Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 17:04

 

La visite de la capitale de la Slovaquie s'effectue sous le soleil revenu et qui ne nous quittera plus jusqu’à la fin du voyage. Notre bateau s’amarre au bas du Château qui resplendit sous le soleil. En montant au Château nous admirons les costumes de la garde en faction pour assurer la réception d’autorités Suisses. La garde habillée d’uniformes bleus rend les honneurs, sabre au clair. Depuis la terrasse du château nous observons la ville avec de nettes différences d’urbanisme entre les HLM de l’époque soviétique et les maisons construites au temps de l’Empire austro-hongrois.

Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava

La chambre des Députés se trouve placée à proximité, près du château. Il n’y a qu’une seule chambre des députés pour éviter les dépenses. La partition de la Tchécoslovaquie a donné naissance à un petit Etat bien moins pourvu que la Tchéquie en industries. Lors de notre descente nous observons de nombreux groupes de personnes venues manifester contre le premier ministre.

Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava

La découverte de la vieille ville entièrement piétonne offre de belles vues sur les églises, places, maisons typiques. Tout ici est calme, reposant, incitant à la promenade. Des enfants jouent, la bicyclette est largement utilisée. Nous sommes très éloignés de ce que de nombreuses capitales offrent en bruit. Le style austro-hongrois domine avec de belles demeures étoffées de statues.

Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Bratislava
Repost 0
Published by Guy Muller - dans Voyages
commenter cet article
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 08:40

Jour 3. Visite de Vienne et de Schönbrunn.

 

C’est sous une pluie battante que nous prenons place dans l’autocar. L’autocar circule sur le Ring, l’artère principale. Les immeubles sont de tous les styles, bien que construits à la même époque, selon une mode dénommée « historicisme ». C’est une réalité augmentée, car tous les immeubles ont été construits au même moment, dans un style rappelant tous les styles historiques : renaissance, baroque, art nouveau, art contemporain. Il s’agissait d’offrir aux habitants de la capitale un maximum d’appartements à faible loyer.

La pluie toujours, mais une seule demi-journée, assombrit nos explorations
La pluie toujours, mais une seule demi-journée, assombrit nos explorations
La pluie toujours, mais une seule demi-journée, assombrit nos explorations

La pluie toujours, mais une seule demi-journée, assombrit nos explorations

La ringstrasse construite en 1850, rassemble l’essentiel des bâtiments de la ville sur un peu plus de cinq kilomètres : Parlement, palais royal, musée, théâtres, opéra,  hôtel de ville, bourse… Le Kunsthistorisches Museum est l’un des musées les plus célèbres au monde Construit par Gottfried Semper et Carl von Hasenauer, il a ouvert ses portes en 1891 et abrite les trésors des Habsbourg dont la plus grande collection de Bruegel existante, ainsi que nombre d’immenses toiles de Rubens.

Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)

La Cathédrale Saint Etienne

 

 Visite de la cathédrale Saint Etienne dominant le centre ville de ses toits vernissés. Elle est de style gothique à l’extérieur, reposant sur des ruines romanes, de style baroque à l’intérieur. L’extérieur se remarque avec ses tuiles vernissées.

A quelques pas de la cathédrale une colonne votive a été érigée pour ceux qui ont été épargnés par la peste (la moitié de la population a disparu). Nous nous trouvons au centre d’une vaste artère piétonne entourée d’immeubles art nouveau.

La promenade dans le château de Schönbrunn commence : photos interdites. Les principales salles sont superbes : décoration, mobilier, lustres. L’Empire Austro-Hongrois est ressuscité avec ses fastes. Les jardins seront oubliés à cause de la pluie et remplacés par un chocolat viennois.

Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
Vienne (descente du Danube)
L'église Saint François d'Assise
L'église Saint François d'Assise
L'église Saint François d'Assise
L'église Saint François d'Assise
L'église Saint François d'Assise

L'église Saint François d'Assise

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Voyages
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 10:00

L’Abbaye Bénédictine de Melk et la descente du Danube de Linz à Vienne

 

Ce nouveau carnet de voyage vous conduira de Linz aux Balkans, pour vous faire découvrir les capitales de Vienne, Bratislava, Budapest, Belgrade, Bucarest, ainsi que leurs accompagnements religieux et folkloriques. Nous avons ressenti au fil du voyage bien des différences entre les peuples d’Europe, ce nombreuses déclinaisons sur le vivre ensemble et l’immigration.

Nos observations dans la recherche d’une identité spécifique à ces pays doivent tenir compte de l’influence politique décroissante de l’Empire Ottoman et des conséquences de la chute du communisme.

 

Jour 1. 18 juin 2016 - Départ de Strasbourg port de CroisiEurope, entrée en Allemagne par le pont de Khel.

Embarquement à Linz 17 heure. Apéritif d’accueil, accès aux cabines.

Une promenade dans les jardins permet de voir la vieille ville de Melk en contrebas et d’admirer le paysage.
Une promenade dans les jardins permet de voir la vieille ville de Melk en contrebas et d’admirer le paysage.
Une promenade dans les jardins permet de voir la vieille ville de Melk en contrebas et d’admirer le paysage.
Une promenade dans les jardins permet de voir la vieille ville de Melk en contrebas et d’admirer le paysage.
Une promenade dans les jardins permet de voir la vieille ville de Melk en contrebas et d’admirer le paysage.

Une promenade dans les jardins permet de voir la vieille ville de Melk en contrebas et d’admirer le paysage.

Jour 2. Arrivée à Melk.

 

Visite de l’Abbaye Bénédictine de Melk fondée par Saint Bernard. Elle est située sur une hauteur surplombant le Danube. Entièrement fortifiée, elle devait protéger les autrichiens des invasions turques. Cet édifice baroque s’étend sur une longueur lui permettant d’offrir une architecture extérieure superbe. Plusieurs cours sont surmontées de statues, avec des encadrements de portes dorés. Le 18 novembre 1700 fut élu un jeune abbé de 30 ans, Berthold Dietmayr, qui sut trouver les moyens pour imposer ses idées, malgré les résistances de sa propre communauté. Avec détermination, il se mit à la transformation du monastère, après avoir trouvé en Jakob Prandtauer, un partenaire d'un génie égal au sien. En 40 ans à peine, l'abbaye prit sa forme actuelle. Les artistes baroques les plus importants d'Autriche y ont mis tout leur talent.  Le visiteur pénètre dans les bâtiments abbatiaux en passant entre deux imposants bastions, celui du sud fut élevé en 1650 pour servir de fortification, le bastion nord fut édifié par Jakob Prandtauer dans le but d'équilibrer la perspective. Deux statues sur haut piédestal représentent saint Léopold (à droite) et saint Colman (à gauche). Après avoir passé le porche d'entrée octogonal surmonté d'une coupole ouverte, on accède à la première cour. Sur la droite on aperçoit l'une des deux tours appelées «tours des Babenberg », qui font partie de l'ancien système de fortification.

Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire

Le visiteur passe sous le porche Saint Benoit et se retrouve dans la cour du prélat à la fois élégante et majestueuse. Le regard se pose d'emblée sur la coupole de l'église et sur les deux tours qui la flanquent. La fontaine, formée au XVIIIe siècle, a été installée ici au début du XIXe.

La bibliothèque de l'abbaye de Melk renferme environ 85 000 volumes, 1 200 manuscrits du IXe au XVe siècles, 800 manuscrits des XVIIe et XVIIIe siècles, et 850 incunables. Les manuscrits et incunables les plus intéressants sont exposés sous verre.

Nous visitons les salles intérieures qui sont  un véritable musée. La bibliothèque est un chef-d’œuvre constituée de plusieurs salles unies par un escalier en colimacon. Des milliers de livres sont mis en valeur par de magnifiques reliures.

 

Pour comprendre la règle de Saint Benoit : suivre le lien....

Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire

L’église déploie ses ors dans tous ses ornements : chœur, chaire, orgues, chapelles, loges. Innombrables statues, fresques grandioses, coupoles superposées, ajoutent à la dimension  impressionnante des lieux. La fraicheur des peintures du plafond a traversé le temps sans encombre. Avec les tribunes, l’autel, sont l'œuvre du décorateur de théâtre Antonio Beduzzi, qui leur donna la forme de chapelles. Les créateurs de la période baroque s'attachaient, à travers leurs œuvres, à concrétiser une idée. Leur rôle était de trouver la formule architecturale la mieux adaptée à l'idée directrice énoncée par le maitre d'œuvre. Le sanctuaire et la coupole de l'église abbatiale de Melk illustrent cette démarche. Au-dessus du tabernacle se trouve une tiare. Elle renvoie au Christ, la tête de l'Église, et en même temps aux deux personnages qui se tiennent directement au-dessus du tabernacle : Saint Pierre, le chef visible de l'Église, et Saint Paul. Les statues placées à leur droite et à leur gauche représentent des prophètes de l'Ancien Testament, les annonciateurs des deux Princes de l'Église. Pierre et Paul se séparent avant leur martyre.

Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire
Du Danube à la Mer Noire

 

De retour au bateau, la vallée de la Wachau, déploie son univers de châteaux sertis le long du fleuve. Toutes les époques sont représentées : du vieux château en ruine, aux châteaux flamboyants remis en couleurs vives. De nombreux villages entourés de vignes sont mis en valeur par leurs églises, dont les bulbes, égrènent leur symbolique. Le paysage est verdoyant présentant de multiples variations selon la nature des arbres, quelques couleurs apparaissent avec les fleurs jaunes et rouges éparpillées çà et là.

Le long de la Wachau
Le long de la Wachau
Le long de la Wachau
Le long de la Wachau
Le long de la Wachau

Le long de la Wachau

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Voyages
commenter cet article
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 19:23

 

Le Palais Longchamp

 

Le musée des Beaux Arts est intégré au Palais Longchamp. Il faudra attendre sa réalisation pour commémorer avec faste l'arrivée des eaux de la Durance à Marseille qui mettait un terme à la sécheresse de ville et à ses néfastes conséquences sur la santé de la population avec en particulier des épidémies de choléra. Cette adduction d'eau fut possible grâce à la réalisation du canal de Marseille confiée à l'ingénieur français Franz Mayor de Montricher. L'ensemble du projet du palais Longchamp comprenait la réalisation d'un château d'eau avec cascades, relié de part et d'autre par une colonnade à deux bâtiments destinés à accueillir, l'un le Muséum d'histoire naturelle, l'autre le musée des beaux-arts.

 

Le musée est installé dans l'aile droite du palais Longchamp construit par l'architecte Henry Espérandieu de 1862 à 1869. Une colonnade relie le musée et le muséum à la fontaine monumentale du château-d'eau central. Le bâtiment possède une très riche décoration sculptée, dont le groupe de la Durance par Jules Cavelier et quatre fauves de Barye aux entrées. Dans l'escalier du musée se trouvent deux toiles de Puvis de Chavanne : Marseille, porte de l'Orient et Marseille, colonie grecque

Le musée des Beaux Arts de Marseille
Le musée des Beaux Arts de Marseille
Le musée des Beaux Arts de Marseille
Le musée des Beaux Arts de Marseille
Le musée des Beaux Arts de Marseille

 

Les Collections

 

Le musée des beaux-arts de Marseille a été créé en 1802, à la suite de l'arrêté du 13 Fructidor an IX (31 août 1801) dit arrêté Chaptal du nom du ministre de l'Intérieur de l'époque Jean-Antoine Chaptal qui prévoyait d'envoyer dans plusieurs villes de province (dont des cités maintenant à l'étranger) des tableaux, sculptures et objets d'art. Les premières collections proviennent des saisies révolutionnaires des biens des émigrés. Afin d'inventorier les biens saisis, une commission des arts présidée par Claude-François Achard est créée à Marseille en novembre 1794

Elles rassemblent un exceptionnel ensemble de peintures, sculptures et dessins du plus grand artiste baroque français, Pierre Puget né à Marseille en 1620, Louis Finson, Jean Daret, Nicolas Mignard, Michel Serre, Pérugin, du Guerchi, de Lanfranco, Panini, Courbet, Corot, Daubigny, Millet, Daumier, Puvis de Chavannes, Guigou, Loubon, Monticelli, Ziem, Rodin, Rubens, Jordaens, Snyders…

Rubens, Puget, Hubac, Carli, Barbieri, témoignent de la diversité des oeuvres exposées
Rubens, Puget, Hubac, Carli, Barbieri, témoignent de la diversité des oeuvres exposées
Rubens, Puget, Hubac, Carli, Barbieri, témoignent de la diversité des oeuvres exposées
Rubens, Puget, Hubac, Carli, Barbieri, témoignent de la diversité des oeuvres exposées
Rubens, Puget, Hubac, Carli, Barbieri, témoignent de la diversité des oeuvres exposées

Rubens, Puget, Hubac, Carli, Barbieri, témoignent de la diversité des oeuvres exposées

Toutefois, le jour de notre visite, seul le rez-de-chaussée était accessible, afin de préparer  une nouvelle exposition. En conséquence, nous avons mis l’accent sur la force et le chromatisme de Rubens et de Philippe de Champaigne. Notre vidéo s’attarde sur les cinq œuvres citées ci-après :

 

·  Pierre Paul Rubens : La chasse au sanglier , La résurrection du Christ , L'adoration des bergers

 

·  Philippe de Champaigne : L'assomption de la Vierge, Apothéose de Madeleine

 

Le musée des Beaux Arts de Marseille
Le musée des Beaux Arts de Marseille
Le musée des Beaux Arts de Marseille
Le musée des Beaux Arts de Marseille
Repost 0
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 09:33

Le musée d'histoire de Marseille est un musée consacré à l'histoire de la ville de Marseille. Fondé en 1983, il a été entièrement rénové et a rouvert en septembre 2013 à l'occasion de Marseille-Provence 2013. Installé à deux pas du Vieux-Port, c'est un musée à ciel ouvert qui nous attend en plein cœur du centre commercial Bourse de Marseille. Entièrement rénové, le musée d’Histoire de Marseille s’étend sur plus de 15 500 m2, ce qui en fait l’un des plus grands musées d’Histoire en France et en Europe. Avec sa façade en verre il projette le site dans une nouvelle dimension, avec une vue exceptionnelle sur le Port Antique, là où tout a commencé.

Chaque séquence historique du parcours muséographique se déploie autour d’un objet phare et emblématique de la ville, chaque étape est enrichie par de nombreux films et séquences multimédia interactives qui donnent vie aux objets et commentent les collections. Au Musée d'Histoire de Marseille, les choses ne sont pas expliquées, elles sont contées. Des documents sont adaptés aux âges des enfants et mis à leur disposition. Le public a droit à un journal de visite de 24 pages aidant à suivre la chronologie des salles.

Une partie des découvertes, lors de la construction du centre commercial de La Bourse est conservée sur place, le port antique est aménagé en jardin. Le musée comprend une salle d’exposition temporaire pour des manifestations sur divers thèmes relatifs à l’histoire de Marseille et une salle d’exposition permanente qui met en valeur les différents vestiges découverts.

Fermé pendant plusieurs années, le musée d'histoire est entièrement rénové par l'architecte Roland Carta et rouvert pendant l'année Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture. La nouvelle architecture veut recréer « un lien intime entre la ville, son musée et le site archéologique » du Port antique. Une nouvelle muséographie créée par l'architecte scénographe Adeline Rispal tisse des liens entre l'histoire portuaire et commerciale du site et l'architecture du centre commercial de la Bourse.

Le Musée d’Histoire de Marseille
Le Musée d’Histoire de Marseille

Vingt six siècles d’histoire

Le musée présente l'histoire de Marseille en treize volets ou séquences recouvrant une période plus ou moins longue. Un parcours numérique assiste le visiteur tout au long de la découverte de l’histoire de la ville.

Au rez-de-chaussée sont regroupés les témoignages de l’antiquité. Statues, vases, sépultures, encadrent des bateaux découverts sur la place Jules Verne. Sept bateaux antiques ont été mis au jour dont cinq sont exposés : deux épaves grecques et trois romaines. Une embarcation d'environ 9,80 m de long et 1,80 m de large repose sur un lit de galets. L'intérêt essentiel de cette épave réside dans son mode de construction qui fait appel à la technique d'assemblage par ligatures. L'étanchéité est assurée par des rouleaux de tissus de lin disposés sur les joints d'assemblage. L'étanchéité de l'ensemble de la coque est renforcée par un enduit composé de cire et de poix passé à l'intérieur et à l'extérieur de la coque. La dimension de la salle met en valeur ces découvertes avec une orientation donnant directement sur le jardin des Vestiges de l’ancien port.

Epaves et ancre de la place Jules Verne
Epaves et ancre de la place Jules Verne
Epaves et ancre de la place Jules Verne
Epaves et ancre de la place Jules Verne

Epaves et ancre de la place Jules Verne

Les seuls objets de culte relativement fréquents pour cette période sont les stèles votives en pierre représentant une déesse assise dans un édifice en forme de temple. Une cinquantaine de ces stèles appelées aussi Naïskoï ont été découvertes sous l'ancienne rue Négrel lors du percement en 1863 de la rue Impériale, actuelle rue de la République. La tenue des femmes en vêtement long, la tête voilée, les mains posées sur les genoux est traditionnelle de l'art grec archaïque. Ces figurines tiennent parfois sur les genoux un animal.

Une maquette explique le choix de l’emplacement du port par les Phéniciens mis à l’abri des vents dominants.

Le Musée d’Histoire de Marseille
Le Musée d’Histoire de Marseille
Le Musée d’Histoire de Marseille
Le Musée d’Histoire de Marseille
Le Musée d’Histoire de Marseille
Le Musée d’Histoire de Marseille
Le Musée d’Histoire de Marseille
Le Musée d’Histoire de Marseille

 

Le site archéologique de la Bourse

 

Une partie des découvertes, lors de la construction du centre commercial de La Bourse est conservée sur place, le port antique est aménagé en un jardin des Vestiges. Notre vidéo présente une vue aérienne du site archéologique. Le musée donne accès au jardin des vestiges et au port antique qui correspondent à la partie centrale des fouilles réalisées sur le chantier de la Bourse entre 1967 et 1977 complétées par d'autres plus récentes mais plus ponctuelles (1978-1983, 1985, 1992-1994, 2000).

Une promenade s’impose au milieu de ce vaste espace vert coupé par des tours, des quais, des dallages, des citernes. Des écriteaux explicatifs décrivent les lieux où des bancs de repos sont disposés. Le jour de notre visite alors que nous étions arrêtés pour lire de la documentation, nous avons observé le vol des oiseaux. Une mouette s’était abattue sur un pigeon et le dévorait tout cru…

Pour l'article détaillé : Jardin des Vestiges.

Sculpture de proue
Sculpture de proue
Sculpture de proue

Sculpture de proue

Le monde des morts

 

Une partie du musée est réservée aux découvertes anciennes ou récentes des sépultures qui révèlent une attitude devant la mort. Les Grecs sont venus avec leurs dieux, puis les Romains, enfin les Chrétiens, marquant les nécropoles de leurs empreintes et croyances.

Les très nombreux sites funéraires se répartissent autour de la cité antique, formant un cercle funéraire. Un des sites les plus importants est la nécropole de Sainte Barbe découverte lors des fouilles de sauvetage effectuées en 1991 avant la construction d’un parking. Cette zone se situe entre la porte d’Aix et le Centre Bourse, à l’ouest de la rue d’Aix et au nord de la Faculté des sciences économiques Pierre Puget. Ce site se trouvait primitivement dans un talweg qui a été progressivement comblé et se situait entre la butte des Carmes et la colline Saint-Charles. Les fouilles ont permis de découvrir 548 tombes antiques dont 532 ont pu être identifiées dont 96 pour la période grecque et 436 pour la période romaine. Quelques tombes sont reconstituées avec des moulages en mousse et plâtre mais avec l'intérieur en mobiliers (urne, vase) et squelettes originaux, dont :

Un sarcophage à strigile d’époque romaine découvert aux abords de la cathédrale de la Major réemployé comme fonts baptismaux à la vieille Major. Ce sarcophage en marbre blanc est décoré seulement sur la face principale : au centre est représenté un couple qui pourrait être les défunts. L'homme est assis sur un tabouret luxueux et tenant des rouleaux. À gauche la femme drapée et s'appuyant sur un pilier est tournée vers l'homme. Entre les deux figures se dégage le visage d'un homme barbu.

 

Aux  autres étages du musée

 

L’histoire de la ville de Marseille est décrite de la féodalité à la royauté, la Révolution et l’hymne de la Marseillaise, l’occupation, les grèves des dockers. Rien ne manque : allez y pour compléter cet article qui traite seulement de la période antique mise à jour à l’occasion des travaux de rénovation de la ville.

Sarcophage romain, divers types de sépultures
Sarcophage romain, divers types de sépultures
Sarcophage romain, divers types de sépultures

Sarcophage romain, divers types de sépultures

Repost 0
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 09:00

Une nouvelle fois, le musée national Marc Chagall nous comble en présentant 147 toiles dédiées à la musique. Avec les amis des musées de Nice, Madame Pélissier, était notre guide-conférencière, pour commenter par ses très riches explications et narrations les œuvres exposées.

La musique est omniprésente dans l’univers du peintre. Elle accompagne le théâtre, le cirque, les mariages, tous les évènements marquants d’une vie. L’exposition montre les liens unissant les réminiscences du passé avec la musique et la danse juive avant la période de son exil. A Nice il a réalisé une enceinte dédiée à la musique, parée de vitraux, servant aussi de salle de concerts. Nous découvrons progressivement ses joueurs de violon, de flute, de cymbales, ainsi que son univers particulier de couleurs et d’emblèmes : ânes, poissons, danseurs, clowns, mariées.

Le musée au milieu des oliviers
Le musée au milieu des oliviers
Le musée au milieu des oliviers
Le musée au milieu des oliviers

Le musée au milieu des oliviers

Les grands tableaux

 

Au contraire de ce que nous observons dans d’autres musées, la fréquentation du musée Chagall entraîne une foule d’élèves, comme on peut le voir dans notre vidéo. C’est un juste retour des choses que l’appréciation d’une œuvre fasse l’objet d’une telle unanimité. La création d’un tiers temps disponible pour les élèves serait très bien employée, par des visites organisées des autres musées de la ville, souvent déserts. Il y aurait une inversion salutaire de fréquentation entre celle des seniors et des jeunes ! Ces jeunes ont tout intérêt à participer à la connaissance de l’art et de son histoire compte tenu de leur plus grande espérance de vie.

Nous pouvons cette fois observer de près le plafond de l’Opéra de Paris. Une mise en scène particulière allie une présentation sous forme de film à plusieurs tableaux préparatoires. Le problème avec le plafond de l’opéra, c’est qu’il est difficilement observable depuis la salle pour des raisons de courbe et d’éloignement. Ici, nous voyons de près les décors de la Traviata, de Roméo et Juliette, Fidélio, Carmen, Péléas… C’est André Malraux, ami et admirateur de l’artiste, qui commande un nouveau plafond pour l’Opéra Garnier. Dans une composition tournoyante, le peintre rend hommage à 14 compositeurs, évoquant directement ou de manière plus allusive leurs créations musicales. Inauguré en 1964, le plafond trouve une réception contrastée auprès du public.

Un autre grand panneau figure la vie d’un théâtre, avec placé au début, Chagall porté par un critique d’art. Lui succèdent deux autres cercles présentant des musiciens, puis des acrobates, le tout étant relié par diverses caricatures.

 

Un autre très grand panneau montre un repas de noces avec une représentation sous forme de quatre tableaux de la musique, la danse, le théâtre et la littérature. Au dessus de ces tableaux, une véritable bande dessinée montre la frugalité des plats du repas de noces.

Plafonds de l'Opéra, Détails de Carmen et de Roméo et Juliette
Plafonds de l'Opéra, Détails de Carmen et de Roméo et Juliette
Plafonds de l'Opéra, Détails de Carmen et de Roméo et Juliette
Plafonds de l'Opéra, Détails de Carmen et de Roméo et Juliette
Plafonds de l'Opéra, Détails de Carmen et de Roméo et Juliette

Plafonds de l'Opéra, Détails de Carmen et de Roméo et Juliette

L'introduction au théâtre d'art juif,  le repas de noce, le cirque, acrobates
L'introduction au théâtre d'art juif,  le repas de noce, le cirque, acrobates
L'introduction au théâtre d'art juif,  le repas de noce, le cirque, acrobates
L'introduction au théâtre d'art juif,  le repas de noce, le cirque, acrobates

L'introduction au théâtre d'art juif, le repas de noce, le cirque, acrobates

L’exil : réminiscences

 

De nombreuses toiles font référence à la judéité de Chagall mais notre accompagnatrice met l’accent sur cet aspect en commentant le mur des lamentations de Jérusalem. La synagogue de Vilna, l’orchestre klezmer, le rouleau de la Tora, les noces avec leur folklore montrent tout l’intérêt des profondes racines du peintre, utilisées dans diverses redondances.

Elle décrit aussi le tableau sur la famille de Chagall où le peintre est placé à la gauche du tableau, avec ses parents situés à droite, son fils David au centre, ses épouses à l’extrême droite, en bas est représenté le village de Vitebsk. Ce village se retrouve souvent dans d’autres œuvres.

David à la mandoline, l'apparition de la famille de l'artiste, mosaÏque, vitraux
David à la mandoline, l'apparition de la famille de l'artiste, mosaÏque, vitraux
David à la mandoline, l'apparition de la famille de l'artiste, mosaÏque, vitraux
David à la mandoline, l'apparition de la famille de l'artiste, mosaÏque, vitraux
David à la mandoline, l'apparition de la famille de l'artiste, mosaÏque, vitraux

David à la mandoline, l'apparition de la famille de l'artiste, mosaÏque, vitraux

A propos du film sur le plafond de l’Opéra de Paris

 

En partenariat avec l’Opéra de Paris, l’Institut Culturel de Google à Paris a numérisé en ultra haute définition le plafond peint par Marc Chagall. Véritable défi technologique, ces images permettent de redécouvrir la splendeur de la matière et la minutie des détails jusqu’alors invisibles à l’oeil nu. Elles sont accompagnées d’une bande sonore réalisée par le pianiste Mikhaïl Rudy qui a su identifier à l’aide des esquisses de Chagall chaque pièce musicale. Le visiteur de l’exposition pénètre ainsi au cœur de cette œuvre à la fois personnelle, moderne et monumentale.

Rappelons que Googleartproject figure en lien permanent sur notre site et offre la possibilité de visiter de nombreux musées du monde.

 

 

L’exposition temporaire se termine le 13 juin : à voir absolument

 

Nous suivons régulièrement l’actualité des musées  :

Repost 0
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 18:10
Le centre médiéval offre un dépaysement parfait
Le centre médiéval offre un dépaysement parfait
Le centre médiéval offre un dépaysement parfait

Le centre médiéval offre un dépaysement parfait

Avec les Amis des Musées de Nice, nous avons visité la ville d’Albenga, caractérisée par ses nombreuses tours. Le centre historique a une structure médiévale typique qui a pu se maintenir pendant des siècles. Il offre une vue sur des bâtiments qui méritent d'être visités tels que la cathédrale et le clocher de Saint Michel, le baptistère, la municipalité médiévale du quatorzième siècle avec sa tour. La partie historique d’Albenga peut être atteint en entrant dans la rue principale.

Notre guide, Monsieur Sandro Cozzari, nous présente le Baptistère paléo-chrétien, avec une importante emprise au sol, avec dix faces extérieures. L’intérieur montre de superbes mosaïques et plusieurs absides abritant des bénitiers. Au centre de la crypte, siège un baptistère, construit en décrochement, pour permettre les ablutions.

Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région

Nous admirons ensuite deux places encadrées par des tours, sans doute destinées à surveiller les environs, avant d’entrer dans le musée diocésain. Nous y découvrons des peintures des 15ème, 16ème et 17ème siècles (photos interdites).

La cathédrale Saint Michel nous accueille, puis la place des lions. Le centre historique ne manque pas de charme avec ses maisons, ruelles, places incitant au farniente. Les nombreux bars et restaurants encadrant notre parcours attestent d’une vocation touristique affirmée de la ville. L’absence de circulation des voitures ajoute à l’impression de vivre à l’abri du bruit.

Le baptistère et la cathédrale au centre de la ville ancienne
Le baptistère et la cathédrale au centre de la ville ancienne
Le baptistère et la cathédrale au centre de la ville ancienne
Le baptistère et la cathédrale au centre de la ville ancienne
Le baptistère et la cathédrale au centre de la ville ancienne
Le baptistère et la cathédrale au centre de la ville ancienne
Le baptistère et la cathédrale au centre de la ville ancienne
Le baptistère et la cathédrale au centre de la ville ancienne
Le baptistère et la cathédrale au centre de la ville ancienne

Le baptistère et la cathédrale au centre de la ville ancienne

Un repas est par la suite organisé chez un viticulteur défendant les couleurs de l’agro-tourisme. L’Azienda Agricole Torre Pernice est précédée d’une tour d’entrée et gère une dizaine d’hectare de vignes. Nous avons l’occasion de déguster des fins de Pigato, Vermentino et Rossese, classés en DOC (équivalent de nos AOC). Les gourmets sont invités à se souvenir des trois meilleurs produits ligures : l'asperge violette d'Albenga, accompagnement slow food, l'artichaut d'Albenga et la tomate beefsteak.

L’après midi, nous rejoignons la chapelle Saint Georges, avec une sobre entrée. L’intérieur est orné de peintures avec une superbe fresque de l’Enfer après le jugement dernier. Les supplices montrent toujours une grande inventivité pour remettre chacun dans la bonne direction, afin  d’échapper à un sort si funeste.

Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région
Albenga et sa région
Repost 0
Published by Guy Muller - dans Promenades
commenter cet article
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 18:45

C’est à l’occasion de la prochaine fête de la Rose et des Plantes les 7 et 8 mai, qui se tiendra dans cette villa, que nous vous en montrons les divers aspects. L’augmentation de la température dans les Alpes Maritimes sera une puissante incitation à une promenade dans des jardins organisés par plusieurs architectes paysagistes.

L’implantation de la villa au sommet de la presqu’île de Saint Jean Cap Ferrat, entre les baies de Villefranche sur mer et de Beaulieu, ajoute la majesté d’un superbe paysage.

 

A propos de Culturespaces

Culturespaces anime et gère, avec éthique et professionnalisme, des monuments, musées et sites historiques prestigieux qui lui sont confiés par des institutions publiques et des collectivités. 

Avec plus de 25 ans d’expérience et plus de 2,5 millions de visiteurs par an, Culturespaces est le premier opérateur privé dans la gestion et la mise en valeur des monuments et musées français, et l’un des premiers acteurs européens du tourisme culturel.

Sont gérés par Culturespaces :

• le Musée Jacquemart-André, Paris (depuis 1996) • le Musée Maillol (depuis 2016) • L’Hôtel de Caumont Centre d’Art, Aix-en-Provence (depuis 2015) • la Villa Ephrussi de Rothschild, Saint-Jean-Cap-Ferrat (depuis 1992) • les Carrières de Lumières aux Baux-de-Provence  (depuis 2012) • le Château des Baux-de-Provence (depuis 1993) • le Théâtre Antique et le Musée d’Art et d’Histoire d’Orange (depuis 2002) • les Arènes de Nîmes, la Maison Carrée, la Tour Magne (depuis 2006) • la Cité de l’Automobile, Mulhouse (depuis 1999)

 

Nous suivons de près les expositions de Cultureespaces en ayant déjà publié articles et vidéos sur les Carrières de Lumières et les Expositions du musée de Caumont....

La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur MerLa Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur MerLa Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer

Les 9 jardins thématiques

 

Neuf jardins entourent la villa sur sept hectares. Ils sont attribués aux architectes-paysagistes Achille Duchêne et Harold Peto. L'entrée des jardins offre une vue magnifique sur la rade de Villefranche-sur-Mer. Aux jardins « à la française », lapidaire, japonais et roseraie initiaux, s'ajoutent les jardins espagnol,  italien, exotique, provençal, réminiscences des voyages de la baronne. Après son décès, d'autres jardins à thème seront rajoutés par le paysagiste Louis Marchand.

 

  • Le jardin à la française, visible depuis les salons, occupe la partie centrale des jardins. Il est composé d'une pièce d'eau centrale et est entouré de bassins latéraux et de plantations disposées symétriquement. Les bassins sont agrémentés de jacinthes d'eau. Il est dominé par un temple de l'Amour et une cascade à degrés. Ce cadre bucolique est agrémenté de jeux d'eau qui se déclenchent au son de différents extraits de musique classique.

 

 

La villa encadrée des baies de Villefranche et de Beaulieu
La villa encadrée des baies de Villefranche et de Beaulieu
La villa encadrée des baies de Villefranche et de Beaulieu
La villa encadrée des baies de Villefranche et de Beaulieu
La villa encadrée des baies de Villefranche et de Beaulieu
La villa encadrée des baies de Villefranche et de Beaulieu
La villa encadrée des baies de Villefranche et de Beaulieu
La villa encadrée des baies de Villefranche et de Beaulieu

La villa encadrée des baies de Villefranche et de Beaulieu

  • Le jardin japonais, restauré au printemps 2003, comprend son jardin sec, bordé d'azalées, de cicas revolutas et de gardénias. Alentours la cascade se déversant dans un bassin peuplé de carpes Koï sont entourés de différentes variétés d'acer palmatum. Plus haut, on observe le jardin du thé et son abri.

 

  • La roseraie, située à l'extrémité du jardin, pousse au pied d'un petit temple de forme hexagonale avec ses roses Baronne E. de Rothschild, Princesse de Monaco, Dynastie de Mepitac et ses rosiers grimpants Pierre de Ronsard.
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer

L’intérieur de la villa

 

Pas moins de cinq années de travaux (1907-1912) gigantesques seront nécessaires pour construire cette demeure rappelant les grandes maisons de la Renaissance italienne. Plusieurs architectes sont pressentis dont Jacques Marcel Auburtin (1872-1926), dont le projet séduit Béatrice Ephrussi. Ce dernier confie à Aaron Messiah la construction de la villa « Île-de-France » ainsi nommée en raison de la forme du jardin principal en forme de pont de navire. Béatrice pouvait ainsi s'imaginer, voyant la mer de chaque côté, être au bord du vapeur Île de France, en souvenir d'un merveilleux voyage. Elle imposait à ses jardiniers le port du béret de marine, se donnant ainsi l'illusion de vivre entourée d'hommes d'équipage sur un paquebot faisant le tour du monde. Le terrain est dynamité et arasé. La construction peut alors commencer. La commanditaire n'hésite pas à faire réaliser les projets grandeur nature pour s'assurer du résultat final. En 1912, la villa est habitable.

La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
La Villa Ephrussi de Rothschild à Beaulieu sur Mer
Repost 0
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 17:26

Une nouvelle fois, les Amis des Musées de Nice ont organisé une visite guidée en Provence. C’était au mois de mars avec un important déploiement logistique, puisque trois cars avaient été affrétés successivement pour organiser la découverte de plusieurs lieux. Madame Martine Pélissier était de la partie comme souvent, préparant nos découvertes avec ses commentaires avisés, pendant notre parcours en car. Afin de renforcer ses explications, une tablette parcourait le car, explicitant son exposé. Au programme : la visite de la Basilique Saint Maximin et celle de l’exposition Prince du Liechtenstein au musée Caumont d’Aix en Provence.

 

La Basilique Saint Maximin

 

Cette basilique se voit de loin à partir de l’autoroute A8 qui la longe en surplomb. Elle est placée en centre ville, à côté de l’hôtel de ville, de Saint Maximin.

En dépit d’une façade inachevée, la basilique nous accueille avec un bel accompagnement d’orgues, dévoilant progressivement ses richesses intérieures. L'abside est à sept pans dont cinq sont percés d'un double rang d'ouvertures séparées par un meneau horizontal. Le fond de l'abside est décoré d'une riche architecture corinthienne en marbre couronnée par une balustrade portant des statues allégoriques et encadrant trois grands tableaux d'André Boisson, peintre d'Aix-en-Provence, représentant des épisodes de la vie de Marie-Madeleine. Selon la tradition, Marie Madeleine est venue en Provence pour fuir les persécutions d’Hérode. Après un arrêt aux Saintes Marie de la Mer, elle est venue évangéliser la Provence pendant une trentaine d’année, trouvant refuge à la Sainte Baume.

Le tableau central de forme octogonale représente Marie-Madeleine à la Sainte-Baume. Les deux autres tableaux de forme ovoïde représentent également la sainte qui à gauche se penche au-dessus du tombeau vide de Jésus et à droite se dépouille de ses bijoux.

Le chemin conduisant au chœur est interrompu par une clôture réalisée en 1692. Les grilles des portes sont l'œuvre de François Peironi, serrurier à Aix-en-Provence. De part et d'autre du chœur se développent quatre-vingt-quatorze stalles en noyer où sont sculptés vingt-deux médaillons, dix de chaque coté placés immédiatement au-dessus des stalles. Les sculptures ont été réalisées par et sous la direction du dominicain Vincent Funel. Elles représentent les divers miracles accomplis ou les martyrs subis par des religieux ou religieuses de l'ordre des Dominicains.

De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein

Nous devons donc survoler cet espace pour parvenir au chœur.  Le maître-autel en marbre du pays est décoré de deux médaillons en bronze doré réalisés par Joseph Lieutaud représentant à gauche l'apparition de Jésus aux deux pèlerins d'Emmaüs et à droite la mort de Joseph. Au-dessus est placée une urne en porphyre rouge exécuté par le sculpteur romain Silvio Calce à la base de laquelle sont placées deux petites sculptures également en bronze doré réalisées par Alessandro Algardi et représentant deux chiens, symbole des Dominicains, tenant dans leur gueule une torche. Une statuette de Marie-Madeleine, également de l'Algarde, surmonte le tout. Cet ensemble de style baroque, avec ses nombreuses statues, est pleinement mis en valeur par la vidéo qui en suit le décor.

 

Autres richesses de la Basilique

 

La chaire

 

Cette chaire en noyer sculptée par le dominicain Louis Gudet qui l'a terminée en 1756 est classée Monument Historique et sera souvent visitée par des générations de Compagnons du Devoir. Ces artisans du bois sont subjugués par la beauté de ce travail. Sur le parement de la rampe et sur les parois de la cuve, sept panneaux sculptés retracent l'histoire de Marie-Madeleine représentée en costume du temps de Louis XV. On trouve successivement en partant du bas de la rampe les panneaux suivants : Marie-Madeleine écoutant la prédication du Christ, chez Simon le pharisien elle répand un parfum sur les pieds du Christ, elle assiste à la résurrection de Lazare, elle accueille le Christ à Béthanie, elle est prostrée au pied de la croix, près du tombeau du Christ, elle voit et entend un ange qui lui annonce la Résurrection, et enfin dans le jardin, près du tombeau, elle voit le Christ qui lui dit : « Ne me touche pas ». Au-dessus de l'abat-voix Marie-Madeleine est emportée par des anges ; sous l'abat-voix est sculptée une colombe en bois doré représentant le saint esprit.

 

Le retable de Ronzen

 

Au fond du collatéral gauche, se trouve la principale œuvre d'art conservée dans l'église : le retable du crucifix classé Monument Historique. Il est l'œuvre d'Antoine Ronzen, peintre primitif niçois et ébéniste originaire de Venise, fixé à Aix-en-Provence en 1508 après avoir séjourné à Puget-Théniers où il s'est marié. Il fut aidé dans cette tâche considérable qui dura trente mois par un peintre de la dynastie des Brea, Antoine, dont la collaboration essentielle apparaît dans le tableau figurant la mise au tombeau placé au bas de l'autel.

Madame Pélissier nous décrit la signification des panneaux peints centrée sur les scènes de la vie et la mort de Jésus. Le devant de l'autel de ce retable est décoré par un tableau  figurant la mise au tombeau réalisé en grande partie avec la collaboration de Brea. Le dominicain représenté en bas à droite du tableau n'est pas le prieur Jean Damiani comme on l'a cru pendant longtemps, mais le donateur de ce retable à savoir Jacques de Beaune, seigneur de Semblaçay. Celui-ci est revêtu de l'habit blanc des dominicains et porte à sa ceinture l'aumônière attribut de sa charge de surintendant des finances. François Ier, sur les instances de sa mère, le fait pendre malgré sa probable innocence. Il aurait dit au moment de son exécution « Je reconnais trop tard qu'il vaut mieux servir le maître des cieux que ceux de la terre » ! Cette malédiction suit souvent la vie des grands argentiers des rois de France  (Jacques Cœur, Fouquet) ! Pour rompre ce cycle infernal, la révolution exécute le roi, sans toutefois rompre avec une dette toujours plus accentuée…

De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein

Le Grand Orgue

La construction du grand orgue par le facteur d'orgue Jean-Esprit Isnard aidé de son neveu, Joseph, dura de 1772 à 1774. En 1793 l'organiste Fourcade sauva l'orgue de la destruction en y  jouant la Marseillaise en présence des conventionnels Barras et Fréron. Il se compose d'un double buffet, de 4 claviers, 43 jeux et 2960 tuyaux, tous d'origine. Il est surtout apprécié pour l'enregistrement des compositeurs de l'école française d’orgue, mais les sonorités complexes de ses trompettes et de ses jeux d'anches lui permettent d'aborder un ample répertoire. Notre vidéo vous offre la possibilité d’entendre la puissance de cet orgue.

 

Le couvent Royal

Le couvent dominicain de la Sainte-Baume a longtemps reçu des postulants pour des longs séjours et des étudiants en théologie. Après le départ des Frères Dominicains en 1959, le couvent devient un centre culturel. Il est devenu un ensemble hôtelier accueillant une clientèle individuelle et d’affaires. Nous l’avons parcouru à l’occasion du déjeuner organisé dans un chapitre magnifié par sa dimension  fastueuse et « royale ».

De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein

 

Exposition Prince de Liechtenstein à Caumont

 

Le nouvel Hôtel de Caumont poursuit ses expositions au sein d’un Centre d’Art inauguré l’an dernier et dont nous avons retracé la reconstruction en style 18ème dans une vidéo.

Cette fois-ci, ce sont les collections de la famille princière du Liechtenstein, avec  une quarantaine de toiles, qui offrent un résumé de l’évolution des peintres du 16ème siècle au 20ème siècle. L’histoire de l’art montre Cranach, Raphael, Rubens, Van Dick, Rembrandt, Vigée-Lebrun, dans une mise en scène superbe. Rubens est particulièrement mis en valeur sur un seul mur.

Mais bien d’autres tableaux ont aussi attiré notre attention : les baigneuses d’Horace Vernet toujours sublime dans ses marines et lever ou coucher de soleil. Un Pannini souvent attaché à des ruines, y était présent avec une architecture animée de premier ordre.

Horace Vernet-Pannini-Rubens
Horace Vernet-Pannini-Rubens
Horace Vernet-Pannini-Rubens
Horace Vernet-Pannini-Rubens
Horace Vernet-Pannini-Rubens
Horace Vernet-Pannini-Rubens

Horace Vernet-Pannini-Rubens

La Vénus de Cranach : des doutes sur l’authenticité

Pour entretenir le buzz, le Cranach a été retiré de l’exposition pour en étudier l’authenticité, ce qui démontre que les Princes eux-mêmes peuvent être abusés. L’ennui, c’est que l’œuvre de Cranach était l’emblème de l’affiche de promotion de l’exposition !

Cette «Vénus» de Lucas Cranach (1472-1553) appartenant au prince Hans Adam II de Liechtenstein vient d'être saisie par la Justice à Aix-en-Provence, où elle se voyait exposée à l'Hôtel de Caumont. Il s'agirait d'un faux. Une plainte, anonyme, en serait la cause (d'après Sabine Gignoux de «La Croix»). La juge parisienne Aude Buseri fera procéder à des expertises. 

C'est en 2013 que le prince a acquis (chez Colnaghi pour 7 millions d'euros, selon le journal en ligne «La Tribune de l'art») ce panneau daté de 1531 et récemment découvert. Le tableau ne possède pas d'historique clair. Avoir «fait partie de plusieurs collections privées» ne signifie rien. Plusieurs experts l'ont approuvé. Aujourd'hui en veilleuse, vu la morne plaine qu'est devenu le marché du tableau ancien, Colnaghi prend généralement ses précautions. Ceux qui ont contemplé ce panneau le disent d'une beauté stupéfiante.

Où les choses gênent davantage, c'est quand on apprend que l'affaire Cranach ne serait pas isolée. Certes, il circule un chiffre, fixé de manière arbitraire, de 30 pour-cent de faux sur le marché de l'art. Il passe par là de folles sommes d'argent. Mais, contrairement au XIXe siècle, ces sommes vont surtout au moderne et au contemporain. La demande en toiles anciennes de prestige a diminué. La qualité des expertises scientifiques (analyse des pigments, notamment) a augmenté de manière exponentielle. Un faux exige désormais non seulement du talent, mais des dons de chimiste. 

 

Du 4 mai au 18 septembre 2016

Exposition Turner

Caumont Centre d’Art

De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein  De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein  De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein  De Saint Maximin aux Collections du Prince de Liechtenstein
Repost 0
Published by Guy Muller - dans Promenades
commenter cet article
9 avril 2016 6 09 /04 /avril /2016 17:01

De plus en plus la pratique des sports extrêmes se développe à Dubaï. Ne parlons pas de la piste de sports d’hiver avec remonte pente qui encombre un mail, mais bien d’un essor de sports entièrement nouveaux. Pour votre plaisir, j’ai donc choisi de sélectionner les meilleures vidéos sur ces sports qui donnent des images fantastiques de la ville, et de certaines infrastructures. Pour cette fin de voyage, j’ai donc laissé à d’autres le pouvoir de vous projeter dans un univers inconnu. Les détenteurs d’une télévision connectée apprécieront la qualité des images vues sur un grand écran.

Les Jetman

 

Voler dans le ciel, l'un des rêves les plus fous de l'homme, est en passe de devenir une réalité. Ceci grâce à Jetman, un ancien pilote de chasse suisse du nom d'Yves Rossy, qui a inventé le jetpack. Une aile rigide de 2,4 m d'envergure avec 4 mini réacteurs qui peut atteindre une vitesse de près de 300 km/h. Lancé d'un hélicoptère, l'engin se conduit à l'aide de deux boutons pour mettre plus ou moins de gaz. "Ce qui est génial, c’est qu’on pilote un avion mais sans être dans un cockpit", expliquait récemment Yves Rossy.

Des plateformes sont installées en haut des tours pour permettre des sauts en parachute

Pour cette vidéo incroyable, le Suisse était accompagné de Vincent Reffet, un parachutiste français. Si Yves Rossi s'était déjà filmé en jetpack, ce nouveau vol est un véritable exploit. Dans le ciel de Dubaï, les deux hommes volants se promenaient dans les airs en compagnie d'un... Airbus A380. Une balade à plus de 250 km/h en formation au plus proche de l'avion.

La ville de Dubaï peut aussi donner des images stupéfiantes avec un procédé d’accélération de l’image.

Le rêve d'Icare - Superbes vues sur la ville

Utiliser les tours pour se projeter dans le vide

 

Des plateformes ont été construites sur les plus hautes tours de Dubaï afin de permettre un vol plané aux amateurs de sensations fortes. Des hélicoptères, des hydravions  offrent plus de possibilités encore pour survoler les points les plus intéressants de la ville : la palmeraie, le monde, le désert…

Dubaï et les sports extrêmes
Dubaï et les sports extrêmes
Dubaï et les sports extrêmes
Dubaï et les sports extrêmes
Dubaï et les sports extrêmes
Dubaï et les sports extrêmes
Dubaï et les sports extrêmes
Dubaï et les sports extrêmes
Dubaï et les sports extrêmes
Dubaï et les sports extrêmes

Nous avons même pu voir un trajet en tyrolienne unissant deux tours devant le Burg Kalifa. C’est un bruit impressionnant qui attire l’attention lors du passage au-dessus du lac artificiel des nouveaux aventuriers.

Sur le même lac artificiel, des tubes d’eau sous pression éjectent des sportifs, très haut. Le but du jeu étant de maitriser la force de l’eau pour multiplier les loopings ou pour se stabiliser quelques secondes au dessus du lac. L’imagination est donc toujours présente pour créer sans cesse de nouveaux jeux pour les amateurs de sensations fortes.

 

 

C'était la fin de notre voyage dans les Emirats Arabes et à Oman où de nombreux contrastes sont visibles. En quarante années une révolution urbanistique a entraîné d'importantes migrations de populations. Il y a dix fois plus d'étrangers que d'habitants locaux. Ces habitants sont eux-même passés d'une vie nomade à ras de terre à une vie dans de grands ensembles. Enfin, l'objectif d'attirer de nombreux touristes ajoutera de plus en plus à la diversité des populations.

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Voyages
commenter cet article

Nice au soleil

Rechercher

Table des matières

Le Musée Masséna

L'exposition Slobodan  à la Providence

Le musée Chéret : l'album diaporama

Merveilles du Bouddhisme au musée des Arts Asiatiques

Musée des Arts Asiatiques : les bois de l'immortalité

Inauguration du musée Bonnard au Cannet

Le Musée national Chagall de Nice

Musée Chagall : l'album

Expostion sur les peintres Russes à la Malmaison de Cannes

Musée national Fernad Léger de Biot

Musée Fernad Léger : l'album

Actualité des musées en France et dans le monde : artproject

Musée Masséna : le mobilier Napoléon 1er

Musée Masséna : l'album

Musée International d'art naÎf de Nice

Musée international d'art naÎf de Nice : l'album

Musée des Beaux Arts : Chéret dans ses murs

Exils : expostion temporaire des musées nationaux du 06

Musée Masséna : présence Russe à Nice

Angkor au musée des Arts Asiatiques

Le musée d'Art Classique de Mougins

Marseille capitale européenne de la culture en 2013

Marseille 2013 suite et fin

Au MAMAC : la postérité d'Henri Matisse

Matisse un été à Nice : musée Matisse et musée Chéret

Musée National Chagall : les autoportaits

La Promenade du Paillon de Nice

La Fondation Hartung-Bergman à Antibes

Antibes et ses musées

Trois siècles de tourisme  aux Archives Départementales des Alpes Maritimes

Exposition temporaire « Reconstruire le Réel » à Fernand Léger

Exposition The Animals aux Galeries Lafayette de Nice

Musée des Arts Naïfs de Nice Anatole Jakowsky

Georges Clemenceau : une passion pour l'Asie

La Principauté de Seborga

Expositions au MAMAC : Juliao Sarmento-Donation Karen

Musée Masséna : la marqueterie

Musée Chéret : exposition Lengrand

Le Palais Lascaris de Nice

Le Palais de Marbre (Archives municipales)

La donation Ferrero : école de Nice

 
Marseille : Volubilis au Mucem, Réfection de la Major
Le château de Vaux le Vicomte
Le château de Fontainebleau
Venise  Ca Rezzonico
 
Saorge et Tende
Promenade à Bussana Vecchia
La découverte du vieux-Nice et ses confréries de Pénitents
Promenade à Saint Tropez- Musée de l'Annonciade : les peintres de l'école de Marseille
Les Chapelles Notre Dame de Vie à Mougins et Bellini à Cannes
La fête des Cougourdons à Nice
Imperia et ses vallées d'oliviers-Valloria
La Principauté de Seborga
 
La Croatie
Promenade à Bussana Vecchia
La Jordanie
La Sicile  
La Sicile  : diaporama
Musée d'Arles Antique
Musée d'Arles Antique : diaporama
 
Inde : le Rajasthan 
Inde : le Rajasthan diaporama
Inde du Sud 1) Mahabalipuram-Pondichéry
Inde du Sud  2) Chidambaram-Darasuram-Tajore
Inde du Sud 3) Tiruchirapali-Tanjore
Inde du Sud 4) Madurai
Inde du sud 5)  Periyar-Backwaters
Inde du Sud 6) Cochin-Mysore
Inde du Sud 7) Mysore-Hassan
Inde du Sud 8) Hampi
Inde du Sud 9) Pattandakal-Goya
Les pêcheurs +7 diaporamas sur l'Inde du Sud
Belgique : Bruges - Gand
Belgique : diaporama
Chine : le Yunnan 
Chine : le Yunnan : diaporama
Russie : Saint Pétersbourg 
Russie : Saint Pétersbourg : diaporama
Italie :les Lenghe et le Barolo
Promenades à Paris
Promenades à Paris
La Pologne ; carnet de voyage
La Pologne : carnet de voyage 2
La Pologne : carnet de voyage 3
La Pologne : diaporama
Prague 
Prague ; diaporama
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre : diaporama
Myanmar 1) Yangoun-Bago
Myanmar 2) Pagan
Myanmar 3) Popa-Mandalay
Myanmar 4)Mandalay-Anciennes capitales
Myanmar 5) Mandalay-Mingun
Myanmar 6) Heho-Pindaya-Lac Inlé
Myanmar 7) Yangon
Myanmar : diapositives : Bago
Myanmar : diapositives : Pindaya-Lac Inlé
Myanmar diapositives : Bagan
Myanmar daiapositives : Yangon
Actualité des musées : Google artproject
Musées d'exception de Paris : Orsay et Pinacothèque
Promenade en IDF : Ecouen musée de la Renaissance
Promenade en IDF : Vincennes, Royaumont
Chartres : superbe vidéo
Le Mans : sa vieille ville
Nantes : monuments et mémorial de l'esclavage
Bourges 
Promenade en pays niçois : Contes, l'Escarène, Tende
Italie : Bussana Vecchia
 
Italie : Venise
Venise : diaporama
Italie : Lucques
Italie : Capri-Amalfi et sa côte
Italie : Pompéi et Herculanum
Italie : Naples et le Palsi royal de Caserte
Pompéi-Herculanum : diaporama
Italie : Turin ville royale
Italie : Florence suite de trois articles sur les quartiers
Florence : diaporama 1
Florence : diaporama 2
Sienne
Sienne - Route du Chianti
Barcelone: les pyramides humaines
Venise 1
Venise 2
Venise 3 ca Rezzonico
Parme
 
Singapour
Indonésie : Prambanan et Borobudur
Indonésie 2 : Surabaya-Mont Bromo-Kalibaru
Indonésie 3 : Bali
Indonésie 4 : Bali suite
Indonésie 5 – Sulawesi : le pays Toraja
Indonésie 6 - Sulawesi-Bali-France
Vidéo : mariage musulman en Indonésie
Vidéo : funérailles en pays Toraja
Coblence et le Rhin romantique
Trèves-Bernkastel
Le Luxembourg
Metz : ville et musée d’art moderne Pompidou
Nancy (suite)
Nancy et l’Art Nouveau
Musées : de superbes écrins
Marseille 2013 suite et fin
Marseille capitale européenne de la culture en 2013
Expositions ZIEM et Boudin été 2013 à Paris
Exposition virtuelle de Jane Austin en 1813 : reconstitution
Afrique du Sud Le Cap, Bonne Espérance, faune
Franschhhoek
De Graaf-Reinet à Durban
De Swelendam à Graaf-Reinet Camdeboo National Park
D'Hluhluwe au Parc Kruger via le Swaziland
Pilgrim’s Rest, Blyde River Canyon, Three Rondavels
Ohrigstad-Prétoria
Zimbabwe : les chutes Victoria par hélicoptère
Islande : Reykjavik fin de la Saga
Islande les fjords de l'Ouest Latrajberg - Péninsule de Snaefellsnes
Islande : fjords de l'Ouest - Isafjordur - Breitdavik
Islande : la route du Nord - Dettifoss - Myvatn - Godafoss - Akureyri - Glumboer
Les Fjords de l’Est : Le glacier-Le musée des pêcheurs français
Le parc national de Skaffaffel-Le Lagon Glaciaire de Jokulsarlon
ISLANDE : Carnet de voyage
Promenade en train à crémaillère au-dessus d'Interlaken
Lucerne et le col du Simplon
Phnom Penh 
Temples d'Angkor : Ta Prohm et Banteay Srei 
Angkor : les portes, le Bayon, le palais royal 
Cambodge : Angkor Vat 
Vientiane la capitale du LAOS 
Vang Vieng 
Luang Prabang 
LAOS - Jour 05 - PAKBENG - LUANG PRABANG 
LAOS - Au fil du Mékong 
CHIANG RAI 
 
https://www.youtube.com/channel/UCioFqEgrHD2GMbDQiri_p7w/videos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation-Boussole