Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 17:23

Présence Russe à Nice 1860-1914

CIMG1779CIMG1784CIMG1787CIMG1782

Photos prises en février 2013  : une lumière azurée

CIMG1756-copie-1.JPGCIMG1786

Le mausolée du Tzarevitch

Les russes sont venus à Nice pour profiter de la douceur de son climat. Le fils du tsar était atteint de tuberculose, venu à Nice avec sa cour, il constitue une importante colonie. C’est sur la colline dite du Parc Impérial qu’un hôtel sera érigé pour loger les premiers touristes. A la mort du tsarévitch, un imposant tombeau est construit en sa mémoire en 1865. C’est à côté de sa sépulture que l’église orthodoxe sera édifiée.

Avec les amis des musées de Nice et avec son Président, nous avons visité l’exposition qui rappelle plusieurs des étapes de l’implantation russe à Nice. Cette exposition animera quelque temps le musée Masséna. Monsieur Martin, nous a conté la destination des pièces consacrées à cette commémoration. Mais auparavant vous êtes priés de participer à l’inauguration de cette exposition :

Bien sûr, la construction successive de deux églises orthodoxes, montre l’importance de l’implantation Russe sur la Côte d’azur. La première église construite rue Longchamp s’avère rapidement être trop petite. La cathédrale Saint Nicolas va lui succéder avec ses superbes coupoles vernissées. Son architecte vient de Saint Petersburg : Mikhail Préobranjeski. Elle est présentée avec ses plans préparatoires, son inauguration, ses vues intérieures, ses tenues liturgiques. On note l’apparat qui orne de la tête aux pieds les prêtres orthodoxes si l’on compare avec les prêtres catholiques. Pour les religieux catholiques, l’apparat du costume est une donnée hiérarchique, qui commence au niveau de l’évêque. 

CIMG1745CIMG1744

 Il faut bien dire qu’un contentieux entre l’association de gestion et la Russie actuelle a animé l’actualité de la cathédrale pendant plusieurs années. L’enjeu du procès était de savoir de quelle obédience l’église devait dépendre : Constantinople ou Moscou. La décision judiciaire récente a penché la balance en faveur de Moscou, dont l’ambassadeur vint en 2012 chercher les clés à Nice, pour établir l’autorité de la Fédération Russe.

CIMG1761

L'autre église russe de la rue Longchamp

La cathédrale Saint Nicolas est le bâtiment niçois le plus visité par les touristes qui se moquent bien évidemment de la nature de son propriétaire. D’ailleurs pendant de nombreux mois, la cathédrale fut interdite d’accès à tout visiteur. Vous la voyez ici rutilante, en dépit d’importants travaux nécessités par un délabrement important.

La pièce qui sert de salle d’exposition est bordée en ses deux extrémités par un décor de bouleaux, œuvre des décorateurs de l’Opéra de Nice. Cette belle mise en scène sert donc d’écrin à l’exposition tout en rappelant l’étendue plate de contrées froides.

CIMG1774

Pour en revenir à l’exposition une salle est entièrement consacrée aux peintres russes installés à Nice. C’est Marie Baskirtseff qui nous accueille avec son autoportrait. Elle est connue pour ses écrits sur la ville de Nice., d’autres toiles sont consacrées à la mer, à ses tumultes du côté de Roba Capeu… Des photos rappellent les visiteurs de marque : Anton Tchékhov écrit à Nice, «Les trois sœurs ». A Villefranche sur Mer Alexis Korotneff établit une station zoologique et rassemble une collection de peintures dont les auteurs sont aussi russes.

 CIMG1746CIMG1749CIMG1747

Une autre salle est consacrée aux Ballets Russes de Monte Carlo car dès 1911, la compagnie se filialise à Paris, Londres et Monte-Carlo, sous la bannière du Directeur du théâtre Marinsky de Saint Pétersbourg : Diaghilev. C’est dans une ambiance de fête que le train bleu est créé pour unir Paris à la Côte d’Azur.

Après avoir construit des lignes de chemin de fer en Russie, le baron Paul Von Derwies, fait élever un château imposant à Valrose. Riche et amateur de peintures, il accumule de nombreuses œuvres d’art. Ce lieu est devenu depuis une faculté célèbre d’où sont sorties les mathématiques modernes. C’est sous le nom de Nicolas Bourbaki que plusieurs mathématiciens ont publié leurs travaux dont la théorie des ensembles. En dépit de son caractère dadaïste (avec une date de naissance et une date de mort), cette association qui a rassemblé de nombreux membres, a obtenu cinq médailles Field (le prix Nobel des mathématiques).

CIMG1736

Guy Muller

Repost 0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 11:57

Envies d’Italie

Florence suite

Ce troisième jour est consacré à la visite de la Basilique Santa Maria Novella. Elle est située dans le quartier de la gare. Sa façade Renaissance de marbre blanc et noir est mise en valeur par l’importante dimension de la place située en vis-à-vis. Elle a été construite de 1300 à 1470 et a donc subi nombre d’agrandissements. On y accède  par un cloître verdoyant. L’intérieur de l’église met surtout en valeur d’impressionnantes fresques : dans le chœur et dans plusieurs chapelles attenantes. 

 CIMG1310

L’église doit notamment sa célébrité à ses fabuleuses fresques de Giotto, Brunelleschi, Ghiberti, Masaccio, Ghirlandaio pour sa fresque dans la Chapelle Tornabuoni.CIMG1306

 

Une balade sur les quais nous conduit à Santa Maria del Carmine, située de l’autre côté de l’Arno. L’église Santa Maria est consacrée à l’art de la fresque et contient des effets de trompe-l’œil spectaculaires. Une chapelle baroque « Corsini » montre de fausses perspectives dans une ambiance théâtrale. Mais le joyau de l’église se trouve sur le transept droit appelée chapelle Brancacci. Les fresques de Masolini, de Masacci et de Lippi sont très connues et d’une grande fraîcheur.

CIMG1353CIMG1354

L’église Santa Maria est consacrée à l’art de la fresque et contient des effets de trompe-l’œil spectaculaires. 

CIMG1340

Une chapelle baroque « Corsini » montre de fausses perspectives dans une ambiance théâtrale. Mais le joyau de l’église se trouve sur le transept droit appelée chapelle Brancacci. Les fresques de Masolini, de Masacci et de Lippi sont très connues et d’une grande fraîcheur. 

 CIMG1348

La resurrezione del figlio di Teofilo e San Pietro in cattedra, Masaccio

 CIMG1341

Cacciata dei Progenitori, Masaccio, V. Il Tributo, Masaccio

CIMG1342

La guarigione dello zoppo e la resurrezione di Tabita en haut, Masolino et Masaccio Peccato originale, Masolino, en haut et à droite

CIMG1345

La crocifissione di Pietro et La disputa con Simon Mago

CIMG1347

Quatrième jour

Le Palazzo Vecchio est l’emblème de la ville au sein de la place de la Seigneurie. C’est le plus vieux monument de cette place construit entre 1299 et 1350. Il est une véritable forteresse par son aspect extérieur, une tour de guet, la tour d’Arnolfo domine l’ensemble, assurant la visibilité du pouvoir civil, depuis l’extérieur de la ville. L’entrée du palais est encadrée par des statues d’une taille impressionnante : un David et un Hercule annoncent les fastes intérieurs des cours et salles de réception.

CIMG1363CIMG1162CIMG1163CIMG1164

La première cour a été remaniée par Vasari à l’occasion du mariage de François 1er de Médicis. Elle est éblouissante par ses décorations réalisées par Vasari, dont le nombre de tableaux et de fresques décorant l’intérieur du palais est impressionnant. Les plafonds sont ornés de grotesques et les colonnes sont cannelées de couleur or. Au centre d’un carré parfait encadré par les colonnes, une surélévation en marbre abrite l’enfant aux dauphins d’Andréa de Verrocchio.

CIMG1525CIMG1527CIMG1509

CIMG1512CIMG1528

A l’intérieur, le style Renaissance est partout présent, dans la forme des salles, les fresques murales, la décoration des plafonds. Le cœur du bâtiment est l’immense salle des cinq-cents, qui met en valeur une tribune destinée à impressionner les ambassadeurs. Avec une hauteur sous plafond de trois étages, des tableaux immenses retracent les victoires de Florence sur les villes de Pise et de Sienne, les plafonds de Vasari forment 39 caissons peints. 

CIMG1507CIMG1522CIMG1523

Après cette salle, de nombreuses pièces témoignent de l’histoire du palais, au fil de ses occupants : cabinet de travail de François 1er, appartements de Léon X, salle de Clément VII, appartement d’Eléonore de Tolède avec une très belle chapelle, enfin la salle rouge témoin de l’unification italienne en 1865. Cette dernière salle était destinée à abriter la capitale italienne de Florence pendant un bref laps de temps : 1865-1870. Elle abrita le gouverneur de Florence, Bettino Ricasoli, qui devait réorganiser les salles du palais. La salle rouge est décorée de tapisseries, de fresques, tableaux. Elle sert actuellement à célébrer les mariages civils. Les remaniements du bâtiment et de cette salle en particulier sont datés par l’existence d’une petite salle de bains destinée au gouverneur, attenante à la salle rouge.

Nous nous dirigeons vers la Basilique San Lorenzo, construite entre 1424 et 1436 par Brunelleschi, dont la façade est restée inachevée. Nous entrons par la Chapelle des Médicis et découvrons un ensemble d’accumulations de peintures, de fresques, des tombeaux, des statues, reliquaires dispersés dans plusieurs salles. Dommage, les photos sont interdites...

CIMG1491CIMG1492.JPG

C’est une profusion qui contraste avec la sobriété de l’extérieur. En sortant de l’édifice, on suit un chemin tracé par de nombreux commerces ambulants. Toutefois, ces commerces opacifient la vue des commerces qui sont placés en retrait. Des affiches dénoncent l’invasion des commerces ambulants en disant « nous sommes là, derrière ». 

Nous nous dirigeons ensuite vers la Basilique de la Santissima Annunziata. Elle est située au Nord d'une grande place. On y accède par un cloître intérieur qui abrite des fresques. L'intérieur de la basilique est baroque avec une chapelle intèrieure très belle.

CIMG1483.JPGCIMG1477.JPGCIMG1475.JPGCIMG1476.JPGCIMG1474.JPGCIMG1478.JPG

En fin de journée : direction vers la place de la République qui abrite les commerces de marques que nous connaissons un peu partout. Les devantures Missoni, les gantiers, les bijouteries, les magasins de mode pour hommes et femmes, les cafés-restaurants-pizzas préservent encore une touche italienne en voie de disparition. 

CIMG1537.JPG

 Pour voir les deux diaporamas sur Florence :  Florence Florence

  Florence-2 Florence-2

 

Guy Muller

Repost 0
Published by Muller - dans Voyages
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 10:54

Florence 2

Deuxième jour. La visite du musée des Offices prend toute la matinée. Ce musée est l'un des plus beaux du monde car il expose les plus grandes oeuvres de la Renaissance. L’interdiction de prendre des photos peut-être surmontée en suivant le lien : link

Nous admirons la place de la Seigneurie, ses sculptures avec sa fontaine dominée par Neptune, puis nous visitons l’intérieur de la loge dei Lanzi.

CIMG1363

CIMG1121

Cette loge est un musée à ciel ouvert : en son centre on trouve un plan des diverses sculptures implantées sous l’édifice. Construite entre 1376 et 1382, elle accueillait les dignitaires étrangers, avant de devenir un musée à ciel ouvert visible nuit et jour. Signalons le superbe Persée de Cellini, l’enlèvement des sabines et la lutte d’Hercule contre le Centaure de Gianbologna, parmi les statues exposées.

CIMG1364

CIMG1124CIMG1171CIMG1167

 CIMG1166

La place peut être visitée virtuellement :  link

L’après midi, nous flânons et découvrons l’intérieur du Dôme de Santa Maria del Fiore.

 Puis nous nous dirigeons vers le quartier Santa Croce. Ce quartier à la mode est très couru la nuit avec théâtre, cafés restaurants, boutiques de mode. Nous arrivons devant l’Eglise Santa Croce pour une visite. Sur la place qui s’étend devant l’église des blocs de marbre sont posés sur un tapis de cailloux blancs. Les enfants jouent et escaladent ces blocs.

 CIMG1251CIMG1255CIMG1256

L’intérieur de l’église est couvert de fresques, mais ce qui attire l’attention, ce sont les tombeaux des gloires de Florence. Gisent ici pour leur dernier sommeil : Rossini, Machiavel, Dante, Galilée, Michel-Ange, Vasari, Ghiberti.

CIMG1274CIMG1275CIMG1276CIMG1279CIMG1277

Cette basilique franciscaine était un lieu de rencontre pour les intellectuels de l’époque. Sur la gauche et à la droite du choeur nous pouvons voir des fresques superbes dont la nomenclature détaillée se trouve décrite sur le site internet de l'église : link

CIMG1261

CIMG1271CIMG1262CIMG1263CIMG1266CIMG1267CIMG1268

Dans sa chapelle attenante, située de l’autre côté du cloître, sont rassemblés la quintessence des artistes du quatrocinquo. Sont présents sur les cimaises : Cimabue, Giotto, Brunelleschi, Donatello, Vasari, Ghiberti, Della Robia, Bronzino, etc. Il s’agit d’un véritable petit musée. 

CIMG1284

L'ancien réfectoire du couvent de Santa Croce, ou Cénacle, construit dans la première moitié du XIVe siècle, est une immense salle rectangulaire avec des poutres du toit découvertes, dont la paroi postérieure est ornée de fresques de Taddeo Gaddi : La « Cène est dominée par ' Arbre de Vie (inspiré par le Lignum vitae de Bonaventure).

 CIMG1286CIMG1293CIMG1290

      Nous poursuivrons prochainement la suite de nos visites à Florence, puis à Sienne.

Guy Muller

Repost 0
Published by Muller - dans Voyages
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 12:10

 Florence

Pour les grands-parents, les vacances scolaires sont une façon de renouer avec les petits-enfants, pour découvrir villes d’art ou paysages. Notre petit-fils a choisi la ville de Florence pour une découverte étalée sur 6 jours en novembre 2012. 

CIMG1093

CIMG1094

Le premier jour permet de rallier Florence à partir de Nice. Nous arrivons l’après-midi, pour nous installer à l’hôtel. Très vite nous profitons du beau temps pour aller sur le magnifique belvédère offert par la Pizzale Michelangelo dominant la ville. Il est difficile de prendre une photo, tant nombre de touristes sont massés sur toute la longueur de la balustrade, souvent sur deux rangs. Nous descendons quelques marches pour trouver plus de calme. Des spectateurs massés sur les marches écoutent des musiciens.

CIMG1092

Le Dôme domine la ville par sa masse, l’on admire l’Arno et ses rives, puis le Ponte Vecchio qui abrite de nombreuses échoppes (bijoutiers surtout). Le Dôme est le couronnement de l’œuvre de Brunelleschi, architecte, mais aussi sculpteur, peintre et orfèvre.

CIMG1104

CIMG1135

CIMG1132

Ce Dôme résume aussi bien l’architecture romaine avec ses rectangles et ses rondeurs, que des éléments de perspective dont la redondance sur les façades fait ressortir les angles droits. Brunelleschi a été limité par son mécène qui a refusé l’orientation vers le fleuve, sans toutefois être pingre sur les fonds alloués à cette opération. Car l’ensemble en marbre, ses dimensions, la délicatesse des trois façades de l’entrée, le nombre de sculptures, ont une fonction politique. Il s’agit d’éblouir une population qui vivra à l’ombre de l’édifice (1436) et de subjuguer les villes-états concurrents. L’ensemble du Dôme et du Baptistère, la décoration des portes, dont les éléments ont été approuvés par concours pour la porte du Paradis, sont des pièces maitresses de la Renaissance italienne. Bien au-delà de l’Italie, Florence va attirer de nombreux occupants, dont les français, envieux de ces richesses. De François 1er à Napoléon 1er, bien des guerres ont eu le but d’en asservir les beautés et d’en importer les talents.

CIMG1116

CIMG1173CIMG1118

Une fois parvenus au centre historique, nous commençons nos visites en passant par la Galeries des Offices, la place de la seigneurie, le Dôme, retour par la place de la République et visite de quelques marchés. Nous reviendrons les jours suivant sur le même parcours pour visiter l’intérieur des monuments ou pour nous restaurer. Ces promenades sont facilitées par l’absence de circulation automobile, elles offrent la possibilité d’admirer la cité sous des couleurs différentes : de nuit, sous la pluie et sous un soleil resplendissant. 

      CIMG1200CIMG1205CIMG1206CIMG1217CIMG1219CIMG1220

L'intérieur du Dôme et la porte du Paradis du Baptistère

CIMG1196

Guy Muller


Repost 0
Published by Muller - dans Voyages
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 19:18

Bonne et Heureuse Année 2013

 

Amis des expositions et des découvertes, vous recevez depuis longtemps déjà cette revue de l’actualité. Sa parution régulière entraîne une forte augmentation de sa fréquentation. Comme il m’est impossible de répondre à tous individuellement : trouvez ici même ma carte de vœux.

18e8e582.gif

 

Meilleurs vœux de bonheur, de bonne santé et de joies pour 2013
 
Un important programme de visites et de découvertes vous accompagnera toute l'année
 

En ce début d’année, il est bon de constater que les musées des Alpes Maritimes, poursuivent leurs expositions temporaires. C’est une façon d’animer leur patrimoine en nous invitant à effectuer des visites régulières. Tour à tour, l’exposition « Exils », le musée Masséna, le musée des Beaux Arts ont étendu le champ de leurs activités. En mutualisant leur surface avec Exils, sur les musées nationaux de Fernand Léger, Chagall, Picasso. En vivifiant le musée Masséna grâce à des thèmes spécifiques : mobilier Napoléon, présentation des anciens Présidents de la République et en ce moment l’histoire de la venue des Russes à Nice. Le musée Chéret lui aussi a su trouver des occasions de se revitaliser avec la mise en exergue tout à tour de Bruegel le velours, de Bronzino et de Chéret. Au Cannet, c’est le nouveau musée Bonnard, qui après son inauguration, a consacré une exposition aux amis de Bonnard : Matisse, Vuillard, Monet. Ce musée présente jusqu’au 6 janvier l’exposition sur Misia, reine de Paris, que certains d’entre vous ont pu voir cet été au musée d’Orsay.

L’actualité des musées nationaux n’est pas oubliée pour autant puisque toutes les expositions de renom font l’objet d’une mention et d’un accompagnement vidéo. Cela a été le cas pour les expositions Monet, Modigliani, Canaletto, Guardi, Dali, l’impressionnisme et la mode, la Renaissance italienne au nouveau Louvre de Lens. Ces informations se retrouvent en tête de rubrique, incorporées à un article ou à la fin d’une page du site. En tête de rubrique vous trouverez toujours des accès directs aux plus grandes bases de données.

 

Google Projectart vient d’ajouter 19 nouveaux musées aux 150 déjà présents sur son site, dont l’intérieur du Palazzo Vechio de Florence.La Grande Bretagne vient de créer un musée virtuel qui rassemble 200 000 toiles en collaboration avec la BBC. Le Ryjksmuseum d’Amsterdam vient de rouvrir après de longs travaux d’embellissement. Il en profite pour créer une galerie virtuelle présentant ses collections. Dans tous ces cas, les musées qui s’engagent dans la numérisation de leurs tableaux, ont bien compris le pouvoir d’attraction de leurs collections. Ils permettent aux amateurs, de créer leur propre univers, de connaître leurs préférences et d’intégrer une invitation au voyage pour parfaire sur place la vérité d’une toile dans sa dimension exacte. : link

En ce qui concerne la section voyages, elle est appelée encore à s’enrichir, après la Chine du Sud, l’Inde du Sud, le Myanmar ; l’Europe n’est pas délaissée après la Pologne, la Belgique, nous redécouvrons méthodiquement l’Italie. Prochainement nous visiterons Florence et Sienne pour boucler nos connaissances sur la Renaissance italienne et son influence sur la France. Je rappelle que cet été vous avez pu visiter à Ecouen le musée national de la Renaissance, puis voir à Bourges, la demeure de Jacques Cœur, premier édifice de ce nouveau style. Les lecteurs pourront lire avec profit le livre de Monsieur Ruffin «Le grand Cœur » biographie du grand argentier, admirateur-importateur de la Renaissance italienne.

Et pour commencer en beauté cette nouvelle année, regardez les plus belles vidéos : 

 

A bientôt, pour de nouvelles découvertes,

 

Guy Muller

Repost 0
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 19:37

Naples - Caserte

 CIMG0508

Une église parmi les plus de 400 de la ville

La fin de ce voyage dans le golfe de Naples se devait d’honorer cette grande ville de près d’un million d’habitants. Par son emplacement stratégique elle a vu défiler de nombreux envahisseurs. Tour à tour, après les romains, les byzantins, les normands, les angevins, les aragonais édifièrent des marques de leur présence. Ainsi le Castel dell’Ovo a permis de résister pendant la période byzantine à l’invasion lombarde. En 1759, un royaume de Naples est créé avec les deux siciles, rompant avec l’Espagne. Après Charles III de Bourbon, son fils Ferdinand et leurs successeurs construisent de nombreux palais et entament les fouilles d’Herculanum.  Le palais royal de Caserte est une parfaite démonstration d’un goût pour le classicisme. Naples est ainsi une mosaïque d’œuvres issues chacune d’une époque différente.

 CIMG0488CIMG0492

Nous allons sur les hauteurs de la ville pour voir la mer, le port et le Castel dell’Ovo. Le côté Ouest nous montre la désolation d’une friche industrielle qui devrait abriter un complexe touristique. Un émirat arabe prend en charge la reconstruction complète de ce vaste ensemble.

CIMG0485CIMG0483

En suivant le bord de mer Jules César nous accueille avant de parvenir sur la place du Palais Royal. Résidence des souverains de la maison de Bourbon, le palais Royal, avant de revenir à la maison de Savoie lors de l’unification Italienne. Il faut noter que de 1805 à 1816, Joachim Murat et Joséphine Bonaparte habitent ce palais, tout en développant une grande activité archéologique sur le site de Pompéi.

CIMG0965

CIMG0571

CIMG0505

CIMG0503

Parmi les monuments importants de la ville, signalons l’opéra San Carlo et la galerie Umberto I, qui se trouvent en face l’un de l’autre. La Galerie Umberto est magnifiquement décorée. De nombreuses portes offrent la possibilité d’admirer des intérieurs décorés. C’est le rendez-vous de la ville avec ses cafés, ses boutiques de luxe, ses allées cruciformes dominées par une structure métallique. Le dôme est réellement superbe d’élégance.

 CIMG0535CIMG0539CIMG0543CIMG0546CIMG0556CIMG0555

Au sortir de la galerie nous nous dirigeons vers l’arrière du palais Royal pour observer un château fort. Dénommé Castel Nuovo il est construit à la fin des années 1290. C’est un parfait château fort avec ses tours, son pont levis, d’allure plutôt austère. Au fil des ans il fut assiégé et mis à sac en 1347 par Louis 1er de Hongrie, puis une nouvelle fois assiégé. En 1442 il est renforcé pour tenir compte des progrès réalisés par l’artillerie. Toutefois ce qui attire immédiatement le regard du visiteur est l’arc de triomphe construit pour accueillir le roi Alphonse 1er. Cet arc de triomphe est réellement magnifique : richement orné, sa façade en marbre jure avec le gris sombre du château.

 CIMG0574CIMG0576CIMG0575

 Le Palais Royal de Caserte

En route pour la France, nous nous arrêtons au Palais de Caserte qui a voulu copier notre Versailles. C’est en 1752, que Charles III de Bourbon, pose la première pierre d’un édifice qui sera terminé en 1774. Construit autour de quatre cours un escalier monumental conduit, via une galerie à trois nefs, à une chapelle et aux appartements royaux. Grandeur, majesté des lieux, sculptures nombreuses, hauteur sous plafond impressionnante, richesse des salles, oui c’est Versailles.

CIMG0905CIMG0904CIMG0900CIMG0908CIMG0912CIMG0914

Cette impression est renforcée lorsque l’on observe l’immensité du parc, l’ordonnancement des jardins, l’ampleur des vues sur les bassins,  3 kilomètres et demi de verdure.

 CIMG0917CIMG0918

Amis des voyages, des musées et des découvertes,

Je vous souhaite de passer de bonnes fêtes de fin d’année. Nous reprendrons la route de l’Italie avec Florence et Sienne. Ce sera l’occasion de revenir sur la période de la Renaissance italienne. Cette période fait actuellement l’objet de l’inauguration du nouveau musée du Louvre à Lens.

Guy Muller


Repost 0
Published by Muller - dans Voyages
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 18:18

Pompéi-Herculanum

8057032202_f837a01f4f.jpg

221108271_61d67bea6b.jpg

Notre circuit dans la baie de Naples, imposait une visite des sites archéologiques, de ces deux villes détruites par le Vésuve. Ce volcan est d’ailleurs toujours en activité comme on peut le constater en observant ses fumeroles. Mais un autre site « la Solfatare » témoigne mieux encore de cette activité puisque nos pieds sont situés au-dessus de cette bouilloire infernale. Le sol est solidifié par une carapace de soufre à l’intérieur de laquelle des mares sont en ébullition permanente. Chaque jour 5000 tonnes de dioxyde de carbone et de vapeur se dissipent dans l’atmosphère.

 3769561743_e2518180fe.jpg

3769563061_d8a2798a26.jpg

Pendant 1600 ans les cités détruites par l’éruption furent enterrées par des gangues protectrices liées aux émissions du volcan. C’est ainsi que Pompéi devait reçevoir plusieurs mètres de pierres ponce, débris volcaniques, cendres. C’est au XVIème siècle que des travaux mirent au jour les premières rues et quelques villas. Une importante fortification de plus de trois kilomètres fut découverte au temps de Murat. Elle est visible dès l’entrée de Pompéi. Nous avançons ensuite vers la palestre qui était un terrain d’entraînement pour les coureurs. Elle sert d’entrée pour les visiteurs.

 CIMG07838056994439_1882db1368.jpg

Au fil de nos découvertes nous visitons les rues dont les chars ont dessiné des entailles importantes dans la chaussée. Nous voyons les fontaines, les axes de rues, entrons à l’intérieur des maisons et admirons leurs décorations. Les théâtres, les thermes, Le marché, l’imposant forum donnent une idée par leur dimension de l’importance de cette ville.

CIMG0793CIMG0791CIMG0830CIMG0932CIMG0836

La beauté de certains décors, l’architecture des maisons, les mosaïques, nombre de splendeurs sont à découvrir lentement.

CIMG0820

CIMG0799

CIMG0824

Il faut toutefois déplorer l’impossibilité de pénétrer dans plusieurs villas conservant des fresques : Vetti, Mystère, Vénus. Le site de Pompéi se dégrade lentement et plusieurs maisons risquent de tomber. Il faut ajouter un important nombre de visiteurs qui peut décourager le photographe. Les groupes provenant des bateaux de croisiéristes circulent trop rapidement, limités par le temps.

 CIMG0838

Herculanum

Cette cité était plus petite que Pompéi, mais elle reste aussi importante au plan archéologique. Ce sont des coulées de lave brûlantes et fluides qui ensevelirent ce site sous 15 mètres de hauteur. Seulement un quart de sa superficie est mise à jour, une ville a été édifiée sur les décombres, empêchant toute nouvelle découverte. Je recommande la visite d’Herculanum qui est dix à vingt fois moins visitée que Pompéi.

CIMG0844

A l’entrée d’Herculanum on domine nettement l’ensemble archéologique qui s’étend sous nos pieds. Plusieurs villas ont conservé leur premier étage. Avec ses 4000 habitants, la cité était un port de pêche, qui abritait une mixité sociale. Il y a peu de magasins mais surtout des ateliers. Petit à petit les patriciens de Naples en font une station balnéaire, comme il en existe beaucoup en Campanie.

CIMG0855CIMG0856CIMG0855CIMG0851

 

Le sacellum des Augustales est un vaste bâtiment destiné au culte : il est richement décoré. Ses fresques donnent une idée de la finesse des dessins. Admirez les fenêtres ouvertes à côté des fresques : ce sont de superbes faux semblants (ci-dessus)

 CIMG0920CIMG0832

CIMG0874

Nous retrouvons tous les monuments caractéristiques d’une ville romaine : forum, théâtre, amphithéâtre, thermes, basilique, fontaines. Beaucoup de monuments cultuels, le marché sont encore enfouis. Herculanum étant un port on y retrouve l’emplacement des barques très peu différent des abris à bateaux actuels.

CIMG0863

CIMG0857

CIMG0879

CIMG0864

Voir le diaporama associé :  Pompei-Herculanum Pompei-Herculanum

Repost 0
Published by Muller - dans Voyages
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 17:59

Capri-Amalfi

 Capri le port

Notre voyage est organisé en étoile à partir de Sorrente. Nous passons une journée à visiter Capri et Anacapri.

 Sorrente

Un tour de l’île permet de la découvrir  avec son déhanchement vers Anacapri.

 CIMG0726

CIMG0729

CIMG0737

CIMG0730

Capri abrite un petit port de pêche. L’artère principale est occupée par les grandes marques du luxe que l’on retrouve partout en méditerranée.

Mais depuis un belvédère on retrouve de belles cartes postales. Le soleil et le bleu de la mer prolongent ici l’été.

CIMG0753

CIMG0743

CIMG0746

CIMG0755

La déclivité est montrée par le chemin thyssen qui relie la villa à la mer

Le point le plus remarquable est Anacapri et la villa d’Axel Munthe. Cette villa a donné, pour sa construction à un livre « Villa San Michele ».  Au plan botanique cette villa figure parmi les dix plus beaux  jardins-villas d’Italie. Nous découvrons à l’intérieur de la villa les salons et les chambres, puis à l’extérieur nous admirons nombre d’œuvres de l’antiquité. Suédois, Munthe était ébloui par la luminosité des paysages de la baie de Naples. Il renouait ainsi avec le choix de la noblesse romaine qui s’était établie autour de cette baie.

CIMG0762

CIMG0763

CIMG0768

Mais le plus beau est la pergola qui se termine avec la statue d’un sphinx. Le panorama offert est réellement sublime. On comprend l’enthousiasme du Docteur Munthe pour cet emplacement et son désir de l’enrichir. C’est à l’occasion d’une épidémie de choléra à Naples, que Munthe fit la découverte de l’île de Capri.  Munthe était une sorte de précurseur des futures ONG : ses prestations tenaient compte de la situation sociale de ses patients. Proche de Pasteur et de ses recherches il était favorable à l’euthanasie des patients atteints par la rage.

 CIMG0770

CIMG0769

CIMG0952

Nous n’avons pas pu visiter la grotte bleue la mer étant plus haute de un mètre à cette saison.

 

Amalfi et sa côte

 

CIMG0633

CIMG0636

De Sorrente à Amalfi, la côte se caractérise par sa déclivité. En conséquence nombre d’hôtels desservent une plage située en contrebas par des ascenseurs.

Cette région est la patrie des citronniers et du limoncello local. De nombreux villages de pêcheurs bordent le littoral qui est magnifique par sa découpe. La circulation en voiture y est pénible, même les cars sont soumis à des contraintes de longueur.

 Positano

La cathédrale d’Amalfi est superbe. Sa crypte et sa nef sont ornées de colonnes et de murs en marbre qui sont incrustés de pierres de couleur. Ce décor est magnifique lorsque les doigts en découvrent la douceur et l’ornementation.

 La Cathédrale d'Amalfi

CIMG0957

CIMG0687-copie-1

CIMG0683

CIMG0689

Le cloître

CIMG0683 

 Un cloître rappelle ses origines arabes par ses arcs spéciaux.

La commune d’Amalfi est entièrement touristique avec les abus de commerces sans grand intérêt pour les méditerranéens que nous sommes.

CIMG0673 CIMG0671

Au-delà de Salerne on visitera le site de Paestum qui abrite 3 temples grecs. Arrêt à Vietri pour acheter des objets en porcelaine : plats, animaux, jarres. 

800px-Coignet_Paestum.jpg

A bientôt, pour visiter Pompéi et Herculanum

Guy Muller

 

Repost 0
Published by Muller - dans Voyages
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 18:07

Lucques

 CIMG0374

C’est par un voyage organisé des autocaristes Phocéens que nous avons visité Naples, Capri, Sorrente, Pompéi, Herculanum et le Château de Caserte. Ce voyage débute par une halte à Lucques dont l’ensemble architectural est protégé par des remparts. De ce fait, l’incursion des automobiles est empêchée, les piétons sont à l’aise pour visiter. Lucques est devenue la ville des vélos ce qui lui donne un surcroit de silence.

CIMG0388

Lucques a été une capitale de la soie au Moyen Age. La première place visitée rend hommage à Puccini natif de cette ville. Mais d’autres musiciens sont nés dans la ville : Geminiani, Boccherini et Catalani (auteur de la Waly).

 CIMG0358

Après deux cents mètres de marche dans les rues, nous parvenons sur une place dominée par un ensemble de marbre blanc de style roman ; l’église San Michele. Sur quatre niveaux, la façade présente des arcatures ornées de colonnades colorées. Un campanile est situé à la droite du transept. Bâtie au XIIème siècle à l’emplacement de l’ancien forum, on imagine des ajouts successifs au fil des siècles de statues et des améliorations des marbres colorés, comme pour les colonnades chantournées. L’ensemble s’avère d’une grande grâce, avec une légèreté de présentation, sous un soleil d’automne.

 CIMG0365CIMG0366

CIMG0367

CIMG0379

La place de l’amphithéâtre a conservé son ovale ; les maisons sont édifiées tout autour.

 CIMG0410CIMG0414

Nous parvenons au Dôme de la Cathédrale dédiée à Saint Martin. La façade est construite sur trois niveaux, enrichie de colonnettes ouvragées et colorées. Le style est roman pisan. La cathédrale est asymétrique car bordée par un dôme en briques à sa base puis magnifié par trois étages en marbre. Le style de cette tour est particulier ; chaque étage ajoute une fenêtre supplémentaire. Il en résulte un allègement au plan visuel puisque depuis la base placée au niveau supérieur de la cathédrale, on passe de une à quatre fenêtres très ouvragées. Ces ouvertures pratiquées sur les quatre côtés de la tour sont visibles quel que soit l’angle de vue.

 CIMG0450

CIMG0449

Une autre église inaugurée  en 1147 présente un aspect plus médiéval accentué par un campanile totalement en briques. Un frontispice déploie une mosaïque monumentale qui enrichit une façade très simple. L’intérieur de l’église renferme un bénitier et une décoration Della Robbia. Le plafond de la chapelle de la Croix est magnifique.

 CIMG0392

CIMG0405.JPG

CIMG0401

CIMG0403CIMG0400

Parmi les curiosités on admire la torre Guinigi dont le sommet est orné d’arbres.

 CIMG0419

La ville des vélos….

 CIMG0420

CIMG0407

CIMG0353

CIMG0418

A l’extérieur de Lucques on peut visiter d’admirables villas. La gastronomie ne doit pas être oubliée. On regrette déjà de devoir partir vers le sud. 

Guy Muller

Repost 0
Published by Muller - dans Voyages
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 17:53

Envies d’Italie

Ce thème fera l’objet de nombreux articles qui vous feront connaître de nombreuses villes et des monuments célébres. Nous irons à Naples, Capri, Herculanum, Pompéi, Amalfi. Puis nous visiterons Florence, Sienne, Lucques, sans oublier la route du Chianti, magnifique en ce mois de novembre. Autour de Venise d’autres cités sont à connaître : Vicenze, Padoue et les villas situées au long du canal de la Brenta. Ces envies d’Italie ponctueront nos découvertes sans oublier l’actualité des musées tout au long de l’année 2013.

08210001

Venise

08210008082100090821001108210004

L’arrivée à Venise par la gare permet d’être immédiatement au cœur de la ville. Le Grand Canal offre ses merveilles par l’intermédiaire d’un Vaporetto  qui conduit à la Salute.

082100180821002008210021

Après un arrêt pour visiter Santa Maria della Salute, on reprend le bateau pour arriver au Môle et à la place Saint Marc.

08210058082100280821002708210032

Le palais des Doges est situé à droite de la place, ainsi que la basilique. Au centre de la place nous trouvons un campanile qui trône au milieu d’un ensemble très architecturé. A gauche les Procuraties développent leurs arcatures parallèles des deux côtés de la place. Elles encadrent la Basilique et forment le salon d’apparat de la ville. De nombreux magasins et cafés (Le Florian) se sont installés sous les arcades. La place Saint Marc est un lieu très fréquenté par les touristes. Mais le moindre changement de temps les fait fuir vidant complètement la place, phénomène accentué en période de hautes eaux.

0821003408210035082100400821004308210042

Il faut compter une bonne journée pour découvrir les extérieurs et les intérieurs des bâtiments de cette seule place, dont le musée Correr qui ferme la place, face à la Basilique. Un séjour d’une semaine permet de connaître la ville avec ses nombreuses églises et d’aller voir les îles de la Lagune : Murano, mais surtout l’île des morts qui est le cimetière de la ville. Le Lido se trouve placé en face du môle et abrite de nombreux hôtels et palaces. Mais ce Lido isole quelque peu de l’ambiance vénitienne qu’il faut savourer lorsque les touristes sont partis.

082100460821004708210044

 Mais une autre île possède d’importants attraits : San Giorgio Maggiore. Imaginez une surface bâtie sur la mer avec les courbes d’une basilique, des toitures en tuiles ocre, un cloître blanc.  La façade de marbre de l’église et son campanile sont immédiatement repérables comme une veduta depuis Venise. Guardi en a immortalisé l’aspect dans les vues de mon dernier article.  L’église brille de tous ses feux avec sa façade en marbre blanc due à Palladio, elle émerge véritablement de la mer, avec sa vaste esplanade de marbre noir et blanc.

CIMG109508280025082800240828002108280022

San Giorgio Maggiore par Guardi et actuellement, vues de Venise depuis son Campanile

L’intérieur de l’église bénédictine est vaste de couleur blanche. Il est facile de monter au campanile avec un ascenseur pour découvrir à 63 mètres une somptueuse veduta sur Venise. L’intérieur qui donne sur une cour a un aspect reposant car un immense jardin de 3000 buis verts y déploie ses formes labyrinthiques.  Les façades intérieures sont en brique, chassant ainsi la blancheur observée de l’extérieur, le vert du cloître et des jardins créent une ambiance reposante propre à la méditation.

Pour voir le diaporama associé :  Venise Venise

A bientôt,

Guy Muller

 08210016

0821001508210017

Ballet de gondoliers

Repost 0
Published by Muller - dans Voyages
commenter cet article

Nice au soleil

Rechercher

Table des matières

Le Musée Masséna

L'exposition Slobodan  à la Providence

Le musée Chéret : l'album diaporama

Merveilles du Bouddhisme au musée des Arts Asiatiques

Musée des Arts Asiatiques : les bois de l'immortalité

Inauguration du musée Bonnard au Cannet

Le Musée national Chagall de Nice

Musée Chagall : l'album

Expostion sur les peintres Russes à la Malmaison de Cannes

Musée national Fernad Léger de Biot

Musée Fernad Léger : l'album

Actualité des musées en France et dans le monde : artproject

Musée Masséna : le mobilier Napoléon 1er

Musée Masséna : l'album

Musée International d'art naÎf de Nice

Musée international d'art naÎf de Nice : l'album

Musée des Beaux Arts : Chéret dans ses murs

Exils : expostion temporaire des musées nationaux du 06

Musée Masséna : présence Russe à Nice

Angkor au musée des Arts Asiatiques

Le musée d'Art Classique de Mougins

Marseille capitale européenne de la culture en 2013

Marseille 2013 suite et fin

Au MAMAC : la postérité d'Henri Matisse

Matisse un été à Nice : musée Matisse et musée Chéret

Musée National Chagall : les autoportaits

La Promenade du Paillon de Nice

La Fondation Hartung-Bergman à Antibes

Antibes et ses musées

Trois siècles de tourisme  aux Archives Départementales des Alpes Maritimes

Exposition temporaire « Reconstruire le Réel » à Fernand Léger

Exposition The Animals aux Galeries Lafayette de Nice

Musée des Arts Naïfs de Nice Anatole Jakowsky

Georges Clemenceau : une passion pour l'Asie

La Principauté de Seborga

Expositions au MAMAC : Juliao Sarmento-Donation Karen

Musée Masséna : la marqueterie

Musée Chéret : exposition Lengrand

Le Palais Lascaris de Nice

Le Palais de Marbre (Archives municipales)

La donation Ferrero : école de Nice

 
Marseille : Volubilis au Mucem, Réfection de la Major
Le château de Vaux le Vicomte
Le château de Fontainebleau
Venise  Ca Rezzonico
 
Saorge et Tende
Promenade à Bussana Vecchia
La découverte du vieux-Nice et ses confréries de Pénitents
Promenade à Saint Tropez- Musée de l'Annonciade : les peintres de l'école de Marseille
Les Chapelles Notre Dame de Vie à Mougins et Bellini à Cannes
La fête des Cougourdons à Nice
Imperia et ses vallées d'oliviers-Valloria
La Principauté de Seborga
 
La Croatie
Promenade à Bussana Vecchia
La Jordanie
La Sicile  
La Sicile  : diaporama
Musée d'Arles Antique
Musée d'Arles Antique : diaporama
 
Inde : le Rajasthan 
Inde : le Rajasthan diaporama
Inde du Sud 1) Mahabalipuram-Pondichéry
Inde du Sud  2) Chidambaram-Darasuram-Tajore
Inde du Sud 3) Tiruchirapali-Tanjore
Inde du Sud 4) Madurai
Inde du sud 5)  Periyar-Backwaters
Inde du Sud 6) Cochin-Mysore
Inde du Sud 7) Mysore-Hassan
Inde du Sud 8) Hampi
Inde du Sud 9) Pattandakal-Goya
Les pêcheurs +7 diaporamas sur l'Inde du Sud
Belgique : Bruges - Gand
Belgique : diaporama
Chine : le Yunnan 
Chine : le Yunnan : diaporama
Russie : Saint Pétersbourg 
Russie : Saint Pétersbourg : diaporama
Italie :les Lenghe et le Barolo
Promenades à Paris
Promenades à Paris
La Pologne ; carnet de voyage
La Pologne : carnet de voyage 2
La Pologne : carnet de voyage 3
La Pologne : diaporama
Prague 
Prague ; diaporama
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre : diaporama
Myanmar 1) Yangoun-Bago
Myanmar 2) Pagan
Myanmar 3) Popa-Mandalay
Myanmar 4)Mandalay-Anciennes capitales
Myanmar 5) Mandalay-Mingun
Myanmar 6) Heho-Pindaya-Lac Inlé
Myanmar 7) Yangon
Myanmar : diapositives : Bago
Myanmar : diapositives : Pindaya-Lac Inlé
Myanmar diapositives : Bagan
Myanmar daiapositives : Yangon
Actualité des musées : Google artproject
Musées d'exception de Paris : Orsay et Pinacothèque
Promenade en IDF : Ecouen musée de la Renaissance
Promenade en IDF : Vincennes, Royaumont
Chartres : superbe vidéo
Le Mans : sa vieille ville
Nantes : monuments et mémorial de l'esclavage
Bourges 
Promenade en pays niçois : Contes, l'Escarène, Tende
Italie : Bussana Vecchia
 
Italie : Venise
Venise : diaporama
Italie : Lucques
Italie : Capri-Amalfi et sa côte
Italie : Pompéi et Herculanum
Italie : Naples et le Palsi royal de Caserte
Pompéi-Herculanum : diaporama
Italie : Turin ville royale
Italie : Florence suite de trois articles sur les quartiers
Florence : diaporama 1
Florence : diaporama 2
Sienne
Sienne - Route du Chianti
Barcelone: les pyramides humaines
Venise 1
Venise 2
Venise 3 ca Rezzonico
Parme
 
Singapour
Indonésie : Prambanan et Borobudur
Indonésie 2 : Surabaya-Mont Bromo-Kalibaru
Indonésie 3 : Bali
Indonésie 4 : Bali suite
Indonésie 5 – Sulawesi : le pays Toraja
Indonésie 6 - Sulawesi-Bali-France
Vidéo : mariage musulman en Indonésie
Vidéo : funérailles en pays Toraja
Coblence et le Rhin romantique
Trèves-Bernkastel
Le Luxembourg
Metz : ville et musée d’art moderne Pompidou
Nancy (suite)
Nancy et l’Art Nouveau
Musées : de superbes écrins
Marseille 2013 suite et fin
Marseille capitale européenne de la culture en 2013
Expositions ZIEM et Boudin été 2013 à Paris
Exposition virtuelle de Jane Austin en 1813 : reconstitution
Afrique du Sud Le Cap, Bonne Espérance, faune
Franschhhoek
De Graaf-Reinet à Durban
De Swelendam à Graaf-Reinet Camdeboo National Park
D'Hluhluwe au Parc Kruger via le Swaziland
Pilgrim’s Rest, Blyde River Canyon, Three Rondavels
Ohrigstad-Prétoria
Zimbabwe : les chutes Victoria par hélicoptère
Islande : Reykjavik fin de la Saga
Islande les fjords de l'Ouest Latrajberg - Péninsule de Snaefellsnes
Islande : fjords de l'Ouest - Isafjordur - Breitdavik
Islande : la route du Nord - Dettifoss - Myvatn - Godafoss - Akureyri - Glumboer
Les Fjords de l’Est : Le glacier-Le musée des pêcheurs français
Le parc national de Skaffaffel-Le Lagon Glaciaire de Jokulsarlon
ISLANDE : Carnet de voyage
Promenade en train à crémaillère au-dessus d'Interlaken
Lucerne et le col du Simplon
Phnom Penh 
Temples d'Angkor : Ta Prohm et Banteay Srei 
Angkor : les portes, le Bayon, le palais royal 
Cambodge : Angkor Vat 
Vientiane la capitale du LAOS 
Vang Vieng 
Luang Prabang 
LAOS - Jour 05 - PAKBENG - LUANG PRABANG 
LAOS - Au fil du Mékong 
CHIANG RAI 
 
https://www.youtube.com/channel/UCioFqEgrHD2GMbDQiri_p7w/videos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation-Boussole