Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 22:30
OSLO

J 1. NICE/ OSLO

Départ à 10 h30 arrivée à 15 heures au centre ville. Visite du centre ville.

 

J 2. OSLO, GALA

 

Visite du centre historique. Le Palais Royal est précédé de la statue du Général Bernadotte, puis nous abordons les Champs Elysées d’Oslo avec ses terrasses animées. Le réchauffement climatique a contribué à la création du premier arrêt pour caravane de chameau (voir photo). Sur les pelouses verdoyantes les citadins profitent du soleil en tenues légères comme sur une plage. Après la cathédrale nous débouchons sur le nouvel Opéra. Il s’agit d’une magnifique structure blanche qui offre un beau panorama sur le quartier du vieux port de commerce. De nombreux immeuble modernes y ont été édifiés et sont appelés les « codes barres » en raison de leurs étages bicolores. L’intérieur de l’Opéra est illuminé par des façades immenses en verre coloré. La terrasse est mouvementée et l’ensemble parait être un iceberg. Une similitude d’inspiration apparait avec le palais de la musique de Reykjavik visité l’année dernière. Ce bâtiment a reçu le prix de l’architecture européenne en 2009.

Le palais Royal, les "champs élysées", les codes barre, le parlement, la cathédrale, halte dromadaire
Le palais Royal, les "champs élysées", les codes barre, le parlement, la cathédrale, halte dromadaire
Le palais Royal, les "champs élysées", les codes barre, le parlement, la cathédrale, halte dromadaire
Le palais Royal, les "champs élysées", les codes barre, le parlement, la cathédrale, halte dromadaire
Le palais Royal, les "champs élysées", les codes barre, le parlement, la cathédrale, halte dromadaire
Le palais Royal, les "champs élysées", les codes barre, le parlement, la cathédrale, halte dromadaire
Le palais Royal, les "champs élysées", les codes barre, le parlement, la cathédrale, halte dromadaire
Le palais Royal, les "champs élysées", les codes barre, le parlement, la cathédrale, halte dromadaire
Le palais Royal, les "champs élysées", les codes barre, le parlement, la cathédrale, halte dromadaire
Le palais Royal, les "champs élysées", les codes barre, le parlement, la cathédrale, halte dromadaire

Le palais Royal, les "champs élysées", les codes barre, le parlement, la cathédrale, halte dromadaire

Le nouvel Opéra
Le nouvel Opéra
Le nouvel Opéra
Le nouvel Opéra
Le nouvel Opéra
Le nouvel Opéra

Le nouvel Opéra

Le Parc Vigeland et ses 192 sculptures couvre une importante superficie qui donne une vision de la vie selon l’artiste. Il magnifie le cycle de la vie humaine avec ses âges : enfance, mariage, maturité, vieillesse, mort. Ici il n’y a pas de Dieu créateur, seul l’homme est au centre des préoccupations de l’artiste. Un anneau de vie montre les étapes de la vie, tout comme une fontaine en décrit les stades jusqu’à la mort. Au centre du parc, une colonne présente une accumulation de corps tendus vers une escalade spirituelle. Mais elle décrit aussi une vision de l’homme en attitudes passives ou actives. La colonne est entourée de groupes représentant les âges de la vie. On y voit donc les activités liées à l’âge : jeux pour les enfants, enlacement des couples, entraide pour une coiffure, combats pour les hommes adultes, papotages entre femmes…. Nous admirons la beauté des statues dont l’absence de vêtements symbolise une volonté de ne pas dater ces créations émouvantes. Plus loin dans le parc des bronzes montrent des enfants avec les parents dans toutes les poses habituelles : jeu, affection, protection, dans une superbe vitalité de mouvement. La mise à la disposition d’un parc de 29 hectares à la disposition d’un artiste lui donne une possibilité d’inspiration illimitée. Les grilles d’entrée et les décors sont marqués de l’empreint de l’art nouveau.

Le cycle de la vie humaine
Le cycle de la vie humaine
Le cycle de la vie humaine
Le cycle de la vie humaine
Le cycle de la vie humaine
Le cycle de la vie humaine
Le cycle de la vie humaine
Le cycle de la vie humaine
Le cycle de la vie humaine
Le cycle de la vie humaine
Le cycle de la vie humaine
Le cycle de la vie humaine

Le cycle de la vie humaine

Le musée Viking et ses drakkars. Ce musée expose plusieurs drakkars visibles depuis des loges d’observation aménagées en surplomb des navires. On en admire les lignes aérodynamiques de leur structure et leurs dimensions impressionnantes. Un de ces drakkars était un monument funéraire contenant des corps logés dans une hutte. Mais ce qui est le plus étonnant, ce sont les trésors rassemblés dans les vitrines d’exposition, dont des traineaux et des armes sculptés, des pièces de monnaie, des ustensiles de cuisine. Le raffinement des ornementations est mis en valeur par les éclairages.

OSLO
OSLO
OSLO
OSLO
OSLO
OSLO

L’hôtel de ville. Il est imposant de par ses dimensions extérieures. Nous visitons les salles dont les murs sont décorés de scènes de la vie au quotidien en Norvège. De nombreux métiers sont représentés alors qu’à l’extérieur des statues de travailleurs bordent la rue conduisant à l’hôtel de ville. Une fresque gigantesque au fond d’une salle nous rappelle les constructeurs de Fernand Léger. On observe des bâtisseurs sur un fond de chantier naval, avec des constructions modernes. La partie la plus importante de l’édifice est la salle des pas perdus du rez-de-chaussée qui sert de décor pour la remise du prix Nobel de la Paix. L’ensemble de cette pièce est décorée de fresques sur tout son pourtour.

 

OSLO
OSLO
OSLO
OSLO
OSLO
OSLO
Repost 0
Published by Guy Muller - dans Voyages
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 16:23

 

Notre nouveau carnet de voyage est orienté vers le Nord de l’Europe ce qui représente un avantage certain en ces temps de canicule. Le programme du voyage sera décrit progressivement : OSLO, LES ÎLES LOFOTEN, LES FJORDS, LA LAPONIE, LE CAP NORD, HELSINKI ET STOCKHOLM

Ce voyage vous permettra de découvrir Oslo et ses remarquables musées. Après avoir parcouru la splendide Norvège, le pays d’Europe offrant la plus grande diversité de paysages, vous embarquerez sur  l'Express Côtier pour une croisière.

Nous prendrons ensuite la direction du Cap Nord, au bout du monde, avec son magnifique panorama sur l’Océan Glacial Arctique. Nous traverserons la Laponie par la "Route des Rennes" et découvrirons la Finlande, pays des mille lacs, et sa capitale vivante et animée le vendredi soir : Helsinki. Enfin, vous visiterez Stockholm, la plus belle capitale nordique bâtie sur quatorze îles !

 

Helsinki en soirée

 

Le programme du voyage organisé par Salun a été respecté et vous pourrez en suivre le déroulement prochainement. Toutefois, un voyage comporte souvent des parties inédites, lorsque les voyageurs peuvent sortir et rencontrer la population locale. Comme entrée en matière, j’ai choisi de vous montrer la vie trépidante d’une soirée à Helsinki, au cœur de la ville, au sein de la population.

Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée

Sur l’artère la plus importante nous assistons à de nombreux bals improvisés en cheminant le long du port. Jusqu’au magasin Stokman, sur une distance de 800 mètres,les danseurs ondulent au fil de musiques variées. Le tango serait la danse préférée des norvégiens.

Mais en ce vendredi soir une montre de voitures de collection fait le tour d’une place. Des véhicules sont alignés autour de la place tandis que d’autres tournent en permanence montrant leurs chromes et leurs moteurs. Des conducteurs de tous âges sont fiers de montrer leur véhicule. On note une progression des tatouages sur les bras des hommes, tandis que les femmes arborent leurs plus belles tenues d’été.

Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée

Au-delà de cet embouteillage organisé, les jeunes se retrouvent sur les hauteurs pour admirer le coucher du soleil. Ils sont nombreux sur les marches de l’église luthérienne, monument emblématique de la ville, avec aussi quelques touristes. Les touristes sont charmés par la beauté d’une place dont les immeubles rappellent la ville de Saint Petersburg. Enfin, nous voyons de nombreuses personnes accroupies sur les jardins situés en contrebas de l’église Russe, placés face au soleil couchant et face à la ville. En les rejoignant nous pouvons aussi admirer le panorama qui montre le port, les rues encombrées de véhicules et l’église luthérienne située devant le soleil couchant. Il est 22 heures 30 quand nous retournons rejoindre nos chambres d’hôtel.

Notre promenade nous a donné une vision de la vitalité finlandaise dont la vidéo vous donne un dynamique aperçu.

Prochainement nous reviendrons à la chronologie du voyage dont nous suivrons les étapes.

Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Repost 0
Published by Guy Muller - dans Promenades
commenter cet article
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 08:40

L’année Nice 2015 est dédiée à célébrer la Promenades des Anglais candidate à l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO. Jean-Jacques Aillagon, en tant que Président de la Mission pour l’inscription, a fédéré l’ensemble des musées de la ville pour programmer des expositions centrées sur le tourisme. Or la promenade des Anglais symbolise bien le passage de la ville hors les murs de la vieille ville. Son tourisme hivernal et d’été a offert la possibilité de modifier profondément la façade de la baie des Anges grâce à la construction ininterrompue de bâtiments architecturés au fil du temps.

                                           La mythique Baie des Anges
                                           La mythique Baie des Anges
                                           La mythique Baie des Anges

La mythique Baie des Anges

Décédé à Nice en 1953, Raoul Dufy a légué une centaine d’œuvres à sa ville de prédilection. Ses tableaux, sa facture sont marqués par la liberté de création permise par l’éloignement vis-à-vis d’une simple reproduction de la réalité. Entre la réalité observée, il y a le croquis, puis la création sur la toile d’un univers très personnel. Les couleurs tout d’abord dont une salle montre l’intensité des bleus de la mer, leur variation plus l’on s’éloigne du rivage, de nouvelles tonalités entre bleu et vert…

Les principaux lieux ou manifestations de la ville sont décrits : jardin Albert 1er (roi des Belges), jetée promenade, casinos, fête des mais, carnavals. Avec les calèches, les palmiers, la déambulation des passants, c’est un univers de joie qui est décrit. Un autre peintre Bellini, a d’ailleurs mis en scène les mêmes décors de villes tournées vers la distraction et le tourisme. On retrouve aussi certains thèmes favoris d’autres peintres dans les fenêtres, la présentation de pièces sans mise en scène pour centrer un sujet. Bonnard n’est pas le seul à déporter le regard sur des cloisons et à décentrer les pièces d’habitation.

                    Le motif à l'origine du dessin de Dufy pour une soierie lyonnaise
                    Le motif à l'origine du dessin de Dufy pour une soierie lyonnaise
                    Le motif à l'origine du dessin de Dufy pour une soierie lyonnaise
                    Le motif à l'origine du dessin de Dufy pour une soierie lyonnaise

Le motif à l'origine du dessin de Dufy pour une soierie lyonnaise

                            Portes et fenêtres : inspirent les études sur la lumière
                            Portes et fenêtres : inspirent les études sur la lumière
                            Portes et fenêtres : inspirent les études sur la lumière
                            Portes et fenêtres : inspirent les études sur la lumière

Portes et fenêtres : inspirent les études sur la lumière

 

Raoul Dufy

Jusqu’au 4 octobre

Le musée des Beaux Arts-Chéret participe à la fête de la Promenade par l’intermédiaire de Raoul Dufy, dont de nombreux tableaux appartiennent à la collection du musée. Raoul Dufy séjourne à Nice à plusieurs reprises à partir de 1925. Natif du Havre il découvre les couleurs de la mer, des maisons, de la végétation, ainsi que les baigneurs qui hantent la plage.

L’exposition présente l’ensemble d’une œuvre avec ses points forts : carnets d’esquisses, promenade, jardins, motifs maritimes. Une salle est d’ailleurs consacrée aux motifs répétitifs des vagues, coquillages, pour rappeler que Dufy a travaillé en premier sur l’ornementation des soieries à Lyon. Après l’exposition sur l’art du motif au musée des Arts Asiatiques, l’exposition Noailles à Hyères, les expositions Matisse de 2013, la reproduction massive du motif sur les tissus propulse en Art des dessins destinés à être portés par le public. Les motifs sont simples : palmes, moutons de la mer, coquilles Saint Jacques, baigneuses sur les céramiques… L’art nouveau apporte aussi de nouveaux motifs liés à l’école de Nancy, motifs supportés par des meubles, des lustres, des décors de bâtiments : voir l’intérieur du hall de l’hôtel Negresco.

Raoul Dufy au musée des Beaux Arts
Raoul Dufy au musée des Beaux Arts
Raoul Dufy au musée des Beaux Arts
Raoul Dufy au musée des Beaux Arts
Raoul Dufy au musée des Beaux Arts
Raoul Dufy au musée des Beaux Arts

L’art du dessin en noir et blanc est aussi présenté comme étant à l’origine de l’œuvre du peintre. Les dessins de la place Saint François montrent l’animation des étals à poissons. La vie de tous les jours avec l’animation propre à la vente, avec la gestuelle des poissonnières, dont on peut presque entendre les cris et leurs appels pour la promotion des meilleures pièces.

                                          Carnets de croquis et céramiques exposées
                                          Carnets de croquis et céramiques exposées
                                          Carnets de croquis et céramiques exposées
                                          Carnets de croquis et céramiques exposées
                                          Carnets de croquis et céramiques exposées
                                          Carnets de croquis et céramiques exposées

Carnets de croquis et céramiques exposées

Repost 0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 12:30

Notre promenade annuelle en Provence nous a permis de visiter la cité des Baux où il est facile de trouver des restaurants pour adoucir le rythme de nos découvertes. Nous nous trouvons au milieu d’un vignoble ancien et réputé où des oliviers donnent des olives connues des amateurs.

Aussi de bon matin partons nous visiter le village des Baux, situé sur un éperon rocheux, au début de la chaîne des Alpilles. Le soleil nous accable de sa chaleur et donne une belle dimension aux roches qui se découpent sur un ciel immensément bleu.

L’ancien château des Baux a été démoli sur ordre du Cardinal Richelieu pour éteindre une révolte protestante. Le marquisat des Baux est dévolu à la descendance des Princes de Monaco, la famille Grimaldi. L’aspect de la place forte n’a pas été modifié et un cheminement est organisé par Culturespace l’organisme qui gère le Centre culturel de Caumont à Aix. On domine un large panorama sur la Provence et les environs des Baux.

Le site est organisé en un parcours de découverte orienté sur les métiers du Moyen Age et sur les arts martiaux. Les enfants peuvent y passer la journée en observant certaines animations. Par exemple, le fonctionnement d’une bricole, une baliste, est expliqué avec jet de pierre. Des cibles pour des lancers de flèches à l’arbalète sont disposées dans un enclos. Des simulations de duels sont aussi organisées. D’autres machines de siège sont présentes : trébuchet, bélier. Pris par le temps disponible, nous montons au point le plus élevé du château, prendre des photos.

Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence

Le musée Yves Brayer exposition temporaire BEN

Du 1er avril au 15 août, Musée Yves Brayer

 

Benjamin Vautier est un des artistes majeurs du XXème. Il s’est imposé dans un grand nombre de foyers en signant une série d’articles d’écoliers de son prénom BEN. Il ne s’agit pas d’une démarche commerciale, mais une volonté pédagogique d’imposer l’art auprès du plus grand nombre. Ses tableaux iconiques noirs recouverts d’un mot ou phrase, reflètent cette volonté d’établir un dialogue. 

Depuis 1958, son œuvre et son analyse de l’art ont suscité plus d’une centaine d’expositions et de nombreuses publications. Il installe aujourd’hui son travail au Musée Yves Brayer. L’exposition sera l’occasion de redécouvrir le théoricien et l’artiste qui provoque Marcel Duchamp en signant Tout t Rien pour s’interroger sur le devenir de l’art.

Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence

La Chapelle des Pénitents Blancs

 

Décorée par Yves Brayer : voir notre vidéo

Sur la place de l'église des Baux-de-Provence, en bordure de la falaise dominant le vallon de la Fontaine, la Chapelle fut construite au milieu du XVIIe par la Confrérie des Pénitents Blancs. Elle est relevée de ses ruines en 1937 par la maintenance des Confréries de Langue d'Oc. Elle est dédiée à Estelle, Sainte, chargée de veiller sur le souvenir des anciens pénitents des Baux.

 La porte d'entrée monumentale ornée de pierres en bossage est surmontée d'un bas-relief  représentant deux pénitents agenouillés avec une inscription martelée : "In nomine Jesu omne genus flectatur" (Au nom de Jesus tout genou doit se plier). L'intérieur de la chapelle, autrefois voûtée en croisée d'ogives, est décoré de fresques d'Yves Brayer (1974) représentant le Noël des Bergers dans la tradition provençale.

Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence

Les Carrières de Lumières

 

Deux spectacles sont organisés tous les ans dans les carrières. Le nouveau thème donne l’occasion exceptionnelle de voir sous un angle nouveau les plus grands chefs-d’œuvre de la Renaissance italienne, numérisés et projetés sur les monumentales surfaces des Carrières. Le visiteur est amené à vivre en musique une confrontation directe avec les plus grands maîtres de la peinture italienne, le temps d’une expérience hors du commun, capable de susciter une émotion aussi forte que surprenante.

Cette représentation se termine le 3 janvier 2016.

Les chefs-d’œuvre réalisés par Léonard de Vinci, Michel-Ange, et Raphaël entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle à Florence, Milan et Rome sont mis en scène et en mouvement grâce à un dispositif technologique de pointe associant musique et image pour épouser parfaitement l’espace, les œuvres d’art numérisées s’animent sur le sol et les parois des carrières transformées en gigantesques cimaises.

Guidé tout au long du spectacle par des morceaux de musique soigneusement choisis, le spectateur redécouvre des œuvres aussi remarquables que L’Annonciation, La Vierge à l’Enfant avec Sainte Anne, La Joconde ou encore La Cène de Léonard de Vinci (1442-1519) ; La Dame à la licorne, L’Ecole d’Athènes ou Le Triomphe de Galatée de Raphaël (1483-1520) ; la voûte de la chapelle Sixtine et Le Jugement dernier de Michel-Ange (1475-1564)... Si le spectacle offre un face à face émouvant avec les portraits qui affichent en grand leur perfection sur les murs des carrières, les fresques impressionnent autant par leur dimension monumentale que par l’extraordinaire galerie de personnages qui les peuple. Certains détails des fresques habillant d’habitude les murs et voûtes d’églises, de villas et de palais italiens, sont particulièrement mis en scène.  

Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Repost 0
Published by Guy Muller - dans Promenades
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 16:03

 

C’est dans les rues du village de Mougins que sont exposées trente sculptures d’artistes contemporains. Une telle animation offre la possibilité de circuler dans le colimaçon des voies publiques en profitant de vues inédites sur le paysage. Les œuvres proposées au regard sont de César, Sosno, Arman, Tobiasse, Lavarenne, Niki de Saint Phalle…

 

L’exposition se termine à la fin du mois de juin. Elle permettra de déjeuner dans les nombreux restaurants de la ville. Peut-être serez-vous intéressés par une visite du Musées d’Art Classique de Mougins, associé à la présente exposition Monumental. Le musée des Arts Classiques permet une comparaison spatiale entre les premiers arts et les œuvres d’artistes contemporains. http://www.mullerdirpa.com/article-le-musee-d-art-classique-de-mougins-118687153.html

Mougins exposition Monumental
Mougins exposition Monumental

Une réflexion sur l’Art

Il est important d’observer une exposition d’art contemporain sur le terrain même d’un musée lui aussi tourné vers la rencontre des arts quelle qu’en soit leur origine. Ainsi, Sosno se sert-ils de canons classiques dans ses sculptures ouvertes ou compressées. Nous pouvons admirer sa Vénus dans le vide et sa compression de la tête du bon gardien. Arman réussit dans ses accumulations à montrer diverses facettes de son art dans A Marienbad, sculpture de Diane et Actéon, tout comme dans le bronze de Lénine auréolé d’une accumulation de faucilles et de marteau.

Sosno, Arman, Lavarenne
Sosno, Arman, Lavarenne
Sosno, Arman, Lavarenne
Sosno, Arman, Lavarenne
Sosno, Arman, Lavarenne
Sosno, Arman, Lavarenne

Sosno, Arman, Lavarenne

Nos artistes ne se sont pas contentés de travailler dans un seul domaine. Ils sont peintres, sculpteurs, céramistes, soudeurs, ce qui les conduit à réaliser des travaux de grande dimension, immersibles en plein air. Les couleurs éclatantes et les matériaux employés ne les cantonnent pas aux seuls intérieurs. Monumental représente l’exposition-confrontation d’un art hors-murs en ce qu’il a de reconnaissance en ses origines gréco-latines. Il s’agit de décorer la cité afin que le beau inspire les cœurs des citoyens.

Mougins exposition Monumental
Mougins exposition Monumental
Mougins exposition Monumental
Mougins exposition Monumental
Mougins exposition Monumental

Plusieurs œuvres de Nicolas Lavarenne éparpillent ses créations très classiques dans les rues, avec un grand pensif, un grand serein et le grand arc. Steph Cop aligne plusieurs Totems en bois de chêne du Morvan, dignes successeurs des totems canadiens. César est aussi présent avec sa sculpture Ginette, sa compression de Porsche et son pouce monumental. Niki de Saint Phalle accueille les visiteurs sur son banc des générations, tandis que Tobiasse montre les Saltimbanques, sorte de Totem moderne.

Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,

Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,

 

Le Musée des Arts Classiques de Mougins

 

Le musée de Mougins s’attaque à la destruction de l’ordre chronologique. Pour l’amateur qui a rassemblé autant de chefs d’œuvre, l’art est unificateur, comme dans une course de relai. La génération spontanée n’existe pas : une source, une racine, une origine, servent de levier et de levain. Aussi l’expression la plus parfaite d’une telle symbiose unificatrice est née en Grèce avec la philanthropie du partage du bien commun. L’art classique dans une civilisation plusieurs fois millénaire est bien à la racine de toute création ultérieure. D’ailleurs, que seraient nos villes sans l’intégration d’une architecture égypto-greco-romaine, dans les monuments, églises, places, avenues. Souvent le retour au classicisme a permis une renaissance politique imprimant une signature dans nombre de capitales. Saint Petersburg, Londres, Paris sont profondément marqués par des arcs de triomphe, des églises, des colonnades… Le recours à la lumière grecque par Napoléon, la Reine Victoria, Pierre le Grand, montre la recherche du grandiose pour s’installer dans le temps. Même s’il ne s’agit que de mettre en scène un décor pour y déployer fastes divers et défilés. La culture véritable de Christian Levett (fondateur du musée) est une intégration, une osmose, d’influences dirigées par la force de l’art antique. Quelle relation peut-on faire entre les superbes sarcophages peints du sous-sol du musée et le crane de la tête heureuse de William Hirst ? Certainement celle d’une mort apaisée, couverte par une généreuse polychromie. La mort est aussi très présente avec les casques, armures, boucliers, destinées à protéger les guerriers. Le casque du film « Gladiateur » réalise un trait d’union entre passé et actualité. Seul le film peut retracer de nos jours la vie des temps anciens.

Une très belle collection de casques
Une très belle collection de casques
Une très belle collection de casques
Une très belle collection de casques
Une très belle collection de casques

Une très belle collection de casques

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Promenades
commenter cet article
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 17:00
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles

Une nouvelle journée de visite était organisée par les Amis des Musées de Nice avec pour objectif une découverte des richesses patrimoniales de la ville d’Hyères. Alors que la matinée était consacrée à la visite du site Grec d’Olbia, l’après-midi était centrée sur la villa Noailles. C’est Martine Pellissier et Floriane Spinetta qui nous ont accompagnés à cette occasion, les voyageurs du car étant divisés en deux groupes pour faciliter la circulation et l’information du groupe. Monsieur Bonnemaison était toujours du voyage attentif aux retardataires notamment pendant l’ascension en pente raide vers la villa.

 

Olbia

Le site archéologique d’Olbia rassemble tout ce que l’on voit d’habitude dans les sites gréco-romains. Il est magnifié par la présence de la mer proche, dont les couleurs et les contours, étaient surement la principale attraction pour vivre en ces lieux. Villas d’habitation, commerces, lieux de culte, thermes occupent le terrain. Le jour de notre visite, un tapis de fleurs s’étalait sur toute la superficie, décorant superbement les ruines antiques.

Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles

La Villa Noailles

 

Cette villa située sur une hauteur de la ville représente une construction de style moderne : dessinée en 1923, habitée en 1925, aménagée avec des extensions jusqu’en 1933. Son architecte, Rob Mallet-Stevens y fait preuve d’un nouvel hygiénisme avec un bâtiment de 1800 m2 disposant de quinze chambres, toutes dotées d’une salle de bains. Ce qui frappe dès l’abord est la lumière dispensée dans l’ensemble des locaux. La décoration fait appel à l’ensemble des artistes de l’époque : Mondrian, Brancusi, Giacometti et Gabriel Guévrékian pour  les jardins. C’est à l’occasion du trentième festival international de la mode et de la photographie que la maison Chanel a rassemblé ici de nombreux métiers d’art travaillant pour sa griffe : chapelier, gantier, brodeur (présence de la maison Lesage).  Karl Lagerfield a assuré la direction artistique de l’édition 2015 en la présence de Fleur Pellerin.

Nous avons donc pu bénéficier du lustre exceptionnel de cette édition 2015 pour voir l’ensemble des collections rassemblées pour les défilés et présentées dans notre vidéo.

Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles

Le visiteur sera charmé par l’ensemble de la documentation mise à sa disposition sous forme de piles de dossiers dotées de fiches séparables (à détacher comme des post-it) au format 21-27. Il peut ainsi emporter les explications données sur de nombreux thèmes par les organisateurs. Les mécènes de la villa étaient des découvreurs dans de nombreux domaines de l’art : cinéma, ethnographie, cinéma, littérature, musique, danse, mode. Sur ce dernier plan la visite présente plusieurs expositions en cours dont un espace magique Chanel et une salle de squash consacrée à une exposition de Karl Lagerfeld.

Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles

Les Noailles et la mode

 

Etre moderne c’est bien sûr soutenir les artistes de l’époque dans leurs difficultés à renverser les habitudes : Stravinsky avec son Sacre conspué, Breton, Cocteau, Paul Eluard, René Char, Dali, Balthus, Mondrian, Giacometti, sont les figures emblématiques d’une nouvelle donne.

Bousculer un ordre des choses c’est propulser Miro, Tanguy, Masson, Klee, Max Ernst, Doisneau, Brassaï, Durst, Man Ray, Brancusi, à une époque où ces artistes ont besoin de mécènes. Charles et Marie-Laure de Noailles financent de nombreux projets artistiques dans tous les domaines : revue littéraire, partitions musicales et opéra (Auric, Kurt Weil, Milhaud), ballets avec Serge Lifar, projets chorégraphiques avec Roland Petit, soutien de musiciens de talents avec Rubinstein, Rampal, Gendron. 

Mais pour tenir leur rang et multiplier leur audience, les Noailles vont s’appuyer sur la mode et la mise en scène de leur image. Une pièce de l’exposition est consacrée à la « fabrique d’une image »

Non seulement les Noailles deviennent des icones dans la presse de mode avec l’avènement d’une photographie portée par de nouveaux talents : Man Ray, Doisneau, mais ils se montrent lors des défilés de mode parisiens. De 1930 à 1947, Marie-Laure de Noailles lance les grands couturiers : Rochas, Dior, Del Castillo, Jacques Heim, Jacques Fath.

Cette exposition poursuit le travail commencé au Musée des Arts Asiatiques avec la mise en scène du travail sur les tissus d’un artiste japonais. La fabrique d’une image, la mode, réunissent nombre de talents qui permettent d’imposer une image au spectateur-consommateur.

L'espace Cacharel
L'espace Cacharel
L'espace Cacharel
L'espace Cacharel
L'espace Cacharel

L'espace Cacharel

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Promenades
commenter cet article
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 17:00
La danse des formes
La danse des formes

La danse des formes

Samuro Yunoki a offert au musée Guimet soixante et onze de ses œuvres, exposées temporairement à Nice, jusqu’au 6 septembre 2015. Avec les Amis des musées de Nice, nous avons pu renouveler une visite régulière de ce temple de l’Asie, dont le rythme des révélations ne faiblit pas. Comme l’Asie regroupe la moitié de la population mondiale et que ses civilisations et religions sont les plus vieilles de l’humanité, nous ne nous plaindrons pas de ces programmations fréquemment élaborées par les responsables du musée.

Le jour de notre visite, c’était Karine Valensi qui a présenté l’oeuvre de l’artiste japonais né en 1922.

Un film vidéo très intéressant montre Takechi Kitano travaillant un motif, le découpant et l’ornementant, pour pénétrer dans l’univers de Samuro Yunoki.

Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques

Du motif au Logo

 

Le travail de l'artiste reflète une tendance historique du Japon à porter un regard particulier sur le dessin des tissus. Il s’agit de trouver une infinité de motifs à partir de formes simples ou complexes en les analysant, en les réduisant sous forme symbolique. Il s’agit de trouver des symboles qui représenteront une école, une armée, un commerce et qui seront reconnus par tous. La force du symbole entraîne une adhésion irréfléchie du serviteur, du client, du voyageur, qui y trouve un élément rassurant, un point de repère par la répétition continue du motif.

Si Matisse est devenu un adepte du motif avec bien d’autres, c’est au Japon qu’il faut chercher l’origine du logo, devenu objet incontournable du ralliement et de la dépendance du consommateur.

 

Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques

 

Coca Cola, Nestlé, Renault, Apple, Sony, sont devenus des empires mondiaux, grâce à une simplification extrême de leurs marques devenues reconnaissables partout. Il suffit donc d’un seul symbole, d’un logo bien trouvé pour assurer la progression d’une marque et son pouvoir de conquête. On comprend dès lors l’importance de la quête d’éléments fédérateurs lors de la création des signes distinctifs des partis politiques et syndicats. On cherche tout d’abord des mots qui seront synthétisés par un symbole : pomme, rose, marteau, svastika…

 

Le motif est une parole sans mots

Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Exposition temporaire du peintre Samuro Yunoki au Musée des Arts Asiatiques
Repost 0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 15:21

 

Le 6 mai 2015, Culturespaces a présenté son Centre d’art avec une grande journée Portes Ouvertes, de 10h à minuit. Cette nouvelle institution culturelle, établie dans l’ancien Hôtel de Caumont, fait battre le cœur d’Aix-en-Provence à deux pas du cours Mirabeau. Toute la ville était décorée par des oriflammes siglés « Caumont » ou « Canaletto », les panneaux Decaux présentaient la fête du Buccentaure à Venise.

Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto

Un nouveau Centre d’Art dans un joyau du XVIIIème  siècle

 

Pour  accueillir  ce  nouveau  Centre  d’Art,  un  vaste  programme  de  travaux  et  d’aménagements  a  été conduit en 18 mois sur la totalité de la surface de l’Hôtel de Caumont, soit 2 500 m 2 . La façade, les décors intérieurs et les jardins ont fait l’objet d’une restauration exemplaire, soutenue par l’Etat et la Ville d’Aix-en-Provence.  300  ans  après  la  pose  de  sa  première  pierre,  ce  remarquable  édifice  classé  Monument Historique, s’apprête ainsi à écrire une nouvelle page de son histoire culturelle.

C’est la première fois que Culturespaces acquiert un lieu pour y créer un centre d’art. Il s’ajoute à une liste de lieux prestigieux confiés en gestion à Culturespaces : 

- la Villa Ephrussi de Rothschild, Saint-Jean-Cap-Ferrat (depuis 1992)

- la Villa Grecque Kérylos, Beaulieu-sur-Mer (depuis 2001) 

- les Carrières de Lumières aux Baux-de-Provence  (depuis 2012)

- le Château des Baux-de-Provence (depuis 1993)

- le Théâtre Antique  et le Musée d’Art et d’Histoire d’Orange (depuis 2002)

- les Arènes de Nîmes, la Maison Carrée, la Tour Magne (depuis 2006)

- la Cité de l’Automobile, Mulhouse (depuis 1999)

- la Cité du Train, Mulhouse (depuis 2005)

- le Musée Jacquemart-André, Paris (depuis 1996)

Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto

Pauline de Caumont

 

Née à Aix-en-Provence en 1767, Pauline est la fille de Jean-Baptiste Jérôme de Bruny, Baron de La Tour d’Aigues. Ce dernier, alors président au mortier du  parlement de Provence, est un grand collectionneur, botaniste,  membre  de  l’académie  de  peinture  de  Marseille.  Il  rassemble  dans  son  hôtel  aixois  de nombreuses  œuvres  d’art mais  aussi  des minéraux et  fossiles.  L’hôtel  des  Bruny  est  alors  le théâtre  de fêtes et soirées mémorables où toute la bonne société aixoise se donne rendez-vous. Cette insouciance trouve une fin brutale avec la Révolution française. Sa chambre a été reonstituée au premier étage du musée.

 

En février 1795, Jean-Baptiste Jérôme de Bruny s’éteint  et  l’hôtel est légué à son fils, Marie-Jean-Joseph (1768-1800). À sa mort, sa sœur, Pauline (1767-1850) hérite de ses biens. Elle épouse l’année suivante Amable de Seytres (1764-1841), marquis de Caumont, qui se vante de «prendre à la Provence sa plus belle fille,  son  plus  bel  hôtel,  son  plus  beau  château,  sa  plus  grosse  fortune  ».  L’hôtel  prend  ainsi  le  nom d’Hôtel de Caumont. Le faste de l’Hôtel de Caumont s’éteint progressivement jusqu’au décès, en 1850, de Pauline de Caumont, partie sans héritier. Son légataire universel, Louis-Charles de Bruny, vend l’Hôtel de Caumont  en  1854  à  Jean-Baptiste  Albert  de  Roux.  Le  dernier  propriétaire  privé  à  habiter  l’hôtel  est  le général Isenbart.

Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto

Canaletto en vedette pour l’exposition inaugurale

 

Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto, (Venise 1697–1768) est connu pour être le peintre de Venise le plus important  du  XVIIIe siècle,  celui  qui  a  magnifié  sa  ville  par  des  vues  rigoureuses  et  empreintes  d’une lumière  précise et chaleureuse. Canaletto  a  donné  ses  titres  de  noblesse  à  la  peinture  de  veduta  à  Venise,  représentant  avec  une admirable exactitude mais aussi avec poésie des vues de sa ville natale. Il a aussi peint dans une démarche semblable des vues de Rome et de Londres.  

Avec plus d’une cinquantaine d’œuvres, dont un choix très original de peintures, le parcours propose une  nouvelle  interprétation  de  différents  moments  de  sa  carrière,  avec  une  attention particulière accordée au processus de création. C’est la première fois que sont aussi clairement exposées les œuvres de l’artiste à ses débuts, celles de sa période anglaise et de la dernière période de sa vie. 

 À cette occasion, une remarquable sélection de chefs-d’œuvre de la peinture vénitienne du XVIIIe siècle, toiles de très grand format et dessins minutieux, sont réunis par la  commissaire  générale  de  l’exposition,  Bożena  Anna  Kowalczyk.  Les  plus  grandes collections  internationales  y participent, parmi lesquelles la  Royal  Collection,  la  Courtauld Gallery et la National Gallery de Londres, le Metropolitan Museum de New-York, la Galerie des Offices de Florence ou encore la Ca’Rezzonico de Venise. 

Avec  cette  exposition  inaugurale,  Culturespaces  expérimente  aussi  un  nouveau  type  d’exposition immersif.  En  complément  des  œuvres  de  Canaletto,  la  part  belle  est  faite  aux  supports  numériques  et multimédia pour enrichir l’expérience du visiteur.

Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto

Avec plus d’une cinquantaine d’œuvres, dont un choix très original de peintures, le parcours propose une  nouvelle  interprétation  de  différents  moments  de  sa  carrière,  avec  une  attention particulière accordée au processus de création. C’est la première fois que sont aussi clairement exposées les œuvres de l’artiste à ses débuts, celles de sa période anglaise et de la dernière période de sa vie. 

 À cette occasion, une remarquable sélection de chefs-d’œuvre de la peinture vénitienne du XVIIIe siècle, toiles de très grand format et dessins minutieux, sont réunis par la  commissaire  générale  de  l’exposition,  Bożena  Anna  Kowalczyk.  Les  plus  grandes collections  internationales  y participent, parmi lesquelles la  Royal  Collection,  la  Courtauld Gallery et la National Gallery de Londres, le Metropolitan Museum de New-York, la Galerie des Offices de Florence ou encore la Ca’Rezzonico de Venise. 

Avec  cette  exposition  inaugurale,  Culturespaces  expérimente  aussi  un  nouveau  type  d’exposition immersif.  En  complément  des  œuvres  de  Canaletto,  la  part  belle  est  faite  aux  supports  numériques  et multimédia pour enrichir l’expérience du visiteur.

Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto
Inauguration de Caumont Centre d’Art : exposition Canaletto

Une installation numérique au cœur de l’exposition

 

À  mi-parcours,  l’installation  multimédia  Capriccio  Veneziano,  réalisée  par  l’artiste  vénitien  Gianfranco Iannuzzi, place le visiteur au centre des vedute de Canaletto. Cette immersion visuelle et sonore offre une façon novatrice de découvrir l’univers  pictural  du  maître,  grâce  au  concept  AMIEX®  développé  par Culturespaces. Projetées à grande  échelle,  les  images  des  tableaux  numérisés  s’animent  et  se reflètent dans l’eau du Grand Canal. La cité des Doges prend vie sous les yeux du spectateur. Le clapotis de l’eau et le son des cloches de Santa Maria della Salute le transportent dans une Venise à la beauté baroque et romantique.  Notre vidéo intègre ce véritable spectacle où les embarcations bougent à l’aide de rameurs animés.

 

Veduta : intérêt passé et actuel

 

La veduta (vedute au pluriel, qui signifie « ce qui se voit » et donc « comment on le voit »), s'apparente à la scénographie (puisque l'artiste met en scène une vue extérieure) et présente des problèmes de recherche spatiale. Les deux genres se développent simultanément et s'influencent réciproquement. Comme la pratique de la perspective est très utilisée dans les vedute, ce mot est aussi un terme d'optique qui désigne autrefois la « perspective naturelle », il est relié au langage de la perspective artificielle ou géométrique : qui varient selon le « point de vue ».

Canaletto, Bernardo Bellotto et Francesco Guardi sont les peintres les plus représentatifs du genre. Ils s'aidaient d'un dispositif optique : la chambre noire, placée à l’intérieur de la scène d’un tableau pour préparer leurs cadrages ouvrant la perception optique de la réalité sur un paysage naturel ou suburbain. L’exposition en cours offre la possibilité au public de regarder l’intérieur d’une chambre obscure et de vérifier son effet sur le respect des perspectives. Ces peintures sont réalisées avec précision et réalisme de détails, et sont en général de grand format. Venise est considérée comme la capitale des peintres védutistes (vedutisti) au XVIIIe siècle. La dernière pièce de l’exposition est donc très logiquement consacrée à Belletto et Guardi, autres grands védutistes.

Francesco Guardi ajoute cependant des touches plus romantiques à ses toiles. Ses vues respectent moins les architectures pour s’attacher à une description idéale et colorée des paysages. Il est difficile d’ailleurs d’attribuer avec certitude certaines œuvres car on travaillait en famille !!

C’est grâce à Bellotto que des reconstructions ont été réalisées à Dresde, après sa destruction, afin de finaliser la perspective de la ville le long de l’Elbe, la cathédrale a été reconstruite. Dresde présente en conséquence un visage identique à celle de son passé.

En Pologne des villes entières ont été détruites entre 75 et 85% de leur patrimoine bâti, telles les villes de Gdansk et surtout de Varsovie. Les plans de Bellotto ont servi à restituer la même atmosphère à l’ensemble de la vieille ville. La place du Château, la  place du Marché, les principales artères, dont la voie royale, ont été copiées directement d’après les cartons de Bellotto. En voyage en Pologne à l’occasion de l’anniversaire de l’Insurrection de Varsovie, j’ai pu voir à côté des reconstructions, un exemplaire affiché des tableaux de ce peintre.

Le dernier tableau est de Francesco Guardi
Le dernier tableau est de Francesco Guardi
Le dernier tableau est de Francesco Guardi
Le dernier tableau est de Francesco Guardi
Le dernier tableau est de Francesco Guardi
Le dernier tableau est de Francesco Guardi

Le dernier tableau est de Francesco Guardi

Repost 0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 16:05
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents

 

Défilé à Nice du 19 avril 2015

 

Les Confréries de Pénitents

 

La ville de Nice compte quatre Confréries de Pénitents et de nombreuses autres se maintiennent  dans l’arrière pays. Elle a donc accueilli de nombreuses Confréries à l’occasion d’une rencontre et d’un défilé organisé dans le Vieux-Nice, de l’église du Vœu à la Cathédrale place Rossetti. Notre vidéo en montre divers aspects au sud de la place Masséna, rue de l’Opéra, rue Saint François, place du Palais, rue de la Préfecture, arrivée place Rossetti. Notre vidéo rassemble des vues prises tout au long du parcours. Elle permet d’observer les habits variés des nombreux participants.

 

Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents

Le rôle des Confréries de Pénitents

 

Les Confréries de Pénitents ont toutes les mêmes caractéristiques quels que soient les lieux où elles agissent. Depuis sept siècles, elles présentent deux éléments essentiels, maintenir une vocation spirituelle et donner du lien social au profit des pauvres. Leurs membres sont des laïcs, mis au service de la communauté, lors d’épreuves subies par la population. Les Confréries ont géré des orphelinats, dispensé des distributions de nourritures, géré des hôpitaux. Elles participaient aussi aux funérailles des défunts. L’habit des Pénitents « le sac » est destiné à organiser leur anonymat, renforcé par une capuche, afin de gommer les inégalités sociales. Comme les chaussures permettent au Moyen Age, de désigner les professions ou les classes sociales, elles ont été masquées par des babouches unificatrices. La disette, les famines, les épidémies, sont des catastrophes fréquentes. Des villages entiers de l’arrière pays sont rayés de la carte et deviennent inhabités. A Nice en 1340, les deux tiers de la population disparaissent,  le nombre d’habitants passant de 14 500 à 5 500 personnes.

Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents

 

Les Pénitents Noirs de la Miséricorde

 

La Chapelle de la Miséricorde abrite la Confrérie des Pénitents noirs dont le but est rappelé par leur maître François Dunan. « Tout membre de l’Archiconfrérie doit avoir constamment à cœur de lier ces deux actions : dévotion et vie caritative, en d’autres termes, se nourrir d’une vie communautaire ouverte sur le monde. Notre engagement de Pénitent na vaut que s’il est éprouvé sans cesse à l’aune de la charité, laquelle ne connait aucune limite ». C’est en 1328-1329 que la famine était telle à Nice qu’une distribution de blé venant de Sicile et de Grèce fut organisée par les notables de la ville. Les confrères de l’Aumônerie sont donc à l’origine de la création d’une Confrérie qui acquit progressivement ses lettres de Reconnaissance, dont le secours aux indigents en 1458. Parmi les privilèges accordés à la confrérie : le 29 aout de chaque année la peine de mort ou celle des travaux forcés était accompagnée par la libération d’un condamné. La liste des œuvres de Miséricorde est la suivante :

  • Nourrir, vêtir, secourir les indigents,
  • Venir en aide aux veuves, aux orphelins, aux voyageurs,
  • Visiter les malades, les prisonniers, les affligés,
  • Assister les pauvres honteux,
  • Conforter les suppliciés,
  • Pourvoir à la sépulture des défunts.
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents

La Chapelle de la Miséricorde : un éblouissement d’harmonie

 

La Chapelle de la Miséricorde qui abrite les Pénitents Noirs est un joyau situé au centre du cours Saleya. Elle se trouve placée à côté du Palais Sarde qui a longtemps servi de préfecture au département avant de devenir propriété de la ville. Aujourd’hui le Cours Saleya est devenu un marché des fruits et légumes et un marché aux fleurs.

La Chapelle de la Miséricorde a subi des dommages liés à la construction d’un parking souterrain. Sur un espace restreint, l’architecte Bernard Antonio Vittone, a accompli un miracle, donnant hauteur et lumière à l’édifice. En effet, la façade extérieure et l’inclusion de la Chapelle dans un couvent limitent l’espace intérieur. Or en entrant, on est écrasé par la hauteur des voutes enrichies par des colonnes de faux marbre. Pendant que l’on admire les fresques, le dôme, les six chapelles elliptiques, on ressent une augmentation du volume. Car il y a bien trois niveaux en hauteur, divisés par les six chapelles. Ces 18 ensembles conjugués avec le chœur et le parterre elliptique lui aussi donnent une idée de profusion. En y ajoutant l’élégance des fresques et tableaux, l’or qui recouvre le sommet des colonnes et entoure les chapelles, le mariage des couleurs, on ressent un éblouissement. Les sensations ressenties par le visiteur résultent bien sûr d’un baroque accompli qui joue des roses, des verts, du noir et du bleu. En dépit de dégâts importants, elle reste un joyau de l’art baroque, ouverte le dimanche matin et le mardi après-midi. La sacristie renferme de très belles œuvres d’art notamment le retable de Miralhet et un Bréa.

Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya
Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya
Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya
Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya
Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya

Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Promenades
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 15:45

In vino veritas

 

Les hasards de la vie m’ont mis au contact de personnes habitées par la recherche de la meilleure association des vins et des nourritures. En suivant les cours de Monsieur Ballanche au lycée hôtelier de Nice, j’ai pu connaître et approcher de nombreux amateurs ou professionnels, alléchés par un développement de leurs connaissances. Le vin et surtout le bon vin exige une aptitude à la découverte dans une quête permanente de la qualité. C’est la connaissance d’un terroir, des cépages, de leur assemblage comme de leur élevage, qui exige des comparaisons dans le temps et l’espace.

Aussi pouvoir comparer des domaines différents exige d’appartenir au moins à une confrérie. Elle seule offre la possibilité de progresser dans la recherche de la qualité par des soirées ou des voyages sur place. Il faut en effet confronter les connaissances théoriques avec les producteurs pour évaluer leurs efforts. Ce sont eux qui donnent le ton en ce qui concerne la recherche de la concentration : vendanges vertes, égrappages, remontages, densité des implantations de ceps. Eux encore qui marient les cépages, qui les choisissent, qui conduisent leur fermentation alcoolique et malolactique, en surveillant leur maturité avant la mise sur le marché.

Le guide des 600 vins de Provence
Le guide des 600 vins de Provence
Le guide des 600 vins de Provence
Le guide des 600 vins de Provence
Le guide des 600 vins de Provence
Le guide des 600 vins de Provence

Le guide des 600 vins de Provence

 

Il m’est permis de temps en temps de participer à des dégustations dans des salons particuliers, dans les hôtels, ou dans des lieux tels Acropolis ou Cagnes sur mer. Mais la dégustation à l’aveugle effectuée avec d’autres connaisseurs semble être la meilleure occasion de confronter les points de vue et de se dérouiller le cas échéant. A l’occasion d’une nouvelle publication du guide des vins de Provence, je viens de participer à une dégustation, avec d’autres sommeliers, cavistes, formateurs ou amateurs. Cette dégustation est relatée dans une vidéo de 13 minutes. Vous pourrez donc entendre expliquer la règle du jeu établie par l’organisateur de la dégustation, Denis Camel, et les discussions des participants bénévoles. Après chaque dégustation, une synthèse des notes est réalisée entre quatre participants, pour trouver un terrain d’entente. S’il s’avérait qu’une différence de notation trop importante apparaisse, c’est un autre jury qui départagera, y compris en changeant le flacon si nécessaire.

Les guides, s’ils sont entièrement refondus annuellement, donnent des informations uniques aux consommateurs. Nous ne classons pas entre viticulteurs nos domaines, ni ne suivons la mode des vins parkérisés. Nous dépendons aussi des variations climatiques ou bactériennes dont les conséquences peuvent être importantes. Le vin est une matière vivante dont l’esprit, la typicité, le caractère, se modifient selon les années. Nous devons en accepter les manifestations sans chercher l’uniformisation du goût. Un cognac, un whisky, un champagne doivent posséder des caractéristiques uniformes pour plaire au consommateur ou ne pas trop le dérouter. En ce qui concerne le vin, sa nature, l’intervention du bio avec ses gradations, apportent forcément des changements…

Vignobles du Barolo
Vignobles du Barolo
Vignobles du Barolo
Vignobles du Barolo
Vignobles du Barolo
Vignobles du Barolo
Vignobles du Barolo

Vignobles du Barolo

         Pour aller plus loin

 

Voici quelques adresses  pour ceux qui désirent progresser avec les Confréries ou Associations locales :

 

La Confrérie des Sommeliers d’Europe sise à Saint Laurent du Var à laquelle je me joins tous les mois :

http://www.sommeliers-europe.com/

 

La Confrérie de l’Etiquette de Menton dont j’ai été le webmaster :

http://confrerieetiquette.over-blog.com/

 

l’Association des Sommeliers de Nice Côte d’Azur Provence (ASNCAP)

http://asncap.fr/

 

Vignobles du Chianti
Vignobles du Chianti
Vignobles du Chianti
Vignobles du Chianti
Vignobles du Chianti
Vignobles du Chianti
Vignobles du Chianti
Vignobles du Chianti

Vignobles du Chianti

Repost 0
Published by Guy Muller - dans Oenologie
commenter cet article

Nice au soleil

Rechercher

Table des matières

Le Musée Masséna

L'exposition Slobodan  à la Providence

Le musée Chéret : l'album diaporama

Merveilles du Bouddhisme au musée des Arts Asiatiques

Musée des Arts Asiatiques : les bois de l'immortalité

Inauguration du musée Bonnard au Cannet

Le Musée national Chagall de Nice

Musée Chagall : l'album

Expostion sur les peintres Russes à la Malmaison de Cannes

Musée national Fernad Léger de Biot

Musée Fernad Léger : l'album

Actualité des musées en France et dans le monde : artproject

Musée Masséna : le mobilier Napoléon 1er

Musée Masséna : l'album

Musée International d'art naÎf de Nice

Musée international d'art naÎf de Nice : l'album

Musée des Beaux Arts : Chéret dans ses murs

Exils : expostion temporaire des musées nationaux du 06

Musée Masséna : présence Russe à Nice

Angkor au musée des Arts Asiatiques

Le musée d'Art Classique de Mougins

Marseille capitale européenne de la culture en 2013

Marseille 2013 suite et fin

Au MAMAC : la postérité d'Henri Matisse

Matisse un été à Nice : musée Matisse et musée Chéret

Musée National Chagall : les autoportaits

La Promenade du Paillon de Nice

La Fondation Hartung-Bergman à Antibes

Antibes et ses musées

Trois siècles de tourisme  aux Archives Départementales des Alpes Maritimes

Exposition temporaire « Reconstruire le Réel » à Fernand Léger

Exposition The Animals aux Galeries Lafayette de Nice

Musée des Arts Naïfs de Nice Anatole Jakowsky

Georges Clemenceau : une passion pour l'Asie

La Principauté de Seborga

Expositions au MAMAC : Juliao Sarmento-Donation Karen

Musée Masséna : la marqueterie

Musée Chéret : exposition Lengrand

Le Palais Lascaris de Nice

Le Palais de Marbre (Archives municipales)

La donation Ferrero : école de Nice

 
Marseille : Volubilis au Mucem, Réfection de la Major
Le château de Vaux le Vicomte
Le château de Fontainebleau
Venise  Ca Rezzonico
 
Saorge et Tende
Promenade à Bussana Vecchia
La découverte du vieux-Nice et ses confréries de Pénitents
Promenade à Saint Tropez- Musée de l'Annonciade : les peintres de l'école de Marseille
Les Chapelles Notre Dame de Vie à Mougins et Bellini à Cannes
La fête des Cougourdons à Nice
Imperia et ses vallées d'oliviers-Valloria
La Principauté de Seborga
 
La Croatie
Promenade à Bussana Vecchia
La Jordanie
La Sicile  
La Sicile  : diaporama
Musée d'Arles Antique
Musée d'Arles Antique : diaporama
 
Inde : le Rajasthan 
Inde : le Rajasthan diaporama
Inde du Sud 1) Mahabalipuram-Pondichéry
Inde du Sud  2) Chidambaram-Darasuram-Tajore
Inde du Sud 3) Tiruchirapali-Tanjore
Inde du Sud 4) Madurai
Inde du sud 5)  Periyar-Backwaters
Inde du Sud 6) Cochin-Mysore
Inde du Sud 7) Mysore-Hassan
Inde du Sud 8) Hampi
Inde du Sud 9) Pattandakal-Goya
Les pêcheurs +7 diaporamas sur l'Inde du Sud
Belgique : Bruges - Gand
Belgique : diaporama
Chine : le Yunnan 
Chine : le Yunnan : diaporama
Russie : Saint Pétersbourg 
Russie : Saint Pétersbourg : diaporama
Italie :les Lenghe et le Barolo
Promenades à Paris
Promenades à Paris
La Pologne ; carnet de voyage
La Pologne : carnet de voyage 2
La Pologne : carnet de voyage 3
La Pologne : diaporama
Prague 
Prague ; diaporama
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre : diaporama
Myanmar 1) Yangoun-Bago
Myanmar 2) Pagan
Myanmar 3) Popa-Mandalay
Myanmar 4)Mandalay-Anciennes capitales
Myanmar 5) Mandalay-Mingun
Myanmar 6) Heho-Pindaya-Lac Inlé
Myanmar 7) Yangon
Myanmar : diapositives : Bago
Myanmar : diapositives : Pindaya-Lac Inlé
Myanmar diapositives : Bagan
Myanmar daiapositives : Yangon
Actualité des musées : Google artproject
Musées d'exception de Paris : Orsay et Pinacothèque
Promenade en IDF : Ecouen musée de la Renaissance
Promenade en IDF : Vincennes, Royaumont
Chartres : superbe vidéo
Le Mans : sa vieille ville
Nantes : monuments et mémorial de l'esclavage
Bourges 
Promenade en pays niçois : Contes, l'Escarène, Tende
Italie : Bussana Vecchia
 
Italie : Venise
Venise : diaporama
Italie : Lucques
Italie : Capri-Amalfi et sa côte
Italie : Pompéi et Herculanum
Italie : Naples et le Palsi royal de Caserte
Pompéi-Herculanum : diaporama
Italie : Turin ville royale
Italie : Florence suite de trois articles sur les quartiers
Florence : diaporama 1
Florence : diaporama 2
Sienne
Sienne - Route du Chianti
Barcelone: les pyramides humaines
Venise 1
Venise 2
Venise 3 ca Rezzonico
Parme
 
Singapour
Indonésie : Prambanan et Borobudur
Indonésie 2 : Surabaya-Mont Bromo-Kalibaru
Indonésie 3 : Bali
Indonésie 4 : Bali suite
Indonésie 5 – Sulawesi : le pays Toraja
Indonésie 6 - Sulawesi-Bali-France
Vidéo : mariage musulman en Indonésie
Vidéo : funérailles en pays Toraja
Coblence et le Rhin romantique
Trèves-Bernkastel
Le Luxembourg
Metz : ville et musée d’art moderne Pompidou
Nancy (suite)
Nancy et l’Art Nouveau
Musées : de superbes écrins
Marseille 2013 suite et fin
Marseille capitale européenne de la culture en 2013
Expositions ZIEM et Boudin été 2013 à Paris
Exposition virtuelle de Jane Austin en 1813 : reconstitution
Afrique du Sud Le Cap, Bonne Espérance, faune
Franschhhoek
De Graaf-Reinet à Durban
De Swelendam à Graaf-Reinet Camdeboo National Park
D'Hluhluwe au Parc Kruger via le Swaziland
Pilgrim’s Rest, Blyde River Canyon, Three Rondavels
Ohrigstad-Prétoria
Zimbabwe : les chutes Victoria par hélicoptère
Islande : Reykjavik fin de la Saga
Islande les fjords de l'Ouest Latrajberg - Péninsule de Snaefellsnes
Islande : fjords de l'Ouest - Isafjordur - Breitdavik
Islande : la route du Nord - Dettifoss - Myvatn - Godafoss - Akureyri - Glumboer
Les Fjords de l’Est : Le glacier-Le musée des pêcheurs français
Le parc national de Skaffaffel-Le Lagon Glaciaire de Jokulsarlon
ISLANDE : Carnet de voyage
Promenade en train à crémaillère au-dessus d'Interlaken
Lucerne et le col du Simplon
Phnom Penh 
Temples d'Angkor : Ta Prohm et Banteay Srei 
Angkor : les portes, le Bayon, le palais royal 
Cambodge : Angkor Vat 
Vientiane la capitale du LAOS 
Vang Vieng 
Luang Prabang 
LAOS - Jour 05 - PAKBENG - LUANG PRABANG 
LAOS - Au fil du Mékong 
CHIANG RAI 
 
https://www.youtube.com/channel/UCioFqEgrHD2GMbDQiri_p7w/videos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation-Boussole