chemins creux. Ici  la vieille ville résume l’histoire de la ville avec ses monuments flamboyants et ses animations de nuit. Nous y trouvons même une plaque commémorant la résistance des Chouans aux troupes républicaines, apposée au coin d’une placette. Notre République est une bonne fille puisque le Duc d’Enghien repose aussi à Vincennes, en pleine enceinte militaire. Ces rappels historiques témoignent d’une grande tolérance vis-à-vis d’opinions dissidentes.

CIMG1201

La vieille ville outre ses maisons moyenâgeuses et Renaissance, rassemble l’essentiel des restaurants et des flux de visiteurs. Le ciel changeant donne une lumière particulière aux bâtiments qui ont offert au cinéma nombre de possibilités d’expression. Citons « Le Bossu, Molière, Cyrano de Bergerac, les téléfilms de Nicolas Le Floch », parmi les utilisateurs des décors somptueux de la cité.

 CIMG1139

CIMG1181

CIMG1140

La vieille ville est entourée de remparts romains, elle s’apprivoise en de multiples montées et escaliers,  permettant une lente découverte. Diverses animations donnent vie le soir à des spectacles « sons et lumières » ou à des lectures (Marie- France Barrault) l’un des soirs où nous étions présents.

Un exemple de l'animation vécue cet été :

Quel dommage que vous l'ayez ratée !!

 CIMG1170

CIMG1171

La Cathédrale Saint Julien présente son magnifique chevet au débouché de l’immense place des Jacobins. Cette place était en travaux lors de notre visite, bordée de l’autre côté de la cathédrale, par le palais de justice et par un centre commercial. La cathédrale conjugue le style roman de sa nef avec le style gothique de son chœur et de son chevet. Sa masse en impose au point d’écraser la vieille ville. Il faut emprunter un escalier pour parvenir à la cité « plantagenêt ». Un astucieux tunnel traverse de part en part la vieille ville ce qui a permis sa préservation.

 CIMG1218

CIMG1158

CIMG1157

Vues de la Cathédrale

A l’extérieur de la ville se trouve l’abbaye de l’Epau, petite merveille cistercienne, vouée à quelques expositions temporaires. Nous avons pu y voir une exposition sur la vigne, sur l’eau et sur la vie des éclusiers.

 CIMG1123

CIMG1130

Après Le Mans, nous avons visité le Château du Plessis-Bourré, halte charmante. Ce château apparait comme magique, entouré d’eau de toute part, avec douves, pont levis, tours ; tandis que sa façade témoigne en faveur de la Renaissance pour les fenêtres. Encore un lieu béni pour les scènes de films dont « La belle et la bête » et « la princesse de Montpensier ».

 CIMG1241

CIMG1240

 

Guy Muller

Repost 0
Published by Muller - dans Promenades
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 17:52

Chartres

 CIMG1043

Bien avant de parvenir à Chartres, sa Cathédrale est visible de très loin, inspiratrice d’un élan dans la recherche d’une transcendance par ses visiteurs. Nombre de poètes et d’écrivains ont été troublés et inspirés dans leur approche progressive de la Cathédrale. De nombreux pèlerins venus de Bretagne ou de Compostelle se sont arrêtés interdits face à ce tertre. Car ce roc émergeant de la plaine attirait la foudre bien avant d’être construit. Il habitait l’imaginaire de la population qui y voyait la demeure des Dieux. C’est au débouché d’une Beauce plate que Notre Dame de Chartres déploie ses charmes. Placée en haut d’une butte, elle domine entièrement la ville, un espace touristique permet de la contempler à l’entrée de la ville.

 CIMG1045

CIMG1060

CIMG1066

Son édification s’étend de 1134 à 1513. Elle est de ce fait extrêmement composite, d’autant plus qu’un incendie l’a ravagée, obligeant à en reconstruire certaines parties. A sa droite est construite la première tour romane coiffée d’une lune. A sa gauche, une tour gothique déploie ses merveilles et sa complexité, coiffée elle par un soleil.

En faire le tour permet de voir l’indépendance de ses entrées, magnifiées par une statuaire de toute beauté.

CIMG1046

CIMG1071

La vidéo suivante est splendide et saura vous charmer.

 

 L’intérieur permet de voir une statuaire importante autour du chœur. Elle a été progressivement réalisée par Jean Soulas, Thomas Boudin, Simon Mazières, de 1519 à 1715. Les murs extérieurs supportent de magnifiques vitraux. Le centre du chœur ne se visite pas étant en réfection jusqu’en 2013. 

CIMG1050

CIMG1056

CIMG1053

Quelques vues de la vieille ville

CIMG1074

CIMG1076

 

Guy Muller

Repost 0
Published by Muller - dans Voyages
commenter cet article
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 16:30

Le Château de Vincennes

Situé en bordure immédiate de la ville de Paris, le château de Vincennes semble oublié, entouré d’un rempart très strict. Il faut pénétrer en ses murs pour en admirer les corps de bâtiment, dont son Donjon et sa très belle Chapelle.

CIMG1010

CIMG1020

Une très belle vidéo pour visiter le Château…

Le jour de notre visite, le Donjon accueillait une exposition des œuvres croisées de Schuiten et de Piranèse. Ces deux artistes ayant un lien de filiation par la construction d’abstractions très tourmentées. Piranèse est le chantre d’une architecture compliquée, tandis que Schuiten a créé un univers spécifique par l’intermédiaire de la bande dessinée. Loin d’être un art mineur, les planches de Schuiten se découvrent au fil de nombreux albums. « Les cités obscures » peignent un univers symboliste au-delà d’une porte intemporelle qui s’ouvre par inadvertance. Univers parallèles, futurisme à la Jules Verne, villes verticales empruntées par des véhicules étranges. La ville du film « Le Cinquième élément » de Besson poursuit au cinéma une recherche du temps du futur, extrapolation d’une vie dans une ville tentaculaire encombrée de véhicules.

002004

 

005

Vers les cités obscures :  link

La Sainte-Chapelle du Château déploie ses trésors d’art gothique dans une première approche. Sa façade est magnifique, lorsque l’on aborde son entrée ouest, très ouvragée, ornée de motifs complexes qui en accroissent la légèreté. Il s’agit d’un vaste vaisseau à arche unique. L’abside à cinq pans permet d’apporter une grande clarté, tant par la largeur des vitraux, que par leur élévation. Une vue plongeante depuis le premier étage fournit une impressionnante image de luxe et d’équilibre. Comme c’est en 1380 que les plans de cette construction furent approuvés par Charles V, nous admirons le style flamboyant d’un gothique qui se déploie tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du bâtiment. La construction aura duré 70 ans avec une interruption qui repousse l’inauguration au règne d’Henri II. Toutefois, le collège des chanoines fonctionne effectivement dès 1380.

CIMG1011

CIMG1015

Deux oratoires sont destinés à recevoir la reine et le roi de part et d’autre de la chapelle. L’oratoire destiné au roi est actuellement occupé par le tombeau du duc d’Enghien. Cet ennemi de Napoléon Ier a été fusillé en 1804 dans les douves du Château.

 CIMG1017

Le Château de Vincennes a été délaissé par la royauté lors de son transport à Versailles. Il organise de nombreuses manifestations dans sa cour : Aïda en juin 2012, des projections de cinéma ou des concerts dans sa chapelle. Une grande partie des bâtiments est occupée par l’armée.

L’Abbaye Royale de Royaumont

CIMG0967

CIMG0968

Fondée par Saint Louis en 1228 cette abbaye connut un important rayonnement. Elle fut détruite par la Révolution en 1792 et transformée en filature ce qui accentua la désolation des lieux. De nos jours, Royaumont est devenue célèbre pour ses concerts, sa visite est prisée pour découvrir ce qu’il en reste. Ce sont des vestiges imposants qui comportent de nombreux corps de bâtiment : cloître, cuisine et réfectoire, bâtiment des pères et des convers, sacristie.

CIMG0970

CIMG0969

Les aspects ruiniques de l’église et le parc donnent une dimension nostalgique à l’ensemble. On y vient pour flâner, lire, respirer une ambiance propre à la méditation. Un important travail de restauration virtuelle est en cours d’élaboration par des étudiants qui nous permettront d’admirer l’Abbaye telle qu’elle se présentait lors de son achèvement.

CIMG0972

Ces lieux sont en dehors du temps et propres à accueillir les habitants de l’île de France en recherche de lieux de détente.

Guy Muller

Repost 0
Published by Muller - dans Promenades
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 09:48

Les Châteaux d’Ecouen et de Vincennes, l’Abbaye de Royaumont

Le Château d’Ecouen

CIMG0900

Il est aussi le « musée national de la Renaissance ». Son architecture est actuellement en travaux, mais ouvert aux visites, ce dont nous avons profité. La suite de notre voyage permettra de voir le début de la Renaissance au Palais de Bourges. En effet, Jacques Cœur, au contact de ses visites en Italie, va diffuser l’esprit de la Renaissance à la cour du roi de France.

La Renaissance est aussi bien architecturale qu’artistique avec les peintres et l’ouverture des Châteaux vers de magnifiques jardins. C’est une recherche de la lumière conduite pour effacer l’obscurité féodale qui modifiera l’ensemble du mode de vie. Une ouverture rendue possible par la fin de la guerre avec l’Angleterre et la multiplication des échanges avec l’Italie, le Moyen Orient et l’Asie.

CIMG0965

C’est ainsi que l’industrie de la soie, dont la noblesse a tant besoin pour ses parures, s’installera progressivement en Europe. Pourquoi importer la soie d’Asie avec des caravanes alors qu’elle peut être produite en Italie sans difficulté ? La France décidera elle aussi d’élever des vers à soie à Lyon pour ne plus dépendre des importations.

Tout au long de l’année, le Château célèbre les divers visages de la Renaissance : expositions sur les faïences italiennes, sur l’orfèvrerie, les instruments de musique et bien sûr l’architecture. De nombreuses conférences sont organisées tournées vers les enfants avec des ateliers spécifiques. Le catalogue des expositions et des conférences est importable sur le site du Château : link

 CIMG0913

Des Tapisseries somptueuses

Tout au long des salles du musée, nous avons le très grand plaisir de voir les dix pièces de tapisserie qui ont été exposées au Grand Palais en 1971. Cet immense décor se déploie sur 75 mètres de longueur et sur 4,50 mètres de hauteur, sur une superficie de 340 mètres carrés. La dimension même de cette tapisserie a été longtemps une cause de son effacement auprès du public. C’est le Musée de Cluny qui la conservait dans ses réserves, jusqu’à son installation à Ecouen.

La tapisserie est consacrée à la vie de David et Bethsabée. Ce travail sort des ateliers bruxellois dont on retrouve les techniques pour la lumière et les ombrages, par l’emploi d’un tissage en or et en argent, par la qualité du dessin. Ces toiles se rapprochent beaucoup des peintures flamandes du XVème siècle. La précision du dessin pour les personnages, la qualité de la mise en scène des présentations exige sûrement des cartons peints par de très grands artistes.

CIMG0915

CIMG0921

CIMG0925

CIMG0931

Tapisseries de 1500-1515

D’autres tapisseries sont conservées par le Château ainsi qu’une somptueuse collection de dentelles.

 Essor des décors de la table

L’idéal du grand seigneur cultivé est de s’entourer d’objets de qualité au plan des techniques de fabrication. Verres de Venise, porcelaines de Limoges, mobilier, décorations murales, ornent et embellissent une vie luxueuse et raffinée. Une mention aux œuvres de Bernard Palissy est indispensable car le musée met bien en valeur ses travaux. Cet artiste poursuit et développe les travaux de Della Robbia spécialisé dans les décorations suspendues et les sculptures. Il s’agit par ces décorations d’impressionner les visiteurs. Il est inutile de penser se restaurer dans ces plats ornés de poissons et de crustacés. Avec Della Robbia les figures sont blanches sur fond bleu et sont entourées de fruits et de branches de couleur verte, sur un fond orangé. Bernard Palissy consacre beaucoup plus de temps à développer les détails de ses vases et de ses plats, tandis que ses coloris sont sobres. Il décrit parfaitement des anatomies de homards, crabes, poissons, serpents, qui témoignent d’un grand sens de l’observation..

CIMG0911

CIMG0951

CIMG0941

Les cheminées et décors muraux emplissent l'espace

La verrerie, la céramique, des émaux et des vitraux complètent cette très riche partie du musée.

D’autres sections sont consacrées au mobilier : coffres de mariage florentins, cabinets, armoires, tables. La table est une invention de la Renaissance car auparavant, la table était constituée d’une planche qui reposait sur des tréteaux. Le musée présente ici une table en éventail qui repose sur des pieds. L’éventail est une arcature qui s’évase en s’élançant de la base vers le sommet du plateau en formant un décor plein ou ajouré. Cette sculpture enrichit la table en l’étoffant par sa magnifique ébénisterie.

 CIMG0961Léonard Limosin

Mais trêve des commentaires et place au regard…Nous visitons la Chapelle avec son plafond enluminé, son rétable qui fait appel à la peinture sur émail, son orgue.

 CIMG0904

 CIMG0905

CIMG0906

CIMG0907

Notre voyage se poursuivra chaque semaine avec Vincennes, Royaumont, Chartres, Le Mans, Nantes, Bourges, Clermont-Ferrand. 

      Guy Muller

Repost 0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 16:44

Orsay et la Pinacothèque

CIMG0999

Comme chaque année un séjour parisien s’impose aux amateurs de découvertes. Il y a toujours quelque chose d’intéressant à voir intra et extra muros. Nous avons redécouvert le musée d’Orsay entièrement rénové, puis visité l’exposition temporaire de la Pinacothèque. Nous sommes allés visiter le château de Vincennes et sa très belle chapelle, tandis qu’en son donjon une exposition des œuvres de Schuiten était présentée avec des œuvres de Piranèse. Ces deux grands architectes de l’imaginaire donnaient ainsi lieu à une intelligente confrontation. Puis nous avons découvert le château d’Ecouen et l’abbaye de Royaumont.

Notre voyage a par la suite permis de passer par Chartres, Le Mans, Nantes, Bourges et Clermont Ferrand. Ceux qui voudront bien nous accompagner feront une belle moisson de paysages, de témoignages historiques et d’oeuvres d’art observées sur un rythme de flânerie.

 Orsay

CIMG0987

CIMG0995

Ce musée est devenu un exemple de mise en scène pour des toiles mises en valeur par une optimisation de l’utilisation de l’espace et les nouvelles couleurs des murs. Avec les nombreuses extensions de sa superficie une découverte exige désormais une bonne journée. Des pauses sont possibles à la nouvelle brasserie ou sur les toits du musée. C’est le cinquième étage du musée qui a été recomposé en gris pour mieux mettre en valeur les tableaux. Plusieurs reportages télévisés ont été consacrés à Orsay, dont une série britannique humoristique sur les impressionnistes.

 

 A la Pinacothèque :

L’exposition de la collection de Jonas Netter permet d’aborder une revue des tableaux de Modigliani, Soutine, Utrillo, Kikoïne, Valadon....

Nous sommes mis en présence de toiles placées en face à face avec le visiteur, là encore avec une véritable mise en scène des tableaux par l’emploi de fonds de différentes couleurs. La vidéo suivante rend mieux compte que des mots de l’impression générale laissée par cette exposition.

 

 Cette présentation et le parcours délimité pour l’observation des 120 toiles est conduite à l’aide de nombreux panneaux explicatifs qui décrivent le travail d’un mécène. Les contrats qui assurent la survie des peintres en échange de leurs toiles montrent ainsi leur efficacité. Les peintres de Montparnasse étaient bien des peintres maudits, entièrement rebelles à l’esprit de leur temps. Sans leurs mécènes, leurs travaux auraient été ignorés, bien qu’ils soient des découvreurs de formes et de couleurs novatrices. Tout comme les impressionnistes du salon des refusés il fallait que le temps fasse son travail d’éveil vis-à-vis des amateurs.  Modigliani décède dans le dénuement, d’une méningite tuberculeuse, à 35 ans. Sa compagne de 21 ans l’accompagne dans la tombe, se suicidant deux jours après, enceinte de neuf mois.

Une autre vidéo est à voir…

 

Au sortir de la Pinacothèque un stop chocolat-macarons chez Ladurée s’impose rue Royale ou au Printemps. Jules Chéret (cher aux niçois) avait décoré boites et salon de la première boutique inaugurée à Paris. Il s'inspire des techniques micturales utilisées pour les plafonds de la Chapelle Sixtine et d' l'Opéra Garnier. En les intégrant à son oeuvre, il donne profondeur et relief aux plafonds qu'il orne d'anges joufflus.. En chemin il nous est permis d’admirer les nombreux commerces de luxe situés sur la place de La Madeleine, sur la rue Royale, puis de découvrir le décor Art Nouveau des magasins du Printemps.

 CIMG1036

CIMG1038

CIMG1037

La suite du voyage sera dans la prochaine publication

Guy Muller

Repost 0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 17:32

 

De nombreuses expositions sont organisées tout l’été dans les Alpes Maritimes :

Mise en valeur des tableaux de Chéret au musée des Beaux Arts de Nice

Exposition Exils qui regroupe trois musées nationaux : Chagall à Nice, Léger à Biot, Picasso à Vallauris,

 Les vidéos suivantes montrent d’autres expositions en cours...

  Au musée Bonnard du Cannet exposition sur les Nabis :

       Au Mamac de Nice : Klein, Byars, Klapoor :

Bruno  Schmeltz marie heureusement l'Antique et le contemporain :

 

A propos d'Art vif

Vous êtes invités à lire la revue « Art Vif » qui publie son 24ème numéro, consacré à Max Charloven. Chaque numéro d’ « Art vif » est consacré à un peintre, un sculpteur, un écrivain de notre région. Les auteurs qui figurent dans l’index, y sont décrits de façon méthodique, avec les évolutions de leur œuvre dans le temps.

link

De nombreuses vidéos accompagnent l’historique d’une œuvre par des entretiens avec les artistes contemporains qui en expliquent le sens. C’est ainsi que vous pouvez comprendre la cinétique et la cinéoptique d’Edmond Vernassa, créateur de structures en plexiglas.

link 

Enfin, toujours dans le domaine des vidéos, vous pouvez visiter celles d’un artisan qui unit la chanson à texte : Brassens, Bruant, Lapointe avec des images magnifiques. Pour certaines chansons, un lexique en explique le sens, pour en aider la compréhension. L’ami ardéchois propose 70 vidéos commentées sur Youtube :

link

 

Bonnes Vacances et Heureuses découvertes 

 

Repost 0
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 14:54

 

Exils

Exils est une exposition temporaire rassemblant les trois musées nationaux de Fernand Léger à Biot, de Chagall à Nice et de Picasso à Vallauris. Le jour de l’inauguration, le 23 juin, nous étions conviés à une itinérance dans ces lieux qui débutait à Nice à 11 heures, se poursuivait à 16 heures à Vallauris et se clôturait à Biot à 19 heures. C’est Maurice Fréchuret, directeur des musées nationaux des Alpes Maritimes, qui déploie le fil conducteur de ces expositions dans un lieu différent au fil de la journée. L’exposition doit se terminer le 8 octobre 2012.

Le point commun d’exils est bien sûr, le déracinement imposé à ces créateurs dont l’œuvre a acquis depuis lors une portée universelle. Les pouvoirs totalitaires n’ont su comprendre ces peintres, tout comme le public n’est venu que tardivement aux impressionnistes, c’était pour eux un art dégénéré. 

CIMG0749.JPG

La journée de l'inauguration

L’exposition temporaire du musée Chagall apporte un nouveau regard sur Chagall mais aussi sur d’autres créateurs contraints à l’exil. Chagall a du s’expatrier de l’URSS en dépit de son adhésion aux idées de la Révolution. Il est confronté au rejet de l’avant-garde qu’il représente, sans doute relégué à peindre exclusivement pour la communauté juive. Il s’exilera à Paris dès 1922 avant de rejoindre New-York. A la fin de la deuxième guerre mondiale, il revient en France, pour s’établir à Vence en 1948. Malraux assure la promotion de Chagall en lui confiant la décoration du plafond de l’Opéra de Paris. Il en est remercié par la donation par Chagall du Message Biblique, superbement mis en scène dans son musée de Nice. Nous en avons parlé lors d’une présentation des cartons préparatoires de ces toiles qui ne peuvent pas être exposées longtemps.  Le Musée Chagall de Nice  Le diaporama:  Musee-CHAGALL-de-NICE

Cette triple exposition met aussi en lumière et en tableaux exposés de nombreux autres peintres exilés : Kandinsky, Brancusi, Masson, Miro, Hernst, Hansaï.CIMG0765.JPG

Picasso : étude du taureau

 CIMG0773.JPG

Chagall entre chiens et loups

CIMG0799.JPG

André Masson : le reître

CIMG0759.JPG

Kandinsky : le noeud rouge

Au musée Picasso de Vallauris, nous avons le plaisir de revoir la fresque monumentale de la Guerre et de la Paix installée dans la Chapelle. 

 CIMG0814.JPG

CIMG0828.JPG

Picasso : la Paix et la Guerre

Mais l’inauguration se réalise cette fois devant l’œuvre d’un arménien (toujours l’exil) qui déploie une structure monumentale à l’entrée de la chapelle. Il s’agit d’une structure composée de mobiles descendant d’un plafond et qui en accompagnent la géométrie. L’oeuvre de Melik Ohanian, artiste français d'origine arménienne, s'interroge sur les notions de territoire et de frontière. Son mobile baptisé "Concrete Tears" est composée de 3451 larmes de béton suspendues à des fils d’acier maintenues en lévitation grâce à une structure en inox. Ces larmes symbolisent le drame vécu par les arméniens franchissant en 1915 les 3451 kilomètres séparant Erevan de Paris. 

CIMG0810.JPG

CIMG0829.JPG

CIMG0827.JPG

Melik Ohanian au centre de la photo

 

Au musée Fernand Léger, l’exil nous oriente différemment. Le point commun de Mondrian, Arp, Magnelli est un regard résolument tourné vers le nouveau monde, terre d’accueil des exilés. Ce choix est certainement du à Fernand Léger qui a bâti ses œuvres sur la démesure industrielle observée aux Etats Unis. Les constructeurs, l’architecture contemporaine, l’essor des loisirs de masse appartenant à ses leitmotiv favoris. Une présentation de ce musée est à voir sur ce site, article et diaporama :  Fernand-Leger Fernand-Leger   Le musée national Fernand Léger de Biot 

Guy Muller

Repost 0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 10:48

Au musée des Beaux Arts

Chéret dans ses murs

 CIMG0717

C’est à nouveau le musée des Beaux Arts de Nice qui est à l’honneur pour sa magnifique mise en scène des œuvres du peintre Chéret. Madame la Conservatrice a accueilli quatre groupes des Amis des Musées de Nice pour leur commenter le nouvel accrochage de Jules Chéret, dans le musée qui porte son nom.

Mme Devroye Stilz responsable du musée

Chéret, comme Toulouse-Lautrec est un des premiers publicitaire-affichiste « on parlait alors de réclame » dont le talent fut employé pour diffuser des messages en direction du grand public. Il a travaillé aussi bien à embellir des boites de chocolats, de confiseries, qu'à promouvoir des stations balnéaires, ou à orner des livrets d’opéra, des programmes, des livres… Son œuvre s’est donc révélée considérable et le musée Chéret doit conserver dans ses réserves nombre d’affiches qui marquent leur temps.

 CIMG0709

CIMG0713

CIMG0716

Le style de Chéret n’appartient qu’à lui, puisqu’il n’adhère à aucune école de peinture, disons que sa peinture est hédoniste. Sa palette de couleurs est immédiatement identifiable par ses pastels et le rejet des couleurs tristes comme le  noir. Il se conforme entièrement à la recherche du beau, anticipant sur la quasi-totalité des publicités actuelles. L’Oréal, LVMH, Hermès, emploient de magnifiques mannequins pour déployer au niveau mondial leurs produits. Il leur faut donc absolument rechercher les plus belles femmes afin de mettre en valeur leurs produits. Il en résulte une publicité aseptisée, redondante, avec une mise en scène recourant à tous les moyens d’expression, y compris la musique.

Jules Chéret

CIMG0711

Chéret lui aussi ne connait que les femmes, le mouvement, une musique sans musique suggérée par les attitudes des ses modèles. Ses scènes sont oniriques elles distillent des messages subliminaux. Ses grandes toiles qu’il produit à la fin de sa vie, ses cartons vont bénéficier à nombre de lieux publics : l’hôtel de ville de Paris, le palais Sarde à Nice…

Jules Chéret-Palais Sarde

Jules Chéret-Palais Sarde

Jules Chéret au Palais Sarde de Nice

Ce sont ses grandes toiles qui sont mises en valeur à l’occasion de l’inauguration d’une nouvelle salle du musée. Le fond d’une immense pièce est entièrement recouvert d’une toile de jean (nom provenant du lieu de production : Gênes). Cette toile met en lumière chaque tableau comme vous pouvez en juger.

 Le jean rehausse les couleurs de Chéret

Pour poursuivre votre visite : Musee-CHERET Musee-CHERET 

A voir aussi au musée Chéret les toiles de Gustav Adolf Mossa, peintre symbolique, importante collection de Raoul Dufy.

Gustav-Adolf Mossa - le dépit amoureux

A venir sur ce site, l'exposition Exils qui réunit trois musées : Picasso, Chagall et Léger. A voir pendant tout l'été.

Guy Muller

Repost 0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 16:19

Balade à Turin ville royale

CIMG5916

Amis des découvertes,

Si nous voyageons souvent avec des voyagistes, il peut être intéressant d’organiser des sorties, avec nos petits-enfants. C’est un moyen de redécouvrir à pas lent nos villes et d’admirer des paysages très intéressants. La ville de Nice a appartenu à la maison de Savoie, une route du sel reliait la mer à la montagne, passant par Saorge et Tende.  Tende et Saorge

La ville de Turin se découvre progressivement dans son quartier historique qui se déploie en de multiples places, musées, résidences et cafés historiques. Trois nuits et quatre jours sont nécessaires pour la visiter en comptant un déplacement vers Superga dont la Basilique offre un superbe panorama sur la ville.

 CIMG5920

Premier jour.Découverte de la ville : de la magnifique place San Carlo, du Palazzo Réale et son jardin, du palazzo Madamade la place Charles Albert. Le plan de la ville est rectiligne avec une abondance de galeries et d’arcades marchandes couvertes. Ce jour là se déroulait une bataille féodale sous les remparts de la porte Palatine insérée dans la zone archéologique romaine. Visite du Musée du Risorgimento qui rappelle le rôle des rois de Savoie pour parvenir à l’unité Italienne. Ce travail s’achève avec Victor Emmanuel II. Un chocolat consommé dans un café historique achève la journée. Le terme Bicerin désigne un verre de café constitué de trois strates : café, chocolat et crème.

CIMG5690

CIMG5694

CIMG5910

Place San Carlo-Palais Madame

Deuxième jour. Le musée du Cinéma était placé sous l’égide du réalisateur Altman. Une immense rampe hélicoïdale permet de suivre l’évolution chronologique des films à l’aide d’affiches et de photos pour chaque film présenté. Toute l’œuvre de Robert Altman (1925-2006) défile sous nos yeux dans une lente progression. Nous pouvons nous souvenir de Gosford Park, de Player, de Nashville, Last Show, etc. Ce musée peut donc modifier son exposition temporaire pour faire découvrir périodiquement un nouveau réalisateur. Mais ce musée est aussi consacré à l’évolution du cinéma depuis son origine et se termine à l’ère de la télévision et de l’ordinateur. De nombreuses alvéoles sont consacrées à restituer des passages de films célèbres ou à montrer des ambiances de studio. Par exemple un saloon de western y est reconstruit. Au rez-de-chaussée des lits-fauteuils permettent de voir d’anciens films en position couchée. Un ascenseur conduit à admirer la ville de Turin au sommet du musée.

Musée du Cinéma

Le musée du cinéma et sa tour d'observation sur la villeCIMG5904.JPG

Le musée Egyptien est en pleine rénovation. Ce musée est le plus riche du monde. Le premier étage montre la vie au quotidien, des stèles et sarcophages, explicatifs sur la civilisation antique. Des chambres funéraires, des tombes sont reconstituées  avec leur mobilier et leurx décorations. En ce qui concerne l’art de la statuaire, plusieurs salles sont mises en lumière noire, opérant de la sorte une mise en scène des statues et sculptures. Des miroirs permettent d’ajouter de la profondeur aux sphinx et de voir les statues de dos. De nouvelles salles sont en préparation au sous sol pour étendre l’emprise du musée définitif en 2013.

CIMG5843

CIMG5841

Le musée Egyptien

CIMG5781

La pinacothèque Agnelli-Fiat offre un magnifique panorama sur la chaîne alpine. Ce panorama se voit depuis la toiture de l’ancienne usine Fiat où les voitures étaient essayées. Ce complexe de 150 000 mètres-carrés a permis la construction de nombreux véhicules selon les principes de montage de  Ford. Il est devenu depuis quelques années une immense galerie marchande. Un chocolat est consommé dans un café historique. En soirée un repas-visite d’Eataly permet de voir une offre considérable de produits de la table offerts à emporter ou à consommer sur place. Des espaces sont répartis sur plusieurs étages pour créer des alvéoles séparées : charcuterie, pâtes, poissons, truffes, pâtisseries. Le vin y occupe un immense sous-sol avec une présentation régionale et internationale. Les barolos par exemple y sont présents avec 25 domaines différents. Ce vaste ensemble monumental consacré à l’art de la table, à la gastronomie, au vin est édifié sur l’ancienne usine Campari. Comme à la pinacothèque il s’agit d’une excellente utilisation de vieilles friches industrielles pour rénover la ville en douceur.

Vue depuis la pinacothèque Fiat 

Troisième jour. En route pour la basilique de Superga qui contient les tombeaux historiques de la famille de Savoie. Elle domine la ville et offre une vue magnifique sur la chaîne des Alpes, le Pô et la ville de Turin. On peut y accéder en téléphérique.

CIMG5760

CIMG5771

L’après-midi visite d’un palais royal extérieur à la ville notre choix se porte sur la villa della Regina. Cette demeure a fait l’objet d’une restauration car elle avait été très dégradée par sa transformation en caserne. Son style baroque est bien mis en évidence, c’est un véritable château avec d’imposantes pièces, une chapelle intérieure, d’immenses  jardins.  Les visites possibles autour de la ville sont nombreuses au plan des demeures royales, la Sacra de San Michele dans la vallée de Suse, plusieurs lacs sont situés au nord de la cité historique.    

CIMG5897

CIMG5901

Fin de journée avec un chocolat dans un café historique !

CIMG5928

CIMG5927

Quatrième jour. Le matin visite du village médiéval de Turin et du grand parc de la ville. Retour à Nice l’après-midi. Extension possible vers les Langhe, paysages du Barolo. Voir l’article sur une très belle région et son diaporama : Promenade dans les Langhe : pays du Barolo

CIMG5702

 CIMG5908

Conseil aux voyageurs. Il faut tenir compte du temps, l’étendue des arcades de la ville est un indice sur la précarité du soleil. La vue par temps couvert, depuis Superga ou depuis la pinacothèque, ne permet pas toujours d’admirer la chaîne des Alpes. Il faut donc s’adapter au jour le jour.

Bon voyage  à tous, avec le diaporama associé  TURIN TURIN

Guy Muller

Repost 0
Published by Muller - dans Promenades
commenter cet article

Nice au soleil

Rechercher

Table des matières

Le Musée Masséna

L'exposition Slobodan  à la Providence

Le musée Chéret : l'album diaporama

Merveilles du Bouddhisme au musée des Arts Asiatiques

Musée des Arts Asiatiques : les bois de l'immortalité

Inauguration du musée Bonnard au Cannet

Le Musée national Chagall de Nice

Musée Chagall : l'album

Expostion sur les peintres Russes à la Malmaison de Cannes

Musée national Fernad Léger de Biot

Musée Fernad Léger : l'album

Actualité des musées en France et dans le monde : artproject

Musée Masséna : le mobilier Napoléon 1er

Musée Masséna : l'album

Musée International d'art naÎf de Nice

Musée international d'art naÎf de Nice : l'album

Musée des Beaux Arts : Chéret dans ses murs

Exils : expostion temporaire des musées nationaux du 06

Musée Masséna : présence Russe à Nice

Angkor au musée des Arts Asiatiques

Le musée d'Art Classique de Mougins

Marseille capitale européenne de la culture en 2013

Marseille 2013 suite et fin

Au MAMAC : la postérité d'Henri Matisse

Matisse un été à Nice : musée Matisse et musée Chéret

Musée National Chagall : les autoportaits

La Promenade du Paillon de Nice

La Fondation Hartung-Bergman à Antibes

Antibes et ses musées

Trois siècles de tourisme  aux Archives Départementales des Alpes Maritimes

Exposition temporaire « Reconstruire le Réel » à Fernand Léger

Exposition The Animals aux Galeries Lafayette de Nice

Musée des Arts Naïfs de Nice Anatole Jakowsky

Georges Clemenceau : une passion pour l'Asie

La Principauté de Seborga

Expositions au MAMAC : Juliao Sarmento-Donation Karen

Musée Masséna : la marqueterie

Musée Chéret : exposition Lengrand

Le Palais Lascaris de Nice

Le Palais de Marbre (Archives municipales)

La donation Ferrero : école de Nice

 
Marseille : Volubilis au Mucem, Réfection de la Major
Le château de Vaux le Vicomte
Le château de Fontainebleau
Venise  Ca Rezzonico
 
Saorge et Tende
Promenade à Bussana Vecchia
La découverte du vieux-Nice et ses confréries de Pénitents
Promenade à Saint Tropez- Musée de l'Annonciade : les peintres de l'école de Marseille
Les Chapelles Notre Dame de Vie à Mougins et Bellini à Cannes
La fête des Cougourdons à Nice
Imperia et ses vallées d'oliviers-Valloria
La Principauté de Seborga
 
La Croatie
Promenade à Bussana Vecchia
La Jordanie
La Sicile  
La Sicile  : diaporama
Musée d'Arles Antique
Musée d'Arles Antique : diaporama
 
Inde : le Rajasthan 
Inde : le Rajasthan diaporama
Inde du Sud 1) Mahabalipuram-Pondichéry
Inde du Sud  2) Chidambaram-Darasuram-Tajore
Inde du Sud 3) Tiruchirapali-Tanjore
Inde du Sud 4) Madurai
Inde du sud 5)  Periyar-Backwaters
Inde du Sud 6) Cochin-Mysore
Inde du Sud 7) Mysore-Hassan
Inde du Sud 8) Hampi
Inde du Sud 9) Pattandakal-Goya
Les pêcheurs +7 diaporamas sur l'Inde du Sud
Belgique : Bruges - Gand
Belgique : diaporama
Chine : le Yunnan 
Chine : le Yunnan : diaporama
Russie : Saint Pétersbourg 
Russie : Saint Pétersbourg : diaporama
Italie :les Lenghe et le Barolo
Promenades à Paris
Promenades à Paris
La Pologne ; carnet de voyage
La Pologne : carnet de voyage 2
La Pologne : carnet de voyage 3
La Pologne : diaporama
Prague 
Prague ; diaporama
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre : diaporama
Myanmar 1) Yangoun-Bago
Myanmar 2) Pagan
Myanmar 3) Popa-Mandalay
Myanmar 4)Mandalay-Anciennes capitales
Myanmar 5) Mandalay-Mingun
Myanmar 6) Heho-Pindaya-Lac Inlé
Myanmar 7) Yangon
Myanmar : diapositives : Bago
Myanmar : diapositives : Pindaya-Lac Inlé
Myanmar diapositives : Bagan
Myanmar daiapositives : Yangon
Actualité des musées : Google artproject
Musées d'exception de Paris : Orsay et Pinacothèque
Promenade en IDF : Ecouen musée de la Renaissance
Promenade en IDF : Vincennes, Royaumont
Chartres : superbe vidéo
Le Mans : sa vieille ville
Nantes : monuments et mémorial de l'esclavage
Bourges 
Promenade en pays niçois : Contes, l'Escarène, Tende
Italie : Bussana Vecchia
 
Italie : Venise
Venise : diaporama
Italie : Lucques
Italie : Capri-Amalfi et sa côte
Italie : Pompéi et Herculanum
Italie : Naples et le Palsi royal de Caserte
Pompéi-Herculanum : diaporama
Italie : Turin ville royale
Italie : Florence suite de trois articles sur les quartiers
Florence : diaporama 1
Florence : diaporama 2
Sienne
Sienne - Route du Chianti
Barcelone: les pyramides humaines
Venise 1
Venise 2
Venise 3 ca Rezzonico
Parme
 
Singapour
Indonésie : Prambanan et Borobudur
Indonésie 2 : Surabaya-Mont Bromo-Kalibaru
Indonésie 3 : Bali
Indonésie 4 : Bali suite
Indonésie 5 – Sulawesi : le pays Toraja
Indonésie 6 - Sulawesi-Bali-France
Vidéo : mariage musulman en Indonésie
Vidéo : funérailles en pays Toraja
Coblence et le Rhin romantique
Trèves-Bernkastel
Le Luxembourg
Metz : ville et musée d’art moderne Pompidou
Nancy (suite)
Nancy et l’Art Nouveau
Musées : de superbes écrins
Marseille 2013 suite et fin
Marseille capitale européenne de la culture en 2013
Expositions ZIEM et Boudin été 2013 à Paris
Exposition virtuelle de Jane Austin en 1813 : reconstitution
Afrique du Sud Le Cap, Bonne Espérance, faune
Franschhhoek
De Graaf-Reinet à Durban
De Swelendam à Graaf-Reinet Camdeboo National Park
D'Hluhluwe au Parc Kruger via le Swaziland
Pilgrim’s Rest, Blyde River Canyon, Three Rondavels
Ohrigstad-Prétoria
Zimbabwe : les chutes Victoria par hélicoptère
Islande : Reykjavik fin de la Saga
Islande les fjords de l'Ouest Latrajberg - Péninsule de Snaefellsnes
Islande : fjords de l'Ouest - Isafjordur - Breitdavik
Islande : la route du Nord - Dettifoss - Myvatn - Godafoss - Akureyri - Glumboer
Les Fjords de l’Est : Le glacier-Le musée des pêcheurs français
Le parc national de Skaffaffel-Le Lagon Glaciaire de Jokulsarlon
ISLANDE : Carnet de voyage
Promenade en train à crémaillère au-dessus d'Interlaken
Lucerne et le col du Simplon
Phnom Penh 
Temples d'Angkor : Ta Prohm et Banteay Srei 
Angkor : les portes, le Bayon, le palais royal 
Cambodge : Angkor Vat 
Vientiane la capitale du LAOS 
Vang Vieng 
Luang Prabang 
LAOS - Jour 05 - PAKBENG - LUANG PRABANG 
LAOS - Au fil du Mékong 
CHIANG RAI 
 
https://www.youtube.com/channel/UCioFqEgrHD2GMbDQiri_p7w/videos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation-Boussole