Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DIRPA : visites, découvertes, musées, évasions pour les retraités des Alpes Maritimes

 

17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 16:36

 

Cet été la place des Terreaux était très animée par une opération destinée à faire sortir les lyonnais. Un cours de danse y était organisé sur la place juste en face de l’Hôtel de ville. Sur cette très grande place, nous avons admiré la fontaine de Batholdi avec ses jets d’eau, ainsi que plusieurs façades dont celle de l’immeuble consacré aux Beaux Arts, dont nous reparlerons ultérieurement. L’hôtel de ville lui-même arbore une belle façade agrémentée d’or qui met en lumière les toits en ardoise. Plusieurs statues sont érigées, dont au centre la statue d’Henri IV. Construit entre 1645 et 1651, il sera détruit par un incendie, et reconstruit en 1700. La statue équestre de Louis XIV a été remplacée en 1829.

La fontaine de Bartholdi ne fut acquise par la municipalité de Lyon qu’après que la notoriété du sculpteur soit établie après l’implantation de la statue de la Liberté à New York. Cette statue fut présentée à l’occasion de l’exposition universelle de 1889. La ville de Lyon en acceptera l’achat moyennant une décote d’un tiers du prix, payant 100 000 francs au lieu des 150 000 demandés.

D’un diamètre de 15 mètres, d’une hauteur de près de 5 mètres, la fontaine pèse 360 tonnes dont 21 en plomb. Elle représente la Garonne et ses quatre affluents. Ses chevaux possèdent des naseaux fumants ce qui leur donne vie. C’est du musée des Beaux Arts, que la vue sur la fontaine est la meilleure, car en surplomb.

Lyon : L’hôtel de ville
Lyon : L’hôtel de ville
Lyon : L’hôtel de ville
Lyon : L’hôtel de ville

Daniel Buren

 

La place des Terreaux est en outre décorée par les lignes noires sur fond blanc de Daniel Buren qui l’ornementent, par 69 petites fontaines et par quelques structures verticales décorées des lignes noires. Mais l’opposition du noir et du blanc est fortement atténuée par l’usure des matériaux qui supportent l’œuvre du décorateur. Quant aux fontaines, elles souffrent d’un défaut de planéité, empêchant leur fonctionnement. Ces défauts sont dûs à la dimension de la place et à sa nombreuse fréquentation. Lors de mon passage à Lyon, j’ai constaté que l’enrobé de bitume noir en cours de pose, dégradait une partie de la place. Monsieur Buren a décidé de menacer la ville de Lyon d’un procès afin que son œuvre soit restaurée. Cette œuvre a été acquise par la ville pour 6 millions d’euros en 1997. Or les lyonnais ont décidé de donner une autre orientation à l’utilisation de la place en l’occupant pacifiquement par des danses, des parcours en rollers ou en bicyclette, des promenades piétonnes… L’hôtel de ville, la fontaine Bartholdi, la façade du musée des Beaux Arts emplissent tout l’espace désormais sur-occupé par les déambulations de la population. Monsieur Daniel Buren pense imposer son empreinte en dépit de l’utilisation nouvelle donnée à la place. Dans ce débat il est intéressant de visiter le site d’une critique de l’art contemporain, auteure du livre « la bouffonnerie de l’art contemporain ».

Lyon : L’hôtel de ville
Lyon : L’hôtel de ville
Lyon : L’hôtel de ville
Lyon : L’hôtel de ville

La place des Jacobins

 

Cette place a été rénovée en 2013. Elle met en valeur une fontaine et les immeubles situés sur son pourtour. C’est en 1885 que la fontaine située sur la place sera terminée. Elle conduit vers le théâtre des Célestins, la place Bellecour et la rue Mercière, tous lieux emblématiques de la ville de Lyon. La rue Mercière rassemble nombre de bouchons, restaurants traditionnels dédiés à la charcutee et au vin du Beaujolais.

La place des Jacobins, le théâtre des Celestins
La place des Jacobins, le théâtre des Celestins
La place des Jacobins, le théâtre des Celestins
La place des Jacobins, le théâtre des Celestins

La place des Jacobins, le théâtre des Celestins

La façade de Saint Nizier, l'Opéra, fontaine de l'Opéra
La façade de Saint Nizier, l'Opéra, fontaine de l'Opéra
La façade de Saint Nizier, l'Opéra, fontaine de l'Opéra

La façade de Saint Nizier, l'Opéra, fontaine de l'Opéra

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 14:15

La ville de Lyon est réputée pour sa gastronomie et pour ses révoltes ouvrières. Le quartier des Canuts rappelle ce passé, avant que la chimie et la pétrochimie, s’étendent le long du Rhône, donnant un autre visage à la ville. Notre stop de l’année nous a permis de visiter le vieux Lyon, les principales places et artères, puis le nouveau quartier des Confluences. De nombreux sièges sociaux y ont été déplacés et une architecture moderne accueille le musée des Confluences ainsi que la chaîne de télévision Euronews logée dans un immeuble de couleur entièrement verte.

Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite

La ville de Lyon a installé plusieurs murs de trompe-l'oeil consacrés aux gloires de la ville ou à célébrer des évènements marquants. Nous avons choisi de montrer le mur des Canuts qui a subi trois modifications successives. Ce mur présente un ensemble d’immeubles desservis par un escalier où sont présentés de nombreux personnages de la vie quotidienne. Le jour de notre visite un enfant a même essayé de grimper cet escalier factice ce qui donne un exemple de la vérité de ce décor. En hauteur un camion toupie déverse son béton, tandis que les façades des immeubles sont animées. Seule la vidéo montre l’impressionnant décor dessiné avec en contrebas les familles venues en touristes…

Le mur des Canuts
Le mur des Canuts
Le mur des Canuts
Le mur des Canuts
Le mur des Canuts
Le mur des Canuts

Le mur des Canuts

La Basilique Notre Dame de Fourvière

 

Nous avons pu la visiter en hauteur en allant jusque sur ses toits dans le cadre d’une visite « insolite ».  Un panorama sur 360° nous attendait, accompagné par un concert de cloches, montrant l’ensemble de la ville.

La basilique est l’œuvre de Pierre Bossan qui a construit bien d’autres édifices dans la ville et de nombreuses autres églises et chapelles.   

La construction de Fourvière s’est terminée en 1882 et son style est particulier (néo-byzantin) avec une façade extraordinaire, très décorée d’une importante statuaire, et d’immenses statues situées sur le toit en déport. L’intérieur est exubérant avec ses décors particuliers en mosaïque. On pense plutôt à un palais en admirant un style digne des Mille et une nuits. Selon l’angle de vue, la réverbération de la mosaïque, donne des couleurs chaudes. Les motifs des décors ont donné lieu à une inventivité digne de l’art nouveau. Le modèle de cette église a donné lieu à sa reproduction à San Francisco.

Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite
Lyon Insolite
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 18:00

La grande Bibliothèque

Les provinciaux qui aiment Paris y viennent pour y retrouver des quartiers différents chaque année. Nous avons décidé d’habiter cette année dans le quartier de la Bibliothèque Nationale François Mitterrand. Ce nouveau quartier possède un certain charme et permet de visiter la ville à partir de plusieurs lignes de métro.

Le premier jour de notre arrivée, il y avait une soirée dansante devant les cinémas MK2, avec beaucoup de monde dans les restaurants ouverts ce soir là. Au soleil couchant les immeubles avaient fière allure sur leurs plates formes de planches.

Nous avons traversé la Seine par le pont Simone de Beauvoir, pour entrer dans un vaste ensemble de jardins et de parcs, construits à la place des anciens entrepôts des négociants en vins. A la gauche des entrepôts se trouve l’immense cité du Ministère des Finances de Bercy avec plusieurs ailes allant à la rencontre de la gare de Lyon.nn

Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre

Le Panthéon

La densité des moyens de transport nous permet de changer rapidement de quartier et d’aller dans le quartier Saint Germain avec ses nombreux magasins. Nous remontons vers la rue Soufflot et le Panthéon. Ce monument est impressionnant et mérite une visite. Car il est censé protéger de l’oubli d’importantes personnalités de la politique, des arts et des sciences. Les dimensions de l’édifice sont impressionnantes et sa décoration montre des influences variées : Puvis de Chavannes, Cabanel, Edouard Détaille, Gros, Injalbert…

L’entrée de nouvelles personnalités au Panthéon  en 2015 est l’occasion de comprendre une exposition temporaire consacrée à Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay. Seules quatre femmes étaient inhumées jusqu’à présent au Panthéon, la cérémonie de 2015 visait à rétablir l’équilibre hommes-femmes.

La coupole du Panthéon a fait l’objet d’une réfection de deux années. L’intérieur est celui d’une ancienne église dont d’importants tableaux retracent l’histoire de France : baptême de Clovis, statuaire des acteurs de la Convention, soldats de l’An II… Les tombeaux des grands hommes sont situés au sous-sol dont la visite évoque l’histoire : Voltaire, Rousseau, Danton, Mirabeau, Vicor Hugo, Jean Jaurès, Malraux, les époux Curie, Jean Moulin.

Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre

Montmartre

Au soleil couchant nous gagnons la Butte et parcourons ses rues animées. Quelques asiatiques se font photographier, certains en habits de mariage, profitant des pittoresques dénivellations. Il y a beaucoup de touristes ce soir là, admirant Paris du haut des escaliers, menant à la Basilique du Sacré Cœur.

Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Promenade à Paris : Bibliothèque Nationale, Panthéon, Montmartre
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 16:23

 

Notre nouveau carnet de voyage est orienté vers le Nord de l’Europe ce qui représente un avantage certain en ces temps de canicule. Le programme du voyage sera décrit progressivement : OSLO, LES ÎLES LOFOTEN, LES FJORDS, LA LAPONIE, LE CAP NORD, HELSINKI ET STOCKHOLM

Ce voyage vous permettra de découvrir Oslo et ses remarquables musées. Après avoir parcouru la splendide Norvège, le pays d’Europe offrant la plus grande diversité de paysages, vous embarquerez sur  l'Express Côtier pour une croisière.

Nous prendrons ensuite la direction du Cap Nord, au bout du monde, avec son magnifique panorama sur l’Océan Glacial Arctique. Nous traverserons la Laponie par la "Route des Rennes" et découvrirons la Finlande, pays des mille lacs, et sa capitale vivante et animée le vendredi soir : Helsinki. Enfin, vous visiterez Stockholm, la plus belle capitale nordique bâtie sur quatorze îles !

 

Helsinki en soirée

 

Le programme du voyage organisé par Salun a été respecté et vous pourrez en suivre le déroulement prochainement. Toutefois, un voyage comporte souvent des parties inédites, lorsque les voyageurs peuvent sortir et rencontrer la population locale. Comme entrée en matière, j’ai choisi de vous montrer la vie trépidante d’une soirée à Helsinki, au cœur de la ville, au sein de la population.

Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée

Sur l’artère la plus importante nous assistons à de nombreux bals improvisés en cheminant le long du port. Jusqu’au magasin Stokman, sur une distance de 800 mètres,les danseurs ondulent au fil de musiques variées. Le tango serait la danse préférée des norvégiens.

Mais en ce vendredi soir une montre de voitures de collection fait le tour d’une place. Des véhicules sont alignés autour de la place tandis que d’autres tournent en permanence montrant leurs chromes et leurs moteurs. Des conducteurs de tous âges sont fiers de montrer leur véhicule. On note une progression des tatouages sur les bras des hommes, tandis que les femmes arborent leurs plus belles tenues d’été.

Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée

Au-delà de cet embouteillage organisé, les jeunes se retrouvent sur les hauteurs pour admirer le coucher du soleil. Ils sont nombreux sur les marches de l’église luthérienne, monument emblématique de la ville, avec aussi quelques touristes. Les touristes sont charmés par la beauté d’une place dont les immeubles rappellent la ville de Saint Petersburg. Enfin, nous voyons de nombreuses personnes accroupies sur les jardins situés en contrebas de l’église Russe, placés face au soleil couchant et face à la ville. En les rejoignant nous pouvons aussi admirer le panorama qui montre le port, les rues encombrées de véhicules et l’église luthérienne située devant le soleil couchant. Il est 22 heures 30 quand nous retournons rejoindre nos chambres d’hôtel.

Notre promenade nous a donné une vision de la vitalité finlandaise dont la vidéo vous donne un dynamique aperçu.

Prochainement nous reviendrons à la chronologie du voyage dont nous suivrons les étapes.

Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Le tour de la Scandinavie : Helsinki en soirée
Partager cet article
Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 12:30

Notre promenade annuelle en Provence nous a permis de visiter la cité des Baux où il est facile de trouver des restaurants pour adoucir le rythme de nos découvertes. Nous nous trouvons au milieu d’un vignoble ancien et réputé où des oliviers donnent des olives connues des amateurs.

Aussi de bon matin partons nous visiter le village des Baux, situé sur un éperon rocheux, au début de la chaîne des Alpilles. Le soleil nous accable de sa chaleur et donne une belle dimension aux roches qui se découpent sur un ciel immensément bleu.

L’ancien château des Baux a été démoli sur ordre du Cardinal Richelieu pour éteindre une révolte protestante. Le marquisat des Baux est dévolu à la descendance des Princes de Monaco, la famille Grimaldi. L’aspect de la place forte n’a pas été modifié et un cheminement est organisé par Culturespace l’organisme qui gère le Centre culturel de Caumont à Aix. On domine un large panorama sur la Provence et les environs des Baux.

Le site est organisé en un parcours de découverte orienté sur les métiers du Moyen Age et sur les arts martiaux. Les enfants peuvent y passer la journée en observant certaines animations. Par exemple, le fonctionnement d’une bricole, une baliste, est expliqué avec jet de pierre. Des cibles pour des lancers de flèches à l’arbalète sont disposées dans un enclos. Des simulations de duels sont aussi organisées. D’autres machines de siège sont présentes : trébuchet, bélier. Pris par le temps disponible, nous montons au point le plus élevé du château, prendre des photos.

Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence

Le musée Yves Brayer exposition temporaire BEN

Du 1er avril au 15 août, Musée Yves Brayer

 

Benjamin Vautier est un des artistes majeurs du XXème. Il s’est imposé dans un grand nombre de foyers en signant une série d’articles d’écoliers de son prénom BEN. Il ne s’agit pas d’une démarche commerciale, mais une volonté pédagogique d’imposer l’art auprès du plus grand nombre. Ses tableaux iconiques noirs recouverts d’un mot ou phrase, reflètent cette volonté d’établir un dialogue. 

Depuis 1958, son œuvre et son analyse de l’art ont suscité plus d’une centaine d’expositions et de nombreuses publications. Il installe aujourd’hui son travail au Musée Yves Brayer. L’exposition sera l’occasion de redécouvrir le théoricien et l’artiste qui provoque Marcel Duchamp en signant Tout t Rien pour s’interroger sur le devenir de l’art.

Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence

La Chapelle des Pénitents Blancs

 

Décorée par Yves Brayer : voir notre vidéo

Sur la place de l'église des Baux-de-Provence, en bordure de la falaise dominant le vallon de la Fontaine, la Chapelle fut construite au milieu du XVIIe par la Confrérie des Pénitents Blancs. Elle est relevée de ses ruines en 1937 par la maintenance des Confréries de Langue d'Oc. Elle est dédiée à Estelle, Sainte, chargée de veiller sur le souvenir des anciens pénitents des Baux.

 La porte d'entrée monumentale ornée de pierres en bossage est surmontée d'un bas-relief  représentant deux pénitents agenouillés avec une inscription martelée : "In nomine Jesu omne genus flectatur" (Au nom de Jesus tout genou doit se plier). L'intérieur de la chapelle, autrefois voûtée en croisée d'ogives, est décoré de fresques d'Yves Brayer (1974) représentant le Noël des Bergers dans la tradition provençale.

Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence

Les Carrières de Lumières

 

Deux spectacles sont organisés tous les ans dans les carrières. Le nouveau thème donne l’occasion exceptionnelle de voir sous un angle nouveau les plus grands chefs-d’œuvre de la Renaissance italienne, numérisés et projetés sur les monumentales surfaces des Carrières. Le visiteur est amené à vivre en musique une confrontation directe avec les plus grands maîtres de la peinture italienne, le temps d’une expérience hors du commun, capable de susciter une émotion aussi forte que surprenante.

Cette représentation se termine le 3 janvier 2016.

Les chefs-d’œuvre réalisés par Léonard de Vinci, Michel-Ange, et Raphaël entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle à Florence, Milan et Rome sont mis en scène et en mouvement grâce à un dispositif technologique de pointe associant musique et image pour épouser parfaitement l’espace, les œuvres d’art numérisées s’animent sur le sol et les parois des carrières transformées en gigantesques cimaises.

Guidé tout au long du spectacle par des morceaux de musique soigneusement choisis, le spectateur redécouvre des œuvres aussi remarquables que L’Annonciation, La Vierge à l’Enfant avec Sainte Anne, La Joconde ou encore La Cène de Léonard de Vinci (1442-1519) ; La Dame à la licorne, L’Ecole d’Athènes ou Le Triomphe de Galatée de Raphaël (1483-1520) ; la voûte de la chapelle Sixtine et Le Jugement dernier de Michel-Ange (1475-1564)... Si le spectacle offre un face à face émouvant avec les portraits qui affichent en grand leur perfection sur les murs des carrières, les fresques impressionnent autant par leur dimension monumentale que par l’extraordinaire galerie de personnages qui les peuple. Certains détails des fresques habillant d’habitude les murs et voûtes d’églises, de villas et de palais italiens, sont particulièrement mis en scène.  

Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Les Baux de Provence
Partager cet article
Repost0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 16:03

 

C’est dans les rues du village de Mougins que sont exposées trente sculptures d’artistes contemporains. Une telle animation offre la possibilité de circuler dans le colimaçon des voies publiques en profitant de vues inédites sur le paysage. Les œuvres proposées au regard sont de César, Sosno, Arman, Tobiasse, Lavarenne, Niki de Saint Phalle…

 

L’exposition se termine à la fin du mois de juin. Elle permettra de déjeuner dans les nombreux restaurants de la ville. Peut-être serez-vous intéressés par une visite du Musées d’Art Classique de Mougins, associé à la présente exposition Monumental. Le musée des Arts Classiques permet une comparaison spatiale entre les premiers arts et les œuvres d’artistes contemporains. http://www.mullerdirpa.com/article-le-musee-d-art-classique-de-mougins-118687153.html

Mougins exposition Monumental
Mougins exposition Monumental
Une réflexion sur l’Art

Il est important d’observer une exposition d’art contemporain sur le terrain même d’un musée lui aussi tourné vers la rencontre des arts quelle qu’en soit leur origine. Ainsi, Sosno se sert-ils de canons classiques dans ses sculptures ouvertes ou compressées. Nous pouvons admirer sa Vénus dans le vide et sa compression de la tête du bon gardien. Arman réussit dans ses accumulations à montrer diverses facettes de son art dans A Marienbad, sculpture de Diane et Actéon, tout comme dans le bronze de Lénine auréolé d’une accumulation de faucilles et de marteau.

Sosno, Arman, Lavarenne
Sosno, Arman, Lavarenne
Sosno, Arman, Lavarenne
Sosno, Arman, Lavarenne
Sosno, Arman, Lavarenne
Sosno, Arman, Lavarenne

Sosno, Arman, Lavarenne

Nos artistes ne se sont pas contentés de travailler dans un seul domaine. Ils sont peintres, sculpteurs, céramistes, soudeurs, ce qui les conduit à réaliser des travaux de grande dimension, immersibles en plein air. Les couleurs éclatantes et les matériaux employés ne les cantonnent pas aux seuls intérieurs. Monumental représente l’exposition-confrontation d’un art hors-murs en ce qu’il a de reconnaissance en ses origines gréco-latines. Il s’agit de décorer la cité afin que le beau inspire les cœurs des citoyens.

Mougins exposition Monumental
Mougins exposition Monumental
Mougins exposition Monumental
Mougins exposition Monumental
Mougins exposition Monumental

Plusieurs œuvres de Nicolas Lavarenne éparpillent ses créations très classiques dans les rues, avec un grand pensif, un grand serein et le grand arc. Steph Cop aligne plusieurs Totems en bois de chêne du Morvan, dignes successeurs des totems canadiens. César est aussi présent avec sa sculpture Ginette, sa compression de Porsche et son pouce monumental. Niki de Saint Phalle accueille les visiteurs sur son banc des générations, tandis que Tobiasse montre les Saltimbanques, sorte de Totem moderne.

Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,
Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,

Totems de Steph Cop, Penseur de Nicolas de Lavarenne, le banc des générations de Niki de Saint Phalle,

 

Le Musée des Arts Classiques de Mougins

 

Le musée de Mougins s’attaque à la destruction de l’ordre chronologique. Pour l’amateur qui a rassemblé autant de chefs d’œuvre, l’art est unificateur, comme dans une course de relai. La génération spontanée n’existe pas : une source, une racine, une origine, servent de levier et de levain. Aussi l’expression la plus parfaite d’une telle symbiose unificatrice est née en Grèce avec la philanthropie du partage du bien commun. L’art classique dans une civilisation plusieurs fois millénaire est bien à la racine de toute création ultérieure. D’ailleurs, que seraient nos villes sans l’intégration d’une architecture égypto-greco-romaine, dans les monuments, églises, places, avenues. Souvent le retour au classicisme a permis une renaissance politique imprimant une signature dans nombre de capitales. Saint Petersburg, Londres, Paris sont profondément marqués par des arcs de triomphe, des églises, des colonnades… Le recours à la lumière grecque par Napoléon, la Reine Victoria, Pierre le Grand, montre la recherche du grandiose pour s’installer dans le temps. Même s’il ne s’agit que de mettre en scène un décor pour y déployer fastes divers et défilés. La culture véritable de Christian Levett (fondateur du musée) est une intégration, une osmose, d’influences dirigées par la force de l’art antique. Quelle relation peut-on faire entre les superbes sarcophages peints du sous-sol du musée et le crane de la tête heureuse de William Hirst ? Certainement celle d’une mort apaisée, couverte par une généreuse polychromie. La mort est aussi très présente avec les casques, armures, boucliers, destinées à protéger les guerriers. Le casque du film « Gladiateur » réalise un trait d’union entre passé et actualité. Seul le film peut retracer de nos jours la vie des temps anciens.

Une très belle collection de casques
Une très belle collection de casques
Une très belle collection de casques
Une très belle collection de casques
Une très belle collection de casques

Une très belle collection de casques

Partager cet article
Repost0
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 17:00
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles

Une nouvelle journée de visite était organisée par les Amis des Musées de Nice avec pour objectif une découverte des richesses patrimoniales de la ville d’Hyères. Alors que la matinée était consacrée à la visite du site Grec d’Olbia, l’après-midi était centrée sur la villa Noailles. C’est Martine Pellissier et Floriane Spinetta qui nous ont accompagnés à cette occasion, les voyageurs du car étant divisés en deux groupes pour faciliter la circulation et l’information du groupe. Monsieur Bonnemaison était toujours du voyage attentif aux retardataires notamment pendant l’ascension en pente raide vers la villa.

 

Olbia

Le site archéologique d’Olbia rassemble tout ce que l’on voit d’habitude dans les sites gréco-romains. Il est magnifié par la présence de la mer proche, dont les couleurs et les contours, étaient surement la principale attraction pour vivre en ces lieux. Villas d’habitation, commerces, lieux de culte, thermes occupent le terrain. Le jour de notre visite, un tapis de fleurs s’étalait sur toute la superficie, décorant superbement les ruines antiques.

Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles

La Villa Noailles

 

Cette villa située sur une hauteur de la ville représente une construction de style moderne : dessinée en 1923, habitée en 1925, aménagée avec des extensions jusqu’en 1933. Son architecte, Rob Mallet-Stevens y fait preuve d’un nouvel hygiénisme avec un bâtiment de 1800 m2 disposant de quinze chambres, toutes dotées d’une salle de bains. Ce qui frappe dès l’abord est la lumière dispensée dans l’ensemble des locaux. La décoration fait appel à l’ensemble des artistes de l’époque : Mondrian, Brancusi, Giacometti et Gabriel Guévrékian pour  les jardins. C’est à l’occasion du trentième festival international de la mode et de la photographie que la maison Chanel a rassemblé ici de nombreux métiers d’art travaillant pour sa griffe : chapelier, gantier, brodeur (présence de la maison Lesage).  Karl Lagerfield a assuré la direction artistique de l’édition 2015 en la présence de Fleur Pellerin.

Nous avons donc pu bénéficier du lustre exceptionnel de cette édition 2015 pour voir l’ensemble des collections rassemblées pour les défilés et présentées dans notre vidéo.

Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles

Le visiteur sera charmé par l’ensemble de la documentation mise à sa disposition sous forme de piles de dossiers dotées de fiches séparables (à détacher comme des post-it) au format 21-27. Il peut ainsi emporter les explications données sur de nombreux thèmes par les organisateurs. Les mécènes de la villa étaient des découvreurs dans de nombreux domaines de l’art : cinéma, ethnographie, cinéma, littérature, musique, danse, mode. Sur ce dernier plan la visite présente plusieurs expositions en cours dont un espace magique Chanel et une salle de squash consacrée à une exposition de Karl Lagerfeld.

Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles
Une journée à Hyères : Olbia la grecque, la Villa Noailles

Les Noailles et la mode

 

Etre moderne c’est bien sûr soutenir les artistes de l’époque dans leurs difficultés à renverser les habitudes : Stravinsky avec son Sacre conspué, Breton, Cocteau, Paul Eluard, René Char, Dali, Balthus, Mondrian, Giacometti, sont les figures emblématiques d’une nouvelle donne.

Bousculer un ordre des choses c’est propulser Miro, Tanguy, Masson, Klee, Max Ernst, Doisneau, Brassaï, Durst, Man Ray, Brancusi, à une époque où ces artistes ont besoin de mécènes. Charles et Marie-Laure de Noailles financent de nombreux projets artistiques dans tous les domaines : revue littéraire, partitions musicales et opéra (Auric, Kurt Weil, Milhaud), ballets avec Serge Lifar, projets chorégraphiques avec Roland Petit, soutien de musiciens de talents avec Rubinstein, Rampal, Gendron. 

Mais pour tenir leur rang et multiplier leur audience, les Noailles vont s’appuyer sur la mode et la mise en scène de leur image. Une pièce de l’exposition est consacrée à la « fabrique d’une image »

Non seulement les Noailles deviennent des icones dans la presse de mode avec l’avènement d’une photographie portée par de nouveaux talents : Man Ray, Doisneau, mais ils se montrent lors des défilés de mode parisiens. De 1930 à 1947, Marie-Laure de Noailles lance les grands couturiers : Rochas, Dior, Del Castillo, Jacques Heim, Jacques Fath.

Cette exposition poursuit le travail commencé au Musée des Arts Asiatiques avec la mise en scène du travail sur les tissus d’un artiste japonais. La fabrique d’une image, la mode, réunissent nombre de talents qui permettent d’imposer une image au spectateur-consommateur.

L'espace Cacharel
L'espace Cacharel
L'espace Cacharel
L'espace Cacharel
L'espace Cacharel

L'espace Cacharel

Partager cet article
Repost0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 16:05
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents

 

Défilé à Nice du 19 avril 2015

 

Les Confréries de Pénitents

 

La ville de Nice compte quatre Confréries de Pénitents et de nombreuses autres se maintiennent  dans l’arrière pays. Elle a donc accueilli de nombreuses Confréries à l’occasion d’une rencontre et d’un défilé organisé dans le Vieux-Nice, de l’église du Vœu à la Cathédrale place Rossetti. Notre vidéo en montre divers aspects au sud de la place Masséna, rue de l’Opéra, rue Saint François, place du Palais, rue de la Préfecture, arrivée place Rossetti. Notre vidéo rassemble des vues prises tout au long du parcours. Elle permet d’observer les habits variés des nombreux participants.

 

Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents

Le rôle des Confréries de Pénitents

 

Les Confréries de Pénitents ont toutes les mêmes caractéristiques quels que soient les lieux où elles agissent. Depuis sept siècles, elles présentent deux éléments essentiels, maintenir une vocation spirituelle et donner du lien social au profit des pauvres. Leurs membres sont des laïcs, mis au service de la communauté, lors d’épreuves subies par la population. Les Confréries ont géré des orphelinats, dispensé des distributions de nourritures, géré des hôpitaux. Elles participaient aussi aux funérailles des défunts. L’habit des Pénitents « le sac » est destiné à organiser leur anonymat, renforcé par une capuche, afin de gommer les inégalités sociales. Comme les chaussures permettent au Moyen Age, de désigner les professions ou les classes sociales, elles ont été masquées par des babouches unificatrices. La disette, les famines, les épidémies, sont des catastrophes fréquentes. Des villages entiers de l’arrière pays sont rayés de la carte et deviennent inhabités. A Nice en 1340, les deux tiers de la population disparaissent,  le nombre d’habitants passant de 14 500 à 5 500 personnes.

Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents

 

Les Pénitents Noirs de la Miséricorde

 

La Chapelle de la Miséricorde abrite la Confrérie des Pénitents noirs dont le but est rappelé par leur maître François Dunan. « Tout membre de l’Archiconfrérie doit avoir constamment à cœur de lier ces deux actions : dévotion et vie caritative, en d’autres termes, se nourrir d’une vie communautaire ouverte sur le monde. Notre engagement de Pénitent na vaut que s’il est éprouvé sans cesse à l’aune de la charité, laquelle ne connait aucune limite ». C’est en 1328-1329 que la famine était telle à Nice qu’une distribution de blé venant de Sicile et de Grèce fut organisée par les notables de la ville. Les confrères de l’Aumônerie sont donc à l’origine de la création d’une Confrérie qui acquit progressivement ses lettres de Reconnaissance, dont le secours aux indigents en 1458. Parmi les privilèges accordés à la confrérie : le 29 aout de chaque année la peine de mort ou celle des travaux forcés était accompagnée par la libération d’un condamné. La liste des œuvres de Miséricorde est la suivante :

  • Nourrir, vêtir, secourir les indigents,
  • Venir en aide aux veuves, aux orphelins, aux voyageurs,
  • Visiter les malades, les prisonniers, les affligés,
  • Assister les pauvres honteux,
  • Conforter les suppliciés,
  • Pourvoir à la sépulture des défunts.
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents
Rassemblement des Confréries de Pénitents

La Chapelle de la Miséricorde : un éblouissement d’harmonie

 

La Chapelle de la Miséricorde qui abrite les Pénitents Noirs est un joyau situé au centre du cours Saleya. Elle se trouve placée à côté du Palais Sarde qui a longtemps servi de préfecture au département avant de devenir propriété de la ville. Aujourd’hui le Cours Saleya est devenu un marché des fruits et légumes et un marché aux fleurs.

La Chapelle de la Miséricorde a subi des dommages liés à la construction d’un parking souterrain. Sur un espace restreint, l’architecte Bernard Antonio Vittone, a accompli un miracle, donnant hauteur et lumière à l’édifice. En effet, la façade extérieure et l’inclusion de la Chapelle dans un couvent limitent l’espace intérieur. Or en entrant, on est écrasé par la hauteur des voutes enrichies par des colonnes de faux marbre. Pendant que l’on admire les fresques, le dôme, les six chapelles elliptiques, on ressent une augmentation du volume. Car il y a bien trois niveaux en hauteur, divisés par les six chapelles. Ces 18 ensembles conjugués avec le chœur et le parterre elliptique lui aussi donnent une idée de profusion. En y ajoutant l’élégance des fresques et tableaux, l’or qui recouvre le sommet des colonnes et entoure les chapelles, le mariage des couleurs, on ressent un éblouissement. Les sensations ressenties par le visiteur résultent bien sûr d’un baroque accompli qui joue des roses, des verts, du noir et du bleu. En dépit de dégâts importants, elle reste un joyau de l’art baroque, ouverte le dimanche matin et le mardi après-midi. La sacristie renferme de très belles œuvres d’art notamment le retable de Miralhet et un Bréa.

Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya
Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya
Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya
Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya
Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya

Vues de la Chapelle de la Miséricorde et du Cours Saleya

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 19:00
Promenades en Suisse suite

 

DSC04524

Lucerne et le col du Simplon

La ville est connue pour sa superbe vue à l’extrémité du lac des quatre-cantons. On y voit son enceinte fortifiée dominée par les montagnes alpestres. Puis on découvre ses ponts fortifiés en bois à toits  de tuiles. Ils permettent de franchir la rivière Reuss qui unit les deux rives de la ville.  Le premier pont est le pont de la Chapelle d’une longueur de plus de deux-cents mètres. 

DSC04545DSC04530DSC04541

Il était orné de nombreux tableaux sur l’histoire de la ville. Un incendie a malheureusement détruit bon nombre de ces tableaux. Mais la vieille ville vue de ces ponts a très belle allure avec ses maisons de styles différents. Le parcours de la vieille ville est admirable : clochers, places, enseignes, couleurs des peintures sur les maisons forment un ensemble recherché par les touristes. L’absence de circulation automobile permet d’admirer les bâtiments, de lever le nez vers les façades, de circuler sans crainte et d’aller voir de plus près des décors de théâtre.

Les photographes sont nombreux à s’activer et se gênent mutuellement tellement ils sont nombreux et étonnés par des vues changeantes lors de leur moindre déplacement. Une seule place suffit à charmer et à dépayser tant de plans divers s’offrant aux regards. Les rues étroites, les ruelles conduisent rapidement à des modifications de décors, dont des ravalements fréquents et onéreux doivent être le prix de leur sauvegarde. 

DSC04556DSC04557DSC04542

Les hôtels, restaurants, bars et cafés pullulent sur les places et le long de la rivière Reuss. Notre vidéo présente la place du marché aux vins avec ses maisons : superbe hôtel des Balances, nombreuses maisons décorées des corporations, fontaine gothique. Un très bel hôtel de ville et de très nombreuses églises renforcent l’image séduisante de la ville.

DSC04571DSC04544DSC04554

Plus loin une autre place la Mühlenplatz débouche sur  un pont de bois dont le parcours nous rapproche des maisons anciennes de la rive opposée. Sur la droite, un château très kitsch, domine une colline. Les ponts de bois forment la caractéristique essentielle de la ville car chaque pont est décoré de tableaux triangulaires espacés situés au-dessous du toit. Pour en revenir à notre pont le Spreuerbrücke, il servait surtout à jeter les détritus à la rivière, aux temps médiévaux. Ses tableaux adoptent le thème de la danse des morts.

 DSC04546DSC04547

La vidéo montre une autre petite place dont un restaurant rappelle le Fritschi personnage du folklore local qui évoque la joie et les festivités du Carnaval. Nous terminons ce voyage par le franchissement du col du Simplon et ses vues sur les montagnes. L’Italie est prête à nous accueillir.         

DSC04573DSC04579DSC04574 

 

Fin du séjour en Suisse.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 19:00

 

La Suisse est une destination trop souvent oubliée, alors qu’elle est proche et qu’elle propose des panoramas inoubliables. Ses villes sont par ailleurs pimpantes, avec les façades décorées de ses maisons et des couleurs éblouissantes partout.

DSC04476DSC04486DSC04493

Nous avons séjourné cette été à Interlaken, ville qui offre de nombreuses balades en téléphériques, en train ou en bateau depuis le lac de Thoune. On peut visiter les villes qui bordent ce lac et qui offrent de splendides vues sur les alentours.

Nous avons découvert le train à crémaillère qui monte à Schynige Platte pour une ascension de 2000 mètres vers les sommets de la Jungfrau. Au bout du voyage, nous avons entendu les sonorités des longues trompes des musiciens de la montagne, face à un superbe panorama. Un jardin alpin permet d’observer près de 500 espèces de végétaux. Il est situé juste au dessus de la gare d’arrivée. 

DSC04507DSC04518DSC04520

Dans la vidéo publiée ce jour, l’ascension de 2 000 mètres est constituée de plusieurs séquences, sur le lac, les vallées et les alpages.

DSC04476DSC04494DSC04496

J’ai voulu terminer notre promenade par un concert de trompes alpines. Cette montée m’a fait penser à la très belle symphonie alpestre de Richard Strauss dont les divers tableaux se concluent par un panorama éclairé par un soleil ardent. 

Partager cet article
Repost0

Le Musée Lascaris

https://youtu.be/l23HXor58bY

Rechercher

Table des matières

Le Musée Masséna

L'exposition Slobodan  à la Providence

Le musée Chéret : l'album diaporama

Merveilles du Bouddhisme au musée des Arts Asiatiques

Musée des Arts Asiatiques : les bois de l'immortalité

Inauguration du musée Bonnard au Cannet

Le Musée national Chagall de Nice

Musée Chagall : l'album

Expostion sur les peintres Russes à la Malmaison de Cannes

Musée national Fernad Léger de Biot

Musée Fernad Léger : l'album

Actualité des musées en France et dans le monde : artproject

Musée Masséna : le mobilier Napoléon 1er

Musée Masséna : l'album

Musée International d'art naÎf de Nice

Musée international d'art naÎf de Nice : l'album

Musée des Beaux Arts : Chéret dans ses murs

Exils : expostion temporaire des musées nationaux du 06

Musée Masséna : présence Russe à Nice

Angkor au musée des Arts Asiatiques

Le musée d'Art Classique de Mougins

Marseille capitale européenne de la culture en 2013

Marseille 2013 suite et fin

Au MAMAC : la postérité d'Henri Matisse

Matisse un été à Nice : musée Matisse et musée Chéret

Musée National Chagall : les autoportaits

La Promenade du Paillon de Nice

La Fondation Hartung-Bergman à Antibes

Antibes et ses musées

Trois siècles de tourisme  aux Archives Départementales des Alpes Maritimes

Exposition temporaire « Reconstruire le Réel » à Fernand Léger

Exposition The Animals aux Galeries Lafayette de Nice

Musée des Arts Naïfs de Nice Anatole Jakowsky

Georges Clemenceau : une passion pour l'Asie

La Principauté de Seborga

Expositions au MAMAC : Juliao Sarmento-Donation Karen

Musée Masséna : la marqueterie

Musée Chéret : exposition Lengrand

Le Palais Lascaris de Nice

Le Palais de Marbre (Archives municipales)

La donation Ferrero : école de Nice

 
Marseille : Volubilis au Mucem, Réfection de la Major
Le château de Vaux le Vicomte
Le château de Fontainebleau
Venise  Ca Rezzonico
 
Saorge et Tende
Promenade à Bussana Vecchia
La découverte du vieux-Nice et ses confréries de Pénitents
Promenade à Saint Tropez- Musée de l'Annonciade : les peintres de l'école de Marseille
Les Chapelles Notre Dame de Vie à Mougins et Bellini à Cannes
La fête des Cougourdons à Nice
Imperia et ses vallées d'oliviers-Valloria
La Principauté de Seborga
 
La Croatie
Promenade à Bussana Vecchia
La Jordanie
La Sicile  
La Sicile  : diaporama
Musée d'Arles Antique
Musée d'Arles Antique : diaporama
 
Inde : le Rajasthan 
Inde : le Rajasthan diaporama
Inde du Sud 1) Mahabalipuram-Pondichéry
Inde du Sud  2) Chidambaram-Darasuram-Tajore
Inde du Sud 3) Tiruchirapali-Tanjore
Inde du Sud 4) Madurai
Inde du sud 5)  Periyar-Backwaters
Inde du Sud 6) Cochin-Mysore
Inde du Sud 7) Mysore-Hassan
Inde du Sud 8) Hampi
Inde du Sud 9) Pattandakal-Goya
Les pêcheurs +7 diaporamas sur l'Inde du Sud
Belgique : Bruges - Gand
Belgique : diaporama
Chine : le Yunnan 
Chine : le Yunnan : diaporama
Russie : Saint Pétersbourg 
Russie : Saint Pétersbourg : diaporama
Italie :les Lenghe et le Barolo
Promenades à Paris
Promenades à Paris
La Pologne ; carnet de voyage
La Pologne : carnet de voyage 2
La Pologne : carnet de voyage 3
La Pologne : diaporama
Prague 
Prague ; diaporama
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre
Italie : ile d'Elbe, Pise, Cinqueterre : diaporama
Myanmar 1) Yangoun-Bago
Myanmar 2) Pagan
Myanmar 3) Popa-Mandalay
Myanmar 4)Mandalay-Anciennes capitales
Myanmar 5) Mandalay-Mingun
Myanmar 6) Heho-Pindaya-Lac Inlé
Myanmar 7) Yangon
Myanmar : diapositives : Bago
Myanmar : diapositives : Pindaya-Lac Inlé
Myanmar diapositives : Bagan
Myanmar daiapositives : Yangon
Actualité des musées : Google artproject
Musées d'exception de Paris : Orsay et Pinacothèque
Promenade en IDF : Ecouen musée de la Renaissance
Promenade en IDF : Vincennes, Royaumont
Chartres : superbe vidéo
Le Mans : sa vieille ville
Nantes : monuments et mémorial de l'esclavage
Bourges 
Promenade en pays niçois : Contes, l'Escarène, Tende
Italie : Bussana Vecchia
 
Italie : Venise
Venise : diaporama
Italie : Lucques
Italie : Capri-Amalfi et sa côte
Italie : Pompéi et Herculanum
Italie : Naples et le Palsi royal de Caserte
Pompéi-Herculanum : diaporama
Italie : Turin ville royale
Italie : Florence suite de trois articles sur les quartiers
Florence : diaporama 1
Florence : diaporama 2
Sienne
Sienne - Route du Chianti
Barcelone: les pyramides humaines
Venise 1
Venise 2
Venise 3 ca Rezzonico
Parme
 
Singapour
Indonésie : Prambanan et Borobudur
Indonésie 2 : Surabaya-Mont Bromo-Kalibaru
Indonésie 3 : Bali
Indonésie 4 : Bali suite
Indonésie 5 – Sulawesi : le pays Toraja
Indonésie 6 - Sulawesi-Bali-France
Vidéo : mariage musulman en Indonésie
Vidéo : funérailles en pays Toraja
Coblence et le Rhin romantique
Trèves-Bernkastel
Le Luxembourg
Metz : ville et musée d’art moderne Pompidou
Nancy (suite)
Nancy et l’Art Nouveau
Musées : de superbes écrins
Marseille 2013 suite et fin
Marseille capitale européenne de la culture en 2013
Expositions ZIEM et Boudin été 2013 à Paris
Exposition virtuelle de Jane Austin en 1813 : reconstitution
Afrique du Sud Le Cap, Bonne Espérance, faune
Franschhhoek
De Graaf-Reinet à Durban
De Swelendam à Graaf-Reinet Camdeboo National Park
D'Hluhluwe au Parc Kruger via le Swaziland
Pilgrim’s Rest, Blyde River Canyon, Three Rondavels
Ohrigstad-Prétoria
Zimbabwe : les chutes Victoria par hélicoptère
Islande : Reykjavik fin de la Saga
Islande les fjords de l'Ouest Latrajberg - Péninsule de Snaefellsnes
Islande : fjords de l'Ouest - Isafjordur - Breitdavik
Islande : la route du Nord - Dettifoss - Myvatn - Godafoss - Akureyri - Glumboer
Les Fjords de l’Est : Le glacier-Le musée des pêcheurs français
Le parc national de Skaffaffel-Le Lagon Glaciaire de Jokulsarlon
ISLANDE : Carnet de voyage
Promenade en train à crémaillère au-dessus d'Interlaken
Lucerne et le col du Simplon
Phnom Penh 
Temples d'Angkor : Ta Prohm et Banteay Srei 
Angkor : les portes, le Bayon, le palais royal 
Cambodge : Angkor Vat 
Vientiane la capitale du LAOS 
Vang Vieng 
Luang Prabang 
LAOS - Jour 05 - PAKBENG - LUANG PRABANG 
LAOS - Au fil du Mékong 
CHIANG RAI 
 
https://www.youtube.com/channel/UCioFqEgrHD2GMbDQiri_p7w/videos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation-Boussole